Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Articles

Quand l’édition devient terroriste : solidarité intellectuelle chez Jean Grave et Octave Mirbeau à la fin du xixe siècle en France

  • Justin Moisan

Corps de l’article

L’anarchisme naissant de la fin du xixe siècle français présente un tableau des pratiques militantes correspondant à la consistance protéiforme du mouvement. C’est l’une des raisons qui expliquent pourquoi l’historiographie du mouvement a longtemps projeté l’image d’une mouvance peu unifiée [1], composée d’individus et de petits groupuscules plus ou moins éphémères et peu articulés les uns aux autres. Or, des études récentes [2] ont illustré la composition du mouvement à travers la notion de réseau, à laquelle participe la constitution d’une identité anarchiste construite par le partage de principes centraux, tels la liberté et l’individualisme, et par une culture propre, composée notamment de cet imaginaire collectif élaboré autour de la Commune de Paris.

En ce sens, ces études ont démontré que la circulation des idées à travers la trame médiatique offerte par le journal témoigne du réseautage qui s’effectue entre les différents acteurs de l’anarchisme fin-de-siècle. Cet esprit de collectivité a d’ailleurs été relevé par Marie-Ève Thérenty, qui souligne que « le journal constitue généralement une entreprise collective où s’expérimente la création du sens par fusion de voix plurielles [3] ». En situant cet aspect de la collectivité dans le contexte plus spécifique des pratiques journalistiques au sein des milieux anarchistes, on observe que le périodique s’est vu attribuer plusieurs usages, notamment celui de la communication entre les groupes anarchistes des différentes régions françaises et européennes [4]. Cette notion de réseau, conçue, à l’instar de Michel Lacroix, comme un système de relations concrètes entre acteurs sociaux [5] ou encore, selon Alain Vaillant, comme « un système, non institutionnel mais stable, de relation et de communication entre divers acteurs [6] », attire notre attention sur les ramifications qui entrent en jeu dans le développement de la solidarité entre les anarchistes de différents milieux. Associée à la sociabilité, dans le cadre des études littéraires, la notion de réseau permet de penser l’effet structurant des interactions entre les individus concernés par les productions imprimées, livres et journaux.

Afin d’approfondir le sujet, nous souhaitons porter notre regard sur les liens tangibles qui se tissent entre les différents acteurs de la circulation et de la production du livre et du journal. À cet effet, nous observerons les différentes manifestations de la relations entre Octaves Mirbeau et Jean Grave, deux figures publiques de l’anarchisme fin de siècle. Plusieurs questions se posent alors, notamment celles de la nature des relations entre les agents de l’imprimé dans les milieux anarchistes, de la signification et du rôle de la solidarité qui se manifeste dans le développement de l’anarchisme.

Définir de manière exhaustive la nature du réseau dans lequel s’inscrivent Mirbeau et Grave n’est pas ici l’objet de notre démonstration. Nous concevons qu’il serait vain de vouloir circonscrire les frontières du réseau qui lie auteurs littéraires et anarchistes militants. En ce sens, nous reconnaissons comme l’un des principaux attraits de la théorie des réseaux la possibilité de réfléchir sur les structures sociales de manière ouverte, c’est-à-dire de penser les ramifications des liens sociaux en tenant compte de l’imbrication de la multitude des réseaux gravitant autour des acteurs sociaux particuliers [7]. Le lecteur ne trouvera nullement ici la prétention de mettre au jour la constitution générale d’un réseau anarchiste, ce qui nécessiterait d’explorer un cadre d’étude plus large que la simple entre relation Mirbeau et Grave. En relevant leurs liens personnels concrets qui donnent à voir des effets structurants dans le mouvement anarchiste, nous retracerons l’évolution de cette relation afin de présenter, à la manière d’un coup de sonde, un exemple précis du processus de réseautage.

En ce sens, nous souhaitons explorer différents épisodes où se déploie une solidarité entre ces deux acteurs. C’est en prenant pour exemple des moments clés de la relation entretenue entre Jean Grave, théoricien et éditeur du journal anarchiste La Révolte, et Octave Mirbeau, célèbre romancier et journaliste ayant une forte sympathie envers les idées anarchistes, que nous comptons relever les particularités de l’engagement anarchiste dans la chaîne de production du livre et du journal.

La nature des liens entre ces deux hommes non seulement illustre le réseautage qui s’établit entre les anarchistes des différentes tendances et des différents milieux, mais témoigne également de la solidarité intellectuelle qui caractérise l’engagement autour des pratiques éditoriales marginales et dissidentes. Leur exemple vient ainsi étoffer cette notion de collectivité autour des pratiques d’édition et de diffusion de l’imprimé. Il contribue également à définir les formes de militantisme anarchiste et les marques d’une solidarité intellectuelle qui annonce le développement de la figure de l’intellectuel engagé.

Notre but n’est pas de présenter un simple tableau de la relation Mirbeau-Grave, mais bien de souligner certains événements impliquant la circulation des textes, au cours desquels se manifeste la solidarité qui caractérise le mouvement anarchiste. Pour mener à bien cet objectif, nous nous attarderons sur trois épisodes particuliers qui représentent une facette de la solidarité intellectuelle tissée entre militants anarchistes et acteurs du monde littéraire, sur le fond des enjeux relatifs à la publication de livres ou de journaux. Dans un premier temps, nous observerons le début de la coopération entre Mirbeau et Grave, autour de la reproduction d’écrits de Mirbeau dans le supplément littéraire de La Révolte. Cet examen nous mènera, dans un deuxième temps, à explorer l’épisode de l’affaire de la Société des gens de lettres (SGDL), mettant en cause la pratique de réédition des textes d’auteurs de renom dans les journaux anarchistes. Enfin, nous poursuivrons notre parcours en portant notre regard sur le travail de soutien effectué par Mirbeau lors de l’incarcération de Grave, en relation avec la publication d’un livre de propagande anarchiste, au cours de l’épisode du Procès des Trente.

Le supplément du journal anarchiste

Porter un regard sur les liens de solidarité qui s’effectuent entre les auteurs et les militants nous conduit à repérer certains personnages plus importants que d’autres. Jean Grave et Octave Mirbeau sont à cet égard deux figures de proue de ces différents milieux. L’évolution de leur relation constitue en ce sens un riche exemple de réseautage entre les différentes tendances libertaires. Afin de suivre le chemin de l’évolution de cette amitié solidaire, nous souhaitons débuter par un regard approfondi sur les particularités de leurs premiers contacts à la fin des années 1880.

Au cours des années 1880, la vie d’Octave Mirbeau est marquée par de profonds bouleversements sur les plans professionnels et idéologiques. Après de longues années à travailler dans plusieurs journaux à titre de « prolétaire de la plume », vendant son talent et laissant de côté ses propres opinions au profit des horizons politiques des périodiques auxquels il contribue, il entre dans une nouvelle phase professionnelle, avec notamment la publication de romans à succès. Ceci lui apporte une certaine notoriété et lui ouvre les portes d’une carrière journalistique davantage ancrée dans l’affirmation de ses propres idéaux [8]. Au cours de cette même période, il découvre les idées anarchistes, promues entre autres par Pierre Kropotkine et Léon Tolstoï [9]. Ainsi, dans les dernières années de la décennie, son écriture subit l’influence de cette nouvelle mouvance politique tandis qu’il fait lentement ses débuts dans les journaux anarchistes [10].

L’introduction de Mirbeau dans les périodiques anarchistes s’effectue par le biais de la publication d’extraits de ses romans aux thématiques dissidentes, tels que L’Abbé Jules ou Sébastien Roch, dans les suppléments littéraires des journaux. En 1888 débute sa collaboration avec Jean Grave, alors que ce dernier reprend, dans le Supplément Littéraire de La Révolte du 9 décembre, l’article « La Grève des électeurs », préalablement publié dans les pages du Figaro le 11 novembre. Par la suite, Grave éditera à plusieurs reprises ce texte en petite brochure : 100 000 exemplaires seront distribués en 1889 seulement [11]. On considère ce pamphlet comme l’une des premières grandes contributions de Mirbeau à l’anarchisme, traitant de l’absurdité du suffrage et de la représentation politique. Cette pratique éditoriale particulière signale les premiers pas de leur collaboration et mérite ainsi une attention particulière.

Notons tout d’abord que la publication d’un journal anarchiste, à cette époque, n’est pas facile, ainsi que le rapporte Jean Grave dans son autobiographie, puisque les nécessités financières se font toujours pressantes [12]. Dans ce contexte, l’idée d’un supplément littéraire lui est apparue comme un moyen de bonifier son journal hebdomadaire [13]. Grave débute son Supplément Littéraire le 19 novembre 1887, inspiré par la pratique lancée dans la presse anarchiste par un certain Baillet, dans les pages du Glaneur Anarchiste, qui consiste à 

prendre dans la littérature tant ancienne que moderne, surtout chez les plus chauds défenseurs du régime capitaliste et autoritaire, tout ce qui pouvait s’y trouver d’aveux en faveur de l’idée anarchiste, et de publier une revue entièrement composée d’extraits de ce genre [14].

Grave affirme dès lors cette volonté de

démontrer aux travailleurs que les idées dont nous nous faisons les défenseurs ne sont point nées d’hier et que nous n’avons fait que reprendre modestement l’oeuvre commencée par les penseurs dont la bourgeoisie actuelle prétend continuer la tradition [15].

Autrement formulée, il réaffirmera quelques années plus tard sa motivation de publier

toutes les pages de la production littéraire courante où — accidentellement — tel chroniqueur s’apitoie sur les souffrants où les déshérités, où tel romancier flagelle les puissants et heureux, où d’autres ridiculisent les préjugés, sapent les principes, découvrent quelques plaies [16].

Les visées ainsi énoncées présentent une similitude avec l’objectif fixé par le Glaneur Anarchiste. Toutefois, un regard sur l’ensemble du Supplément Littéraire montre un choix éditorial plus vaste comparé au journal de Baillet. De plus, la qualité des textes choisis fait preuve d’une large érudition chez Grave, comme le mentionne David F. Meyer : “ He retained a certain intellectual elitism which maintained the erudite level of literature that was reproduced in La Révolte [17]. ” Par ailleurs, les recherches de Louis Patsouras confirment elles aussi la richesse des textes sélectionnés par Grave et révèlent la présence de quatre catégories d’écrits.

D’une part, Grave publiait des essais d’auteurs français peu connus ayant exprimé des idées proches de l’anarchisme avant l’émergence de l’anarchisme comme courant politique. Autrement, il sélectionnait des textes relatifs à l’utopie ou aux critiques sociales, rédigés par des grands auteurs tels que Thomas More, Rabelais ou Henry David Thoreau. Il publiait également des théoriciens contemporains de l’anarchisme comme Kroptokine ou Élisée Reclus, ainsi que des auteurs littéraires. Finalement, il reprenait, tout comme Baillet, des extraits d’ouvrages rédigés par des auteurs éloignés de l’anarchisme ou du socialisme sur lesquels reposaient les fondements théoriques de la société bourgeoise, où il était néanmoins possible de trouver des idées proches de celles défendues par les anarchistes. À cet effet, Patsouras souligne, dans cette catégorie, la présence d’auteurs comme Drumont ou Herbert Spencer [18]. Ainsi peut-on retracer un large corpus de textes appartenant au champ intellectuel et à travers lequel il est possible de suivre le fil d’Ariane des idées anarchistes.

Dans le contexte plus particulier des périodiques anarchistes, deux éléments de la pratique éditoriale de Grave présentent une nouveauté. D’une part, elle montre une certaine ouverture de la pensée anarchiste telle que promue par Jean Grave et l’équipe de La Révolte. Ils affichent le désir de faire connaître un savoir qui n’est pas à proprement parler anarchiste, ce qui entre en rupture avec l’habitude des journaux anarchistes d’affirmer une propagande ancrée uniquement dans le champ libertaire. D’autre part, sa pratique dénote une volonté de dissidence : la publication de textes canoniques appelle avant tout la réinterprétation de textes d’auteurs issus de la bourgeoisie à la lumière des idées anarchistes, visant à faire entendre une critique sous-jacente des fondements de la société, généralement éclipsée par des interprétations convenues et largement répandues.

Par ailleurs, Grave demande généralement l’accord des auteurs avant de diffuser des extraits de leurs ouvrages. À titre d’exemple, la première lettre recensée par Pierre Michel dans l’édition de la correspondance Grave-Mirbeau présente une demande de publier dans le Supplément Littéraire l’article « La Grève des électeurs » [19]. Grave relate également dans son autobiographie quelques exemples montrant l’importance qu’il accordait à cette pratique de diffusion. Il précise d’ailleurs qu’il offre parfois l’abonnement gratuit à des auteurs qui lui confient leurs textes [20]. Grâce à une correspondance soutenue, Jean Grave jette les bases d’un réseautage entre les milieux littéraires et militants, puisqu’il entre alors en contact avec de nombreux auteurs qui, au cours des années 1890, seront mis à contribution lors du déploiement médiatique de l’anarchisme.

Ce réseau, certes ténu mais bien concret, sera d’ailleurs rapidement convoqué, car malgré sa précaution d’obtenir la permission des auteurs qu’il publie, Grave se retrouve à plusieurs reprises au coeur de situations délicates. L’affaire de la Société des gens de lettres est un bon exemple de ses débats avec la justice relativement à ses pratiques éditoriales. Elle marque également un tournant dans l’évolution de la collaboration entre Mirbeau et Grave, et plus largement dans la connivence solidaire entre gens de lettres et militants anarchistes.

Combat éditorial

Dès le début des années 1890, Octave Mirbeau se rallie officiellement à l’anarchisme, après quelques années de rapprochement au cours desquelles il signe ses premières collaborations avec les journaux libertaires. Il s’engage alors dans la défense et la promotion de l’idéal anarchiste tant par l’écriture que par des actions concrètes. La correspondance générale de Mirbeau fait exemple en ce sens des manifestations du réseautage solidaire qui se tisse peu à peu entre les militants et les hommes de lettres. Notamment, il annonce dans une lettre son soutien à une souscription pour venir en aide aux enfants d’un complice de Ravachol [21], à laquelle contribuent également de nombreux acteurs de la circulation de l’imprimé, dont Henry Bauër, l’éditeur P.-V. Stock, Zo d’Axa et Séverine. La correspondance de Mirbeau comporte aussi de nombreuses lettres signalant son intervention pour tel ou tel service rendu envers des anarchistes, notamment celui de faire engager des journalistes à tendance anarchiste tels qu’Alexandre Cohen ou Paul Adam. Par ailleurs, une certaine constance s’établit dans l’identité des gens qui s’unissent envers les anarchistes. En ce sens, Christophe Charle souligne, dans Naissance des intellectuels, que l’évolution de l’engagement de Mirbeau correspond aux mutations que subit le champ littéraire en ce qui a trait aux fonctions sociale et politique des hommes de lettres. En effet, la fin du xixe siècle est marquée par une radicalisation politique chez de nombreux écrivains, particulièrement autour du pôle de l’anarchisme, du moins au début des années 1890 [22]. Cette transformation s’accompagne de pratiques collectives concrètes, dont les pétitions, les souscriptions et les manifestes, qui témoignent d’une cohésion entre les militants et les acteurs du milieu littéraire [23].

Ainsi, c’est dans ce contexte que Mirbeau renforce ses liens avec Jean Grave. Leur correspondance constitue un bon indicateur de la consolidation de leur relation : après un silence entre 1888 et 1891, un regain dans l’échange de lettres marque le réel début d’une amitié. Or, la relance de leur correspondance n’est pas sans rapport avec les activités éditoriales de Jean Grave. Une première lettre de celui-ci, datée du 21 juillet 1891, sollicite une intervention de Mirbeau qui consisterait à dénoncer dans la presse à grand tirage une injustice dont il se sent victime : « Je viens vous demander, si vous croyez que le bon droit soit de notre côté, si vous pourriez porter la question dans la grande presse [24]. » Le fait est que Jean Grave se retrouve à ce moment convoqué devant la troisième chambre correctionnelle.

Alors qu’il est déjà incarcéré dans la prison de Sainte-Pélagie en raison de la publication d’un article anonyme incitant à la désobéissance militaire, Jean Grave reçoit de la part d’un certain E. Montagne, agissant au nom de la Société des gens de lettres, une convocation pour le non-paiement de redevances concernant la publication d’auteurs faisant partie de la Société [25]. À cette époque, la SGDL, présidée par Émile Zola, est un organisme qui vise à encadrer le paiement des droits d’auteur de ses membres. La première réaction de Grave, suite à la réception de cet avis, est de faire valoir qu’il a reçu l’accord des auteurs qu’on lui reproche d’avoir publiés. Or, la réglementation de la Société stipule qu’il est interdit aux membres d’accorder une telle autorisation, sous peine d’amendes, voire de radiation [26]. Ainsi, il est sommé de rembourser les sommes dues sous la menace d’une poursuite judiciaire.

Rappelons que depuis 1890, Grave est en contact avec la SGDL. Il a payé à quelques reprises des sommes minimales et eu quelques embrouilles avec le secrétaire Montagne [27]. Cette convocation survient donc à un moment où Grave semble déjà en conflit avec la Société. Dans ses mémoires, il relate d’ailleurs l’épisode de la SGDL en signalant l’évolution de sa mésentente. De cette situation judiciaire émane une problématique originale, en lien avec les bouleversements du monde éditorial de l’époque, questionnant la propriété intellectuelle et mettant en cause deux visions de la littérature. D’un côté, on constate un discours idéaliste sur la nature de la littérature et des idées, encourageant la libre circulation des écrits, tandis que de l’autre, on observe une vision inscrivant le texte littéraire dans une perspective marchande, valorisant les droits d’auteurs et les pratiques encadrant la gestion de ceux-ci. Campé dans sa posture militante, Grave professe un discours faisant valoir la richesse des idées et de leur diffusion, en opposition avec une vision mercantile de la littérature. C’est d’ailleurs la critique qu’il émet dans les pages de La Révolte le 10 août 1890 :

Étant donné la situation particulière de notre journal, son but, tout de propagande d’idée, je me serais attendu, d’une société de littérateurs, à une demande en paiement d’une somme insignifiante, comme reconnaissance des droits qu’elle prétend avoir, et non l’application d’un tarif. Je vois que j’ai affaire à des marchands plus qu’à des littérateurs. [28]

Il réaffirme son opinion lorsqu’il dénonce, dans une lettre à Mirbeau, « cette association de gribouilleurs rétrogrades qui envisagent la littérature comme un commerce d’épicerie [29] ». La nature du conflit qui oppose Grave et la Société au moment où il reçoit cette convocation en chambre correctionnelle repose sur son refus d’une vision marchande de la circulation du livre.

À cette époque où lui parvient l’assignation, Jean Grave est donc déjà en proie à un ressentiment face à la SGDL. Après une correspondance sans succès auprès d’Émile Zola, il porte sa situation, qu’il juge injuste, sur la place publique. Pour accomplir cet objectif, il fait appel à ses connaissances, soit ce réseau d’auteurs dont il publie les textes dans son supplément littéraire. Puisque plusieurs de ces écrivains entretiennent également des carrières de journalistes, de nombreux journaux élèvent leur voix contre le mercantilisme exacerbé de la SGDL, notamment Le Gaulois, L’Éclair, Le Gil Blas et L’Intransigeant [30]. Octave Mirbeau, fort sympathique à la cause de La Révolte, est d’ailleurs l’un des premiers à répondre à l’appel reçu dans le cadre de sa correspondance avec le militant anarchiste. Mirbeau publie alors un article dans l’édition du 3 août de L’Écho de Paris [31], intitulé « À propos de la Société des gens de lettres », où il évoque l’incongruité de la poursuite et fait l’éloge du travail acharné de Jean Grave. Il souligne d’ailleurs la difficulté de « battre en brèche les idées reçues, [d’]attaquer les conventions, les pires routines, les plus lourds préjugés [32] », valorisant de ce fait la dissidence du travail éditorial de Grave.

Si le premier article de Mirbeau fait l’éloge de La Révolte, tout en soulevant l’absurdité du procès intenté par la Société, son second, publié le 11 août dans les pages du même journal, s’en prend plus strictement à la SGDL. Mirbeau y critique la nature mercantile de l’organisation et révèle la pauvre vision de la littérature qui émane de cet acharnement contre la libre circulation des idées. Mirbeau se joint à Grave en se projetant dans ce débat où s’affrontent deux visions opposées de la littérature. Ses propos tenus dans l’article intitulé « Encore la Société des gens de lettres » ne font aucun doute quant au parti de Mirbeau : « Je ne crois pas que la propriété littéraire soit une propriété. En cela, je suis tout à fait de l’avis de M. Grave  [33]. »

Comme nous venons de le constater, le procès intenté par la SGDL consolide la relation entre Mirbeau et Grave. D’ailleurs, dans une lettre datée du 10 septembre 1891, Mirbeau souligne son amitié envers Grave : « Je suis votre ami, bien sincèrement, l’ami de vos espérances et de vos luttes. Et dès que vous aurez besoin de moi, pour quoi que ce soit, faites-moi signe [34]. » D’autre part, les circonstances dans lesquelles s’affermit leur collaboration présentent des enjeux relatifs à l’univers de l’édition de l’époque. Le conflit, situé sur le terrain de la circulation des idées et mettant en cause deux visions de la littérature, trouve ses racines dans la posture de l’engagement qui caractérise à la fois le travail de Mirbeau et de Grave. Anarchistes, ils ont une méfiance bien ancrée envers les académies et les sociétés qui tentent de réguler la production et la diffusion des idées. Ainsi pouvons-nous voir dans cet épisode marquant de la collaboration des deux intellectuels une étape significative dans la solidarisation des anarchistes, annonçant un réseautage de plus en plus large des écrivains et des militants. S’appuyant sur des liens concrets entretenus par une correspondance avec de nombreux auteurs dans le cadre de la publication de son Supplément Littéraire, Jean Grave invite ses alliés à dénoncer une situation où les pratiques anarchistes de l’édition sont clairement mises en cause. Le rayonnement de son appel, mesuré par la quantité d’articles signés de la main de ses « connaissances », fait montre du réseautage solidaire qui se tisse dès lors.

Par ailleurs, cette coopération sera à nouveau consolidée alors que Mirbeau rédigera, en mai 1893, une préface à l’ouvrage de Jean Grave, La société mourante et l’anarchie. Cela dit, un autre événement majeur a ponctué la collaboration des deux camarades et s’inscrit dans la genèse de leur affinité politique : l’incarcération de Grave, sous prétexte d’avoir réédité un livre d’idées anarchistes. Il s’agit là encore d’un moment important dans le développement d’un réseau d’intellectuels à tendance anarchiste.

Intellectuels solidaires

La collaboration entre Mirbeau et Jean Grave, ponctuée d’épisodes marquants, nous montre une évolution inscrite sous le signe de la solidarité intellectuelle. Ces événements mettent en lumière des enjeux politiques spécifiquement reliés aux activités éditoriales et journalistiques. De plus, cette évolution illustre le développement d’un réseautage entre les milieux militants et littéraires. Afin de compléter ce tableau, nous nous concentrerons maintenant sur un moment qui représente à plusieurs égards un tournant majeur dans l’histoire de l’anarchisme : l’ère des attentats anarchistes.

Au cours de l’année 1892, plusieurs attentats sont commis au nom de l’anarchisme. Des noms tels que Ravachol, anarchiste militant de la propagande par le fait ayant amorcé la période des attentats, ou Émile Henry, auteur de l’attentat du café du Terminus en 1894, émergent d’ailleurs de cette phase sanglante de la propagande par le fait. Devant les proportions grandissantes du phénomène, dont le point culminant est l’assassinat du président de la République Sadi Carnot, les autorités françaises élaborent des lois répressives à l’encontre des anarchistes qui seront baptisées les « lois scélérates ». En décembre 1893, les premières lois sont votées, ce qui donne lieu à une vague de répression contre les libertaires. L’une de ces lois stipule qu’il est dorénavant interdit de faire l’apologie d’actes criminels. Or, à cette même époque, Jean Grave tente d’effectuer la réédition populaire de son ouvrage La société mourante et l’anarchie [35], publié d’abord chez Stock. La seconde édition de l’ouvrage, à prix réduit, paraît en janvier 1894, avec un chapitre supplémentaire intitulé « La Méthode expérimentale ». C’est sur la base de cet ajout que les autorités considèrent alors la réédition comme une oeuvre inédite et emprisonnent Grave pour incitation à la propagande par le fait, soit le vol, l’attentat ou la désertion [36]. Dans les premiers jours de l’année 1894, la police arrête plusieurs centaines d’anarchistes et le 6 janvier, Grave est écroué au Dépôt [37].

De nombreux journaux prennent rapidement la défense de Grave, qui profite ainsi de son important capital de sympathie auprès des acteurs du milieu littéraire. Il faut toutefois attendre près d’un mois avant la première manifestation de Mirbeau dans la presse, le 19 février. Dans un article intitulé « Pour Jean Grave », publié dans Le Journal, il dénonce l’attentat commis par Émile Henry au Café du Terminus, un acte qu’il juge néfaste pour la libération de Grave : « Un ennemi mortel de l’anarchie n’eût pas mieux agi que cet Émile Henry, lorsqu’il lança son inexplicable bombe [38]. » Si Mirbeau réaffirme dans son article son adhésion et sa solidarité envers l’anarchisme et Jean Grave, il prend néanmoins position dans ce débat autour de l’usage de la propagande par le fait.

Au début de la période de l’ère des attentats, Mirbeau avait défendu le geste de Ravachol en soulignant que ce dernier était le produit d’une société liberticide [39]. À ce moment, il avait en quelque sorte entériné, ou du moins excusé, l’usage de la violence. Or, suivant l’évolution des attentats et de la répression, le discours de Mirbeau se transforme. La sensibilité qu’il montre dans la défense des anarchistes intellectuels tels qu’Alexandre Cohen témoigne d’ailleurs du resserrement idéologique qui s’effectue au moment où Émile Henry commet son attentat. Plus largement, le positionnement de Mirbeau reflète une situation qui se manifeste dans les différents milieux anarchistes, sympathisants et militants. On constate à cet égard, tout au long de la période des attentats, une baisse de la sympathie envers les acteurs de l’anarchisme dans les milieux littéraires. Si l’incarcération de Jean Grave fait l’objet d’une protestation collective, il n’en demeure pas moins que cette période, marquée par la répression, représente la fin d’une euphorie anarchiste. Pierre Glaudes rappelle en ce sens que « pour un bon nombre d’entre eux [les écrivains], l’anarchisme semble n’avoir été qu’un péché de jeunesse, un des aspects de la vie de bohème qu’ils ont abandonné [40] ».

Malgré la défection envers les idées anarchistes d’un bon nombre de « littérateurs », Mirbeau, quant à lui, affirme son attachement intellectuel en signant un article élogieux du génie de Jean Grave. D’ailleurs, il est d’autant plus concerné par la cause du fait qu’il est l’auteur de la préface du livre mis en accusation. C’est notamment pour cette raison qu’il s’affaire à mettre en lumière l’incohérence de la poursuite : « On le poursuit aussi pour délit de presse. Il paraît que La société mourante et l’anarchie, qui pouvait, il y a un an, au moment où elle est parue, s’étaler librement aux devantures des librairies, est devenue à tout coup, un danger public [41]. » Il soulève ainsi l’injustice d’une situation qui met en cause le contrôle des idées et la censure, pratiques incohérentes avec les valeurs de la IIIe République. Malgré la répression qui s’abat sur les anarchistes et qui inquiète également Mirbeau, ce dernier réitère sa solidarité et vilipende une justice qui lui semble incompréhensible. Dans cet élan de sympathie, il ira jusqu’à témoigner en faveur de Jean Grave lors du procès de celui-ci et apposera sa signature au manifeste en soutien du militant.

Mirbeau s’investit ainsi de toute sa plume dans la défense de Grave. Au même moment, son engagement envers l’anarchisme s’amplifie, alors qu’il use de ses forces à la défense de plusieurs autres anarchistes militants. Il joint notamment sa voix à de nombreux compagnons littéraires dans la protestation collective contre l’emprisonnement de Félix Fénéon, journaliste et critique d’art, au début de l’année 1894, usant de cette même verve déployée lors de la défense d’Alexandre Cohen quelques mois plus tôt.

Lorsque survient la condamnation de Grave à deux ans de prison, Mirbeau reprend la plume pour tenter en vain de rappeler la justice à la raison. Il publie, le 4 mars 1894, un article intitulé « Au palais [42] », dans lequel il poursuit son engagement contre les institutions jugées absurdes et inhumaines. Il utilise l’arme de tous ses combats, les mots, pour attaquer une justice burlesque :

J’ai beau faire, cet appareil judiciaire, si obstinément caricatural, ce décor suranné, qui semble la parodie de l’antique justice, inquisitoriale et tortionnaire, l’effroyable angoisse des rencontres humaines, en ce Palais, tout cela me poursuit, partout, comme un mauvais rêve, qui persiste, malgré le réveil.

Il déplore cette « période de ténèbres » où Grave est condamné à la prison pour la publication d’un livre « d‘une philosophie toujours élevée ». De façon remarquable, Mirbeau souligne la solidarité qui se tisse entre les écrivains de différentes orientations politiques, parfois même éloignées de l’anarchisme, en rappelant les propos tenus par Clémenceau, homme politique de l’époque et futur président du Conseil, qui juge le livre comme « [l’]une des plus puissantes oeuvres de critiques qu’il connût ». Tout comme dans le premier article de Mirbeau, on perçoit par les propos rapportés de Clémenceau à l’égard de Grave un geste solidaire entre intellectuels, qui se placent alors en opposition avec les anarchistes militants de la propagande par le fait. Le repositionnement des intellectuels anarchistes illustre certaines mutations qui s’effectuent à ce moment charnière dans l’histoire de l’anarchisme.

En effet, cette époque, qui a vu la montée de la violence anarchiste suivie d’une forte répression, représente un tournant majeur dans le développement d’un mouvement qui en est encore à ses débuts. Les manifestations solidaires envers les intellectuels et ce qu’elles signifient sur le plan des conceptions de l’anarchisme constituent un symptôme des mutations affectant la réalité des libertaires. Des fractures idéologiques se dessinent, en parallèle desquelles se profilent des ruptures entre les acteurs de la mouvance. Certes, la répression a eu un rôle majeur dans la désorganisation générale du mouvement, notamment au sein des périodiques anarchistes, qui ont dû cesser leur tirage. Mais elle a aussi eu pour effet d’amener les anarchistes à réfléchir sur les modes d’action et sur les stratégies à adopter. La suite du mouvement présente d’ailleurs une reconfiguration des réseaux, notamment ceux liant les écrivains avec les éditeurs de journaux anarchistes. Un bref coup d’oeil sur la poursuite de la relation entre Octave Mirbeau et Jean Grave illustre cette situation. Tranquillement, leur collaboration, qui jusque-là s’était ancrée dans une vision du monde similaire, s’effrite. À la suite de la présentation de la pièce de théâtre Les Mauvais Bergers, de Mirbeau, à la fin des années 1890, leur correspondance fait état d’une distanciation idéologique, alors que Grave déplore la morale pessimiste, quasi nihiliste, déployée dans la finale de la pièce.

Ainsi, la solidarité qui s’affirme au moment de l’incarcération de Grave et de la répression envers les milieux intellectuels anarchistes présente un tableau du mouvement libertaire marqué par de nombreux bouleversements. La signification que revêt la prise de position de Mirbeau, par rapport aux intellectuels, nous renseigne sur les enjeux qui ébranlent l’organisation des anarchistes de l’époque. Or, les différentes pratiques militantes mises en oeuvre au cours de cette période, telles que les appuis solidaires ou les pétitions, sont autant de prémices de l’engagement qui caractérisera l’action des intellectuels au cours de l’affaire Dreyfus [43].

Conclusion

La relation entretenue entre Octave Mirbeau et Jean Grave présente ainsi des manifestations de liens concrets qui unissent les anarchistes des milieux littéraires et ceux des milieux militants. Les moments forts de cette collaboration soulèvent des questionnements sur la réalité des acteurs du circuit de l’imprimé engagé et sur les modalités de l’engagement anarchiste.

Par un regard approfondi sur ces épisodes, nous avons mis en lumière des pratiques éditoriales qui correspondent aux particularités de l’engagement politique de ces individus voués à l’idéal de la liberté. À partir de l’exemple du Supplément littéraire de La Révolte, il a en ce sens été montré que la réédition de textes dans les pages des journaux anarchistes incarnait une forme de militantisme à l’origine du réseautage au sein de la communauté large des anarchistes : écrivains, théoriciens, éditeurs, etc. Ensuite, l’épisode où Jean Grave, convoquant l’appui de ses collaborateurs au Supplément, Mirbeau notamment, dans l’affaire l’opposant à la Société des gens de lettres, a illustré le renforcement d’une relation inscrite cette fois-ci dans un combat commun contre une vision marchande de la littérature et de la circulation des idées. En continuité avec cette connivence idéologique, la solidarité engagée entre Mirbeau et Grave s’est de nouveau manifestée lors de l’incarcération de Jean Grave pour la publication de La société mourante et l’anarchie, annonçant les perturbations symptomatiques de cette époque transitoire que représente l’ère des attentats dans le développement de l’anarchisme.

À la lumière de ces exemples tirés de la relation entre Jean Grave et Octave Mirbeau et du contexte dans lesquels ils s’insèrent, il apparaît que la solidarité entre les anarchistes des milieux littéraires et militants a agi de manière structurante dans les rouages du mouvement anarchiste au cours de l’ère des attentats anarchistes. L’implication des auteurs, journalistes et autres gens de lettres dans la défense des anarchistes, particulièrement au cours de l’épisode terroriste, révèle une connivence idéologique dont les manifestations concrètes ont favorisé la diffusion de la pensée libertaire.

En outre, l’activité éditoriale de Jean Grave comporte des méthodes artisanales, où la masse de production et le rayonnement des écrits demeurent restreints et où la stabilité souffre des aléas d’une organisation minimale, souvent très pauvre. Par ailleurs, l’effritement du mouvement anarchiste à la fin de l’ère des attentats représente un moment charnière pour ces hommes et femmes qui avaient jusque-là édifié ce riche mouvement d’idée et d’action. La réorganisation qui s’effectue dès lors marque le passage vers des pratiques inédites qui posent de nouveaux enjeux du point de vue de l’édition de livres et de journaux. La naissance de mouvements jusque-là inconnus, tels que l’anarcho-syndicalisme, ouvre la voie vers de nouvelles formes d’organisation, mais également de financement et de distribution de l’imprimé. Le champ de l’édition anarchiste, aux xixe et xxe siècles, offre ainsi pour la critique littéraire des avenues demeurées jusqu’ici pratiquement désertes.

Parties annexes