Recension

Stévance, S. et Lacasse, S. avec la collaboration de Desjardins, M. (2018). Pour une éthique partagée de la recherche-création en milieu universitaire. Québec : Presses de l’Université Laval[Record]

  • Jean Bernatchez

…more information

  • Jean Bernatchez
    Professeur, Unité départementale des sciences de l’éducation, Université du Québec à Rimouski

L’ouvrage fait suite aux États généraux de la recherche-création organisés du 22 au 24 mai 2016 à la Faculté de musique de l’Université Laval. Une quinzaine de chercheurs-créateurs et de gestionnaires de la recherche-création eurent l’occasion de partager leurs réflexions sur les grands enjeux de la recherche-création en milieu universitaire. L’ouvrage compte neuf chapitres regroupés en quatre parties. Ces textes prolongent les réflexions de 2016 puisqu’un temps de maturation et l’exercice d’écriture ont permis de porter un regard réflexif sur les échanges. La première partie traite de recherche-création comme approche de recherche. Sophie Stévance, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en recherche-création en musique de l’Université Laval, propose dans le chapitre 1 d’identifier les enjeux d’une conduite responsable en recherche-création. Son modèle, qu’elle présente avec l’acronyme RADAR, propose: 1) de responsabiliser les acteurs concernés; 2) d’adapter l’évaluation à une vision renouvelée de la recherche-création; 3) de développer les outils éthiques pour la formation; 4) de les appliquer à des projets proposant une approche de recherche-création où toutes les contributions seraient reconnues. Dans le chapitre 2, Alain Findeli, professeur honoraire en design de l’Université de Montréal et professeur émérite de l’Université de Nîmes, retrace le parcours du concept de recherche-projet en design avant de proposer les paramètres de son transfert dans le domaine des arts. Il s’interroge à savoir si le design (ou les arts) est une discipline universitaire, sur la nature de son objet théorique et sur la recherche dans ce domaine. Dans le chapitre 3 (en anglais), Andrew McNamara, professeur à la Faculté des industries créatives de l’Université Queensland de technologie d’Australie, invite à partir de son expérience à s’intéresser à l’asymétrie de la recherche et de la création dans la recherche-création. La deuxième partie du livre porte sur le thème de l’intersection de la recherche, de l’innovation et de la création et elle propose, dans le seul chapitre 4 (en anglais), un texte de Nathalie S. Loveless, artiste conceptuelle et professeure d’histoire de l’art contemporain au Département d’art et de design de l’Université de l’Alberta. Elle est d’avis que l’institutionnalisation de la recherche-création est une des plus intéressantes provocations interdisciplinaires observées dans les universités canadiennes. Elle rend compte du rôle de l’affect dans la reconfiguration des finalités et des méthodes de sa propre pratique de recherche-création. La troisième partie du livre considère la recherche-création sous l’angle de la collaboration et elle donne la parole à des étudiants de cycles supérieurs de l’Université Laval, dirigés par Sophie Stévance. Dans le chapitre 5, Martin Desjardins, étudiant au doctorat en musicologie/recherche-création, témoigne de son expérience à travers le prisme de la circulation d’états dans une recherche-création centrée sur le projet. Au chapitre 6, Michaël Garancher, étudiant de maîtrise en musicologie, met en relief les conditions normatives sur lesquelles reposent les processus décisionnels et performatifs, en s’intéressant plus spécifiquement au concept de légitimité. La quatrième partie du livre témoigne de la pratique de la recherche-création dans quelques établissements universitaires. Pierre-Luc Landry signe le chapitre 7 présentant ses réflexions situées et engagées sur la recherche-création et sur son financement à l’université. Il est auteur de romans et professeur au Département d’études françaises du Collège militaire royal du Canada. Dans le chapitre 8, Christine Esclapez, professeure au Département de musicologie de l’Université Aix-Marseille, dresse un état des lieux de la situation en France en ce qui a trait aux zones de conversation entre la recherche et la création. Au chapitre 9, Ariane Couture, conseillère en développement de la recherche à l’Université Laval, expose les enjeux et les pratiques de son université en lien avec le soutien …