Recensions

LAMIRANDE, Émilien, Paulin de Milan et la « Vita Ambrosii ». Aspects de la religion sous le Bas-Empire [Record]

  • Paul-Hubert Poirier

auquel elle était destinée, les chrétiens «philologues», amis du Verbe et de la parole (cf. p. 30-31).

Paul-Hubert Poirier

Lamirande, Émilien, Paulin de Milan et la « Vita Ambrosii ». Aspects de la religion sous le Bas-Empire. Un volume broché (16 X 24 cm) de 206 pages. Coll. : « Recherches — 30 — Théologie». Montréal, Bellarmin/Paris, Tournai, Desclée, 1983.

Cet ouvrage nous offre la première traduction française de la Vie d'Ambroise, rédigée vers 412-413 par le diacre Paulin de Milan, à la demande d'Augustin. Cette biographie, qui s'inscrit dans la liste des Vitae que nous a léguées l'Antiquité chrétienne, celles d'Antoine, de Cyprien de Carthage, de Martin de Tours, est marquée par un goût fort prononcé pour le merveilleux et par une certaine crédulité de son auteur dans l'interprétation des éléments qu'il retient de la carrière de l'évêque de Milan. Elle demeure néanmoins une source importante pour notre connaissance d'Ambroise, puisque Paulin, en plus d'avoir utilisé des sources écrites et de s'être conformé à certains modèles littéraires, a été le témoin oculaire de bien des événements qu'il rapporte. M. Lamirande ne s'est cependant pas intéressé à la Vita comme

document biographique et hagiographique, mais dans la mesure où elle offre, à travers les représentations de Paulin, un tableau particulièrement vivant de l'univers religieux occidental, à la fin du IIIe et au début du IVe siècles. Sous cet aspect, le travail de É.L. intéressera non seulement les spécialistes d'Ambroise ou de Paulin, mais aussi et d'abord les historiens de la religion et des mentalités. L'Auteur a su mettre parfaitement en lumière la richesse d'information qu'offre, sur ces points, la Vita Ambrosii, qu'il s'agisse de l'univers proprement ecclésial de Paulin (chap. 3), des composantes de la société chrétienne (chap. 5), de la place du merveilleux et du démoniaque (chap. 6-8), ou du culte des martyrs (chap. 9). Un dixième et dernier chapitre trace le portrait spirituel et moral d'Ambroise qui se dégage de la Vita. Le rôle joué par Paulin dans la querelle pélagienne est par ailleurs évoqué au chap. 4, consacré à un Libellus adressé au pape Zosime, dont l'authenticité paulinienne, parfois récusée, est maintenue par l'Auteur.

Par sa notice bio-bibliographique (chap. 1), par l'exhaustivité de la documentation utilisée et par la finesse de l'analyse, l'ouvrage de Lamirande constitue l'ébauche d'une première synthèse sur Paulin de Milan et le départ obligé des études futures sur cet auteur.

Paul-Hubert Poirier

460