You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Appel à communications/Pour une traductologie proactiveCall for papers/For a Proactive Translatology

  • André Clas,
  • Georges L. Bastin,
  • Hélène Buzelin,
  • Jeanne Dancette,
  • Judith Lavoie,
  • Egan Valentine and
  • Sylvie Vandaele

…more information

  • André Clas
    Président du Comité organisateur

  • Georges L. Bastin
    Membre du Comité organisateur

  • Hélène Buzelin
    Membre du Comité organisateur

  • Jeanne Dancette
    Membre du Comité organisateur

  • Judith Lavoie
    Membre du Comité organisateur

  • Egan Valentine
    Membre du Comité organisateur

  • Sylvie Vandaele
    Membre du Comité organisateur

Article body

7 au 9 avril 2005
April 7-9, 2005
Université de Montréal, Québec, Canada

En commémoration de son 50e anniversaire, META annonce la tenue d’un colloque international et lance un appel aux chercheurs et aux praticiens désireux de présenter des travaux inédits portant sur la problématique d’une traductologie proactive.

En un demi-siècle, les marchés de la traduction se sont transformés ; parallèlement, une réflexion théorique et scientifique sur la traduction a vu le jour. Pionnière des revues spécialisées en traductologie, META a su conserver, tout au long de la période, son statut de publication de référence, notamment grâce à une vision aussi large que possible des démarches, tant théoriques que pratiques, associées au monde de la traduction, de l’interprétation et de la terminologie. Son histoire reflète donc en partie celles de la profession et de la discipline. Si ce cinquantième anniversaire offre l’occasion de dresser un bilan, il est aussi le moment d’interroger l’avenir.

Tandis que la traductologie acquérait une autonomie certaine, la demande exponentielle des marchés langagiers créait de nouveaux besoins. À quel point les universités satisfont-elles ces besoins ? Quelle(s) incidence(s) les recherches théoriques, nombreuses et de qualité, ont-elles sur la pédagogie et la pratique de la traduction ? La recherche, d’ailleurs, est-elle tenue de se traduire dans une pratique ? Le fossé maintes fois dénoncé subsiste bel et bien. Si elle ne prétend pas combler ce dernier, une traductologie proactive entend oeuvrer pour l’avenir, anticiper les besoins. Elle est active en amont pour devenir action en aval. À défaut de retombées, elle vise tout au moins une résonance dans les milieux langagiers. Mais il y a plus, car au-delà de l’anticipation et des connotations managériales, la proactivité évoque aussi l’engagement, l’activisme, voire la subversion.

Ce colloque invite les contributions interrogeant les dimensions proactives de la traductologie sous les angles suivants :

  • Disciplinaire : la traductologie se définit souvent par son interdisciplinarité. Faut-il chercher à atténuer les clivages qui parcourent la discipline, ou au contraire encourager les approches diversifiées, sources d’enrichissement potentiel ? Comment favoriser la diffusion des recherches dans les disciplines connexes ?

  • Pédagogique : le contexte pédagogique évolue tant par les approches et les moyens que par les changements sociaux influant sur les générations d’étudiants qui se succèdent. Comment repenser les stratégies d’enseignement et le contenu des programmes ? Quelle utilisation faire des nouvelles technologies ?

  • Culturel et politique : toute pratique discursive implique un engagement dans la société. La traductologie et la terminologie peuvent-elles/doivent-elles s’abstraire ? Sinon, quelles formes cet engagement peut-il prendre ?

  • Terminologique : la terminologie est en mutation. À quels cadres théoriques l’étude des langues de spécialité, qui s’affirme au plan scientifique, fait-elle appel ? Quel est le rôle des nouvelles approches proposées ces dernières années, comme la socioterminologie et les approches sociocognitives, communicatives ou textuelles ?

  • Technologique : outils ou supports de texte, les nouvelles technologies s’imposent. Quel impact ces recherches s’y rapportant ont-elles sur la profession ? Répondent-elles aux besoins réels des langagiers ? Quelles sont les perspectives ?

Les langues de travail seront le français, l’anglais et l’espagnol ; toutefois le service d’interprétation simultanée ne sera pas offert.

Les propositions de communication d’environ 250 mots seront reçues jusqu’au 15 décembre 2004, en fichier attaché de format Word, à l’adresse suivante : <meta@umontreal.ca>. Elles comprendront le nom, l’affiliation et l’adresse des auteurs, ainsi que la langue de présentation et les besoins audiovisuels éventuels. La sélection définitive par le comité du programme sera communiquée aux intéressés au plus tard le 25 janvier 2005. Meta assurera la publication des résultats du colloque.

***

Researchers and practitioners are invited to submit proposals for this three-day international symposium organized and hosted by META to commemorate its 50th anniversary. Abstracts should ideally cover the area of proactive translation studies and research.

Over the last half century the translation market has undergone significant changes together with the emergence of theoretical and scientific studies of translation as a discipline. A pioneer and pathfinder among translation journals, Meta has gained and maintained its status and stature as an acknowledged reference in the field, thanks to the broad perspective it offers on approaches, both theoretical and practical, to translation, interpretation and terminology. In a sense, the history of Meta mirrors that of the profession and the discipline. Meta would like to seize this opportunity of its 50th anniversary to both look back and take stock as it looks ahead and prepares for the future.

As translatology developed as a distinct discipline, the language market expanded exponentially creating new needs. To what extent have universities been able to meet these needs? What has been the impact of theoretical studies – which have been rather extensive and outstanding – on translation pedagogy and practice? Does research necessarily translate into practice? The gap, so often criticized, between research and practice does indeed exist. While proactive translatology does not claim to bridge this gap, it seeks to be forward looking, to anticipate needs. Poised at the forefront of innovation, it stands ready to respond appropriately.

The organizers are hopeful that this symposium will at the very least strike a chord within the language community and serve as a stepping stone to more commitment, activism and thought-provoking contributions.

Submissions focusing on all proactive dimensions of translation studies are being sought:

  • The Discipline: Translatogy has always been defined in terms of its inter-disciplinarity. Should attempts be made to lessen the cleavages in the discipline or should diversified approaches – which are potential sources of enrichment – be encouraged? How could dissemination of research in related disciplines be promoted?

  • Pedagogy: The pedagogical context is evolving not in terms only of approaches and means but also of social change affecting successive generations of students. How can teaching strategies and program content be reshaped? What possibilities do new technologies offer in this area?

  • Cultural and Political Dimensions: Discoursal practice implies social commitment. Can / should translatology and terminology be considered in abstraction? How should this commitment be addressed?

  • Terminology: Terminology is undergoing constant change. What should the theoretical frameworks for the study of specialized languages be? What is the role of the new approaches proposed over recent years, such as socio-terminology, socio-cognitive, communicative or text-based approaches.

  • New Technologies: As text editing tools and support, new technologies are crucial. How has research in this area impacted the profession? Does research respond to the real needs of language professionals? What are the possibilities for the future?

Presentations may be made in French, English or Spanish; however, the availability of interpretation services is not foreseen.

Abstracts of about 250 words should be submitted as Word attachments to the following address: <meta@umontreal.ca>. Authors are asked to indicate their name, address and professional affiliation and indicate any special needs (AV equipment) for their presentation. Selection will be completed and confirmed by January 25, 2005. Meta will publish the proceedings of the symposium.