The Érudit platform is currently experiencing slowdowns and disruptions due to an incident at our technical service provider. We are sorry for this inconvenience and are actively collaborating to restore the service. The information will be updated on our Twitter Page.

Articles

L’attitude de tenir une phrase pour vraie et le holisme psycholinguistique [1]

  • Jean-David Lafrance

…more information

Logo for Philosophiques

Article body

Introduction

On s’entend habituellement pour dire qu’il y a deux types de relations susceptibles de prévaloir entre états mentaux, soient les relations causales et les relations logiques [2]. Les propriétés responsables de ces relations sont, dans le cas des relations logiques, les propriétés du contenu propositionnel des états mentaux et les propriétés de l’état mental (qua état physique, pour plusieurs) dans le cas des relations causales. Les épistémologues soutenant, comme Donald Davidson, que seule une croyance peut en justifier une autre (ou un état mental à contenu propositionnel) et qu’il est nécessaire que l’agent ait accès à ces relations, se concentreront sur l’étude des relations logiques, alors que ceux qui font intervenir des stimulations sensorielles ou bien des états expérientiels, généralement compris comme n’ayant aucun contenu propositionnel, s’attarderont aux relations causales. On peut toutefois se demander ce qu’il en est dans les domaines autres que l’épistémologie, comme la sémantique. Le holisme psycholinguistique, faisant dépendre la signification des énonciations d’un individu sur le contenu de ses croyances (ou état mental à contenu propositionnel), doit-il ne se contenter que de relations logiques ou peut-il (en plus) inclure des relations causales ? S’il apparaît presque certain que l’accent doit être mis sur les relations logiques puisque, après tout, il est question des croyances d’un individu, lesquelles sont des états mentaux à contenu propositionnel, certaines considérations et avenues adoptées et exprimées par Davidson permettent d’en douter.

La thèse holiste de la signification qui est préconisée par Davidson peut se définir, d’une part, par le principe de compositionalité, lequel indique que la signification d’une phrase est déterminée par celle des expressions qui la constituent et, d’autre part, par le principe du contexte de Frege selon lequel une expression n’a de signification que dans le contexte d’une phrase. Puisque la signification d’un constituant de phrases dépend de celle des phrases où il figure et que la signification d’une phrase dépend de celle de ses constituants, ces deux principes semblent chez Davidson entraîner que la signification d’une phrase dépend de celle de toutes les phrases (Laurier, 1994, p. 150). Cette dernière dépendance témoigne d’un holisme assez fort, lequel est un holisme sémantique. Ce dernier semble, à en croire le processus de l’interprétation radicale, être le corollaire d’un holisme psychologique ayant trait à la relation entre états mentaux [3]. L’interprétation radicale requiert que l’on décèle les phrases tenues pour vraies par le locuteur, que l’on suppose que ces phrases sont effectivement vraies et qu’on attribue à ce locuteur des croyances relativement semblables aux nôtres [4]. Ces deux dernières clauses, c’est-à-dire la supposition de la vérité des phrases tenues pour vraies et l’attribution de croyances semblables aux nôtres, renvoient au principe de charité. Connaissant donc par hypothèse les croyances du locuteur, il devient possible de traduire les phrases qu’il énonce étant donné l’interdépendance, soutenue par Davidson, des croyances et de la signification.

Cette dernière thèse indique ce que l’on pourrait appeler, en suivant Daniel Laurier, un holisme épistémique, selon lequel la connaissance d’une entité ne peut se faire sans la connaissance (d’un bon nombre) d’autres entités. Toutefois, lorsque je parle de la dépendance mutuelle de la signification des phrases énoncées par un locuteur et de l’ensemble de ses croyances, je parle du holisme psycholinguistique qui n’est pas un holisme épistémique, mais métaphysique, c’est-à-dire qui concerne une partie de la réalité (l’existence d’une entité nécessite l’existence d’un bon nombre d’autres entités) [5]. Ces deux classes de holismes, soient les holismes métaphysiques et les holismes épistémiques, semblent regrouper la totalité des holismes que l’on retrouve chez Davidson : le holisme issu de l’interprétation radicale est un holisme épistémique puisqu’il a trait, en premier lieu, à la connaissance des croyances et de la signification des phrases du locuteur par l’interprète, alors que les holismes sémantique, psycholinguistique et psychologique concernent plutôt des entités précises, des phrases dans un premier cas auxquelles on ajoute des états mentaux dans le second, desquels on retranche les phrases dans le troisième, de sorte qu’ils sont des holismes métaphysiques. À mon avis, le holisme psycholinguistique concerne aussi l’attitude de tenir une phrase pour vraie, dont la définition n’est pas claire dans l’oeuvre de Davidson. J’examinerai les différentes définitions qui furent proposées pour cette attitude, d’une part, en tentant de montrer que son inclusion dans le holisme psycholinguistique n’affecte pas nécessairement l’interprétation radicale et, d’autre part, en explorant la question de savoir si ces différentes définitions sont adéquates.

Après avoir présenté la théorie davidsonienne de la signification, l’interprétation radicale et le holisme psycholinguistique, je recenserai trois définitions de l’attitude de tenir une phrase pour vraie que l’on retrouve dans les textes de Davidson. Je tenterai de voir les conséquences que chacune de ces définitions entraîne à l’égard du holisme psycholinguistique et de l’interprétation radicale en posant la question de savoir quel type d’état mental peut faire partie du holisme psycholinguistique, ce qui sous-entend la question de savoir quel type de relations on pourrait admettre dans ce holisme. Je critiquerai chacune de ces définitions mais devrai me contenter de ne donner qu’un point de vue partiel des problèmes qu’elles soulèvent. On me pardonnera de ne pas m’attarder davantage à ces problèmes pour la simple et bonne raison que ces critiques visent plutôt à éclaircir cette notion qui me semble confuse chez Davidson, comme en témoignera, entre autres, la dernière partie du texte où j’examinerai une suggestion de Laurier (Laurier, 1994) suivant laquelle l’attitude de tenir une phrase pour vraie comprise comme une attitude non individuative va à l’encontre du rejet, cher à Davidson, de la dichotomie entre phrases théoriques et phrases d’observation.

L’attitude de tenir une phrase pour vraie est importante chez Davidson, non seulement parce qu’elle joue le rôle de donnée empirique accessible lors du processus de l’interprétation radicale, mais aussi parce que, selon toute vraisemblance, elle fait partie du holisme psychologique que Davidson préconise. Soulever les difficultés des définitions données par Davidson à la notion de l’attitude de tenir une phrase pour vraie revient à évaluer dans quelle mesure on peut la définir de manière à ce que ces deux caractéristiques ressortent d’une manière claire et non ambiguë. Et, plus important encore, elle peut nous servir de prétexte pour comprendre le holisme psycholinguistique qu’on voudrait attribuer à Davidson. Dans la mesure où les relations entre les entités de ce dernier holisme ne peuvent être que logiques ou causales, évaluer les définitions que donne Davidson de la notion d’attitude de tenir une phrase pour vraie en gardant à l’esprit la possibilité de son inclusion dans le holisme psycholinguistique revient à évaluer les types de relations qui peuvent être présentes dans ce holisme ; mener une réflexion sur cette attitude revient alors à définir le holisme psycholinguistique et à le distinguer d’autres holismes que l’on retrouve dans les thèses de Davidson.

Théorie de la signification et holisme psychologique

Théorie tarskienne de la vérité et théorie de la signification

Une théorie de la signification, selon Davidson, doit rendre compte de la compétence des locuteurs d’une langue. Elle vise à rendre compte de ce qu’un individu ne comprenant pas une langue L particulière a besoin de savoir pour interpréter un locuteur de L. À ce titre, elle doit montrer comment la signification d’une infinité de phrases dépend d’un nombre fini d’expressions linguistiques ainsi que de la façon de les agencer ; elle doit pouvoir donner de manière récursive, qualification à laquelle je reviendrai, la signification de n’importe quelle phrase d’une langue. Cette théorie de la signification doit prendre la forme d’une théorie tarskienne de la vérité, c’est-à-dire que d’un nombre d’axiomes fini, il doit être possible de déduire des théorèmes (phrases-T dorénavant) ayant la forme « s est T ssi p » où s est le nom d’une phrase de L mettant de l’avant sa structure (un nom descriptif structural dorénavant), p la traduction de cette phrase dans la métalangue dans laquelle est formulée la théorie et T un prédicat, visiblement défini de manière extensionnelle, regroupant un certain nombre de phrases de L. Par ailleurs, une théorie de la signification ayant pour structure celle d’une théorie tarskienne de la vérité doit respecter la condition d’immanence (voir le texte [Engel, 1994] qui prétend emprunter la notion à Laurier), selon laquelle la phrase-T ne doit pas contenir de concepts sémantiques, hormis celui de vérité, qui ne sont pas déjà présents dans la phrase de la langue objet, sous peine de pétition de principe étant donné l’interdéfinissabilité des concepts sémantiques (Quine, 1951) ; il serait effectivement malvenu d’utiliser le concept de signification dans une théorie qui vise justement à expliquer et à rendre compte de la signification. Cette dernière remarque vaut aussi pour le concept de traduction que j’ai utilisé pour présenter la théorie tarskienne de la vérité, ce qui incline Davidson à vouloir se dispenser de la notion, tout en gardant le résultat.

L’extensionalité des phrases-T permet la substitution salva veritate de p par une phrase ayant la même valeur de vérité, ce qui ruine le projet de faire de p une traduction de la phrase à laquelle réfère s avec l’hypothèse que le concept de traduction n’est pas disponible. Afin de pallier cette lacune, Davidson stipule que différentes conditions empiriques, en plus de conditions formelles auxquelles je ne m’attarderai pas, devront être imposées sur la théorie. Ces deux types de conditions feront de p l’expression des conditions de vérité de la phrase à laquelle s renvoie et verront ainsi au respect de la condition d’immanence. Les conditions matérielles nécessitent que la théorie de la signification soit soutenue par des évidences [evidence] particulières, lesquelles sont exprimées par des énoncés relatant des phrases tenues pour vraies par un locuteur dans des circonstances particulières et à un moment donné, qui peuvent ensuite servir à échafauder des énoncés plus généraux s’appliquant à une communauté linguistique, desquels il est possible de conjecturer les phrases-T. « Paul appartient à la communauté linguistique anglaise et tient pour vraie “It is raining” samedi à midi, et il pleut près de Paul samedi à midi » est un exemple d’évidence particulière, alors que « (∀x)(∀t)(si x appartient à la communauté linguistique anglaise alors [x tient pour vraie “It is raining” à t si et seulement s’il pleut près de x à t]) » en est un d’énoncé d’évidence plus général (Davidson, 1973, p. 135). La phrase-T étayée par ce dernier énoncé d’évidence général est « “It is raining” est vraie en anglais lorsque énoncée par x à t si et seulement s’il pleut près de x à t ». Évidemment, ce ne sont pas toutes les phrases-T qui seront ainsi soutenues par des énoncés d’évidence généraux pour la simple et bonne raison qu’un locuteur ne peut énoncer qu’un nombre fini de phrases, alors qu’une théorie de la signification doit donner la signification de l’infinité des phrases de la langue du locuteur. On s’assure de la vérité des phrases-T à propos des phrases non énoncées, grâce à cette contrainte mise en conjonction avec les contraintes formelles. Enfin, la théorie donne les conditions de vérité de n’importe quelle phrase d’une langue, dont une connaissance apparaît suffisante à la connaissance de la signification de ces phrases. Si Tarski supposait la notion de traduction et spécifiait à l’aide de celle-ci les conditions de vérité des phrases, Davidson, a contrario, tient pour acquise la vérité de la phrase de la langue objet et en tire la traduction.

La récursivité de la théorie de la signification compte au nombre des contraintes formelles imposées sur celle-ci. En outre, elle permet de faire ressortir le caractère holiste de la signification sans nécessairement le définir : ce qui est important pour que la théorie donne la signification d’une phrase est, en plus des conditions de vérité données par les phrases-T, la déduction (la preuve) de la phrase-T (du théorème) à partir des axiomes (Davidson, 1970, p. 61). Cette déduction montre alors en quoi la signification d’une phrase dépend de la signification d’autres phrases, dont les phrases indexicales. Une théorie de la signification pour la langue de Paul ne pourrait pas impliquer la phrase-T « La neige est blanche est T si et seulement si le gazon est vert [6] » sans par la même occasion impliquer les phrases-T suivantes : « Ceci est blanc est T lorsque énoncée par Paul à t si et seulement s’il y a quelque chose de vert près de Paul à t » et « Ceci est de la neige est T lorsque énoncée par Paul à t si et seulement s’il y a du gazon près de Paul à t ».

Holisme de la signification et holisme psychologique : holisme psycholinguistique

Le holisme psycholinguistique est mis en évidence lors de l’expérience de pensée de l’interprétation radicale où il est question d’un interprète devant traduire les paroles d’un locuteur dont la langue lui est inconnue. Davidson indique que les croyances (et autres attitudes propositionnelles) ainsi que la signification des phrases énoncées par les locuteurs sont interdépendantes : on ne peut attribuer d’attitudes propositionnelles au locuteur, de croyances par exemple, sans interpréter les phrases qu’il énonce, alors qu’une stratégie propice à l’interprétation serait justement de s’appuyer sur des informations, à l’égard des attitudes propositionnelles, dont on pourrait disposer [7] (Davidson, 1974). Le corollaire des évidences empiriques particulières mentionnées lors de la présentation de la théorie de la signification en ce qui concerne l’interprétation radicale est l’attitude des locuteurs de tenir une certaine phrase pour vraie, laquelle est conçue comme la résultante de la signification des phrases de sa langue ainsi que de ses attitudes propositionnelles. Comme le principe de charité de Davidson requiert que l’on attribue au locuteur des croyances en gros semblables à celles que l’on possède, il devient possible, par la connaissance des phrases qu’il tient pour vraie, de découvrir la signification des phrases qu’il énonce.

Davidson s’inspire d’un problème en théorie de la décision comme modèle pour l’interprétation radicale. La préférence pour un pari plutôt qu’un autre est le résultat de deux facteurs psychologiques chez l’agent, la valeur qu’il attribue à ce qu’il est possible de s’ensuivre du choix de paris (ce qui pourrait équivaloir à un désir) ainsi que la probabilité qu’il assigne au fait qu’un certain résultat ait lieu (ce qui est une croyance qu’un certain résultat aura lieu). Dans le cas de la décision, la préférence pour un pari plutôt qu’un autre est le corollaire de l’attitude de tenir une phrase pour vraie, et le choix, celui de l’énonciation [8]. Une façon de découvrir la probabilité assignée à un événement par un agent est de lui proposer un choix qui suscitera son indifférence, par exemple un choix entre, d’une part, le pari selon lequel si E est le cas, alors l’agent reçoit 11 $ ainsi que si E n’est pas le cas, alors l’agent reçoit 0 $ et, d’autre part, le pari selon lequel si E n’est pas le cas, l’agent reçoit 11 $, alors que si E est le cas, l’agent ne reçoit absolument rien. Ce test sert alors de donnée étalon pour hiérarchiser les préférences les unes par rapport aux autres, mettant dès lors en lumière le caractère holiste de l’explication d’une préférence particulière : elle ne peut se faire sans l’assignation et la gradation de valeurs et de probabilités subjectives à l’agent, qui seront attestées par l’observation et l’analyse d’autres choix. En d’autres termes, expliquer une préférence requiert deux variables, soient la valeur et la probabilité assignée par l’agent à un événement, dont la connaissance n’est pas possible sans celle des autres valeurs et préférences assignées à d’autres événements.

La situation est semblable dans le cas de l’interprétation : les croyances (ou autres attitudes propositionnelles) et la signification donnent lieu à l’attitude de tenir une phrase pour vraie [9]. Et il n’apparaît pas possible d’attribuer des significations aux phrases énoncées par le locuteur sans lui attribuer de croyances, et vice versa. En déterminant, par le principe de charité, les croyances du locuteur, il devient possible de connaître les significations des phrases qu’il énonce. Cela suggère alors, d’une part, un holisme d’ordre épistémique dans la mesure où la connaissance de la signification d’une phrase dépend de la connaissance (d’un grand nombre) des attitudes propositionnelles du locuteur, et vice versa. D’autre part, que le holisme de la signification mis en conjonction avec le holisme psychologique donne lieu à un holisme psycholinguistique puisque la signification d’une phrase énoncée dépend, comme le dit Davidson, des relations grammaticales ou logiques que cette phrase entretient avec les autres croyances (Davidson, 1983, p. 147). Comme il est nécessaire d’attribuer au locuteur l’attitude de tenir une phrase pour vraie lors de l’interprétation radicale, il devient légitime de se demander si une telle attitude peut faire partie du holisme psycholinguistique. La discussion qui suit aura donc une portée métaphysique, puisqu’il ne sera à peu près pas question du holisme épistémique, mais presque exclusivement du holisme psycholinguistique.

L’attribution de l’attitude de tenir une phrase pour vraie

Comme les évidences empiriques d’une théorie de la signification sous-tendent les phrases-T de cette théorie, cette dernière est vérifiée en ce qui a trait aux phrases et non aux expressions subsententielles. Comme on l’a vu, les données empiriques tenant lieu d’évidences empiriques se résument à l’attitude du locuteur de tenir une phrase pour vraie. À ma connaissance, la qualification de cette attitude comme étant non individuative fut inaugurée dans « The Structure and Content of Truth » (Davidson, 1990b) où Davidson suggère qu’un état mental individuatif est un état dont l’expression fait appel à un énoncé construisant un contexte intensionnel, que l’on cherche à éviter avec les attitudes non individuatives [10]. En effet, Davidson cherche des données empiriques qu’il est possible de déceler chez le locuteur sans posséder une connaissance préalable de sa langue. Et l’attitude de tenir une phrase pour vraie sied bien à la tâche étant donné, c’est ce que Davidson suppose à tout le moins, qu’il est possible de la connaître indépendamment de l’attribution d’autres attitudes (individuatives ou non). Or il (Davidson, 1980, 1983, 1991) n’hésite pas à identifier l’attitude non individuative à l’assentiment chez Quine, lequel est aussi défini par Davidson (Davidson, 1991) comme une attitude non individuative [11]. Le problème, c’est que l’assentiment chez Quine ne peut être qualifié d’attitude mentale, mais plutôt de comportement observable produit par l’agent en réaction à des stimulations sensorielles [12] (Davidson, 1977, p. 230-231, Quine, 1999). Chez Quine, comme il est question de comportements observables, il est possible pour l’interprète (ou le traducteur) de répéter les phonèmes composants la phrase énoncée par le locuteur sans en comprendre la signification, de manière à susciter un comportement du locuteur, lequel sera interprété comme un assentiment. En aucun cas il n’est question chez Quine de l’attribution d’une attitude mentale. En revanche, comme on l’a vu, Davidson (Davidson, 1980, p. 5) présente l’attitude de préférer un pari plutôt qu’un autre comme étant une attitude intensionnelle, et il semble conclure qu’il en est de même pour l’attitude de tenir une phrase pour vraie [13]. On aurait pu considérer cette façon de définir cette dernière attitude comme une attitude intensionnelle marginale si Davidson n’en faisait pas l’éloge dans « Reality Without Reference » (Davidson, 1977) (voir la note 11). L’ambivalence de Davidson à l’égard de la définition de l’attitude mentale de tenir une phrase pour vraie se répercute dans les écrits des philosophes au sujet de ses thèses.

Colin McGinn présente d’emblée cette attitude comme ayant un contenu propositionnel métalinguistique : « […] les attributions de [phrases] tenues-vraies sont des attributions (d’un genre) de croyance – la croyance qu’une phrase est vraie – et ainsi elles sont en lien avec les attributions d’autres croyances de sorte que cela fait obstacle à leur disponibilité préalable [14] » (McGinn, 1986, p. 365). Root et Wallace présentent l’attitude de tenir une phrase pour vraie comme ayant deux dimensions, l’une comportementale et l’autre mentale, et n’expliquent que la dimension mentale au dépend de l’autre. L’attitude de tenir une phrase pour vraie, selon ces derniers auteurs, peut se voir comme une croyance dont le contenu est exprimé par une phrase placée en position de re dans l’énoncé exprimant la croyance [15]. À l’opposé, Laurier [16] (Laurier, 1994) indique que l’attitude de tenir une phrase pour vraie doit se comprendre comme l’attribution, par l’interprète, de la propriété d’être tenue-pour-vraie à une phrase prononcée par le locuteur, ce qui s’apparente à la façon dont Davidson (Davidson, 1990b) la définit puisque cela met en valeur l’extensionalité de l’attitude. Le prédicat renvoyant à la propriété tenue-pour-vraie est en effet un prédicat à deux arguments reliant un individu et une phrase, qui permet ainsi l’intersubstituabilité salva veritate de l’expression renvoyant à la phrase. C’est dire que, du point de vue de l’attitude, celle-ci n’est aucunement intensionnelle.

À travers cette diversité, on retrouve les trois stratégies qu’il était possible de déceler chez Davidson et qu’on analysera dans les sections suivantes. McGinn ainsi que Root et Wallace, lorsqu’il est question de la dimension mentale de l’attitude, prétendent que l’attitude de tenir une phrase pour vraie est une croyance, faisant ainsi écho, je présume, à « Three Varieties of Knowledge » (Davidson, 1991). Root et Wallace soutiennent qu’il y a une dimension comportementale à l’attitude de tenir une phrase pour vraie et exploitent cette dimension lorsqu’ils exposent leur vision de l’interprétation radicale chez Davidson. Enfin, Laurier traite l’attitude non individuative comme s’il était question d’un état mental à contenu non propositionnel.

Relations logiques : l’attitude de tenir une phrase pour vraie comme une croyance

Les données empiriques de l’interprétation radicale, on le sait, doivent pouvoir être accessibles à l’interprète sans l’aide d’une théorie de la signification pour la langue du locuteur, ce qui laisse présumer que l’attitude de tenir une phrase pour vraie ne peut être une croyance ni un état intensionnel. C’est une conséquence des deux principes qui définissent le holisme sémantique évoqués dans l’introduction : si l’identification de l’attitude de tenir une phrase pour vraie requérait l’identification de la proposition exprimant le contenu de l’attitude, il faudrait, pour la comprendre, faire appel à un bon nombre de propositions exprimant le contenu des autres attitudes du locuteur, voire la totalité de celles-ci. Cette conséquence rappelle évidemment le holisme épistémique mais se transpose, me semble-t-il, au holisme psycholinguistique étant donné la présence de relations logiques entre états mentaux intensionnels. Que la proposition exprimant la phrase tenue pour vraie soit en position de re ou de dicto ne change ainsi rien à l’affaire, puisque l’état mental dont il est question est inévitablement, dans ces cas, intensionnel. Ainsi, il semblerait que les positions de McGinn et de Root et Wallace, au regard de la dimension mentale de l’attitude de tenir une phrase pour vraie, ne tiennent pas la route, ne laissant plus que deux possibilités, celle de l’attitude comme comportement et celle de Laurier [17].

L’attitude de tenir une phrase pour vraie comme une attitude non individuative

Laurier prétend que la présence d’attitude non individuative [18] réintroduit ce que le rejet de la théorie du jeu de cube [building block theory] avait évacué : la possibilité d’attribuer des états mentaux intentionnels indépendamment de l’attribution d’autres états mentaux. Il soutient cela sur la base du fait que l’attitude de tenir une phrase pour vraie est une attitude intentionnelle ayant donc des objets pour contenu. Comme il y a là une individuation d’objets, dont Laurier prétend qu’elle s’apparente à la référence à un objet par un terme, il semble que la possibilité d’attribuer une de ces attitudes indépendamment des autres attitudes individuatives aille à l’encontre du holisme. Chez Davidson, « théorie du jeu de cube » désigne les théories qui accordent une priorité aux expressions simples lors de la détermination de la signification des expressions complexes (voir [Davidson, 1977]). Par exemple, une théorie causale de la référence, supposant que les mots acquièrent une signification de leur relation causale avec le monde et déterminent ainsi la signification des phrases dans lesquelles ils apparaissent, est une théorie du jeu de cube. D’un côté, supposer que ces attitudes témoignent d’un objet présent à l’esprit de l’agent et ainsi d’un objet de référence des termes exprimant le contenu de ces états mentaux pourrait aller à l’encontre du holisme si on supposait que cet objet, tel que présent à l’esprit de l’agent, n’était pas déterminé par les autres attitudes du locuteur ; ou encore que la valeur sémantique des termes utilisés par le locuteur n’était pas déterminée par celle des autres termes qu’il utilise. Or, l’extensionalité de cette attitude mentale nous montre que son attribution ne revient pas à l’attribution d’un objet de pensée au locuteur. Au contraire, le problème se poserait et serait d’autant plus aigu, si nous avions affaire à des attitudes propositionnelles attribuables indépendamment de l’attribution d’autres attitudes mentales (ou états mentaux) individuatifs. Après tout, avec l’hypothèse (courante) que l’eau est de l’H20, « Paul perçoit la salinité de l’H20 » n’entre pas en conflit avec « Paul ne croit pas que l’eau est constituée de deux molécules d’hydrogène et d’une molécule d’oxygène » ni d’ailleurs avec « Paul ne croit pas que le sel existe [19] » ; autrement dit, il semble que l’attribution d’une attitude non individuative, si cette dernière n’a pas de contenu propositionnel, n’attribue aucun concept ni objet de pensée au locuteur [20].

Cela n’est pas étonnant étant donné l’insistance avec laquelle Davidson défend l’idée que les relations entre les phrases d’une langue sont logiques (ou grammaticales, ce qui pourrait revenir au même), et suggère fortement que ce sont ces relations qui sont d’abord et avant tout responsables du holisme de la signification, (comme Laurier semble le suggérer lorsqu’il dit que le holisme ne concerne que les entités pourvues de contenu propositionnel [21]). Les relations logiques ne peuvent prévaloir entre attitudes individuatives et non individuatives, l’attribution de ces dernières n’est donc pas holiste. Et inclure les relations causales entre états mentaux dans le holisme psycholinguistique ne semble poser aucun problème, dans la mesure où il reste possible d’attribuer au locuteur une attitude non individuative particulière sans par ailleurs attribuer des attitudes individuatives particulières (ce qui laisse présumer qu’un holisme épistémique ne concerne pas cette attitude), bien qu’il soit impossible de soutenir que l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie est présente chez un individu sans par ailleurs supposer qu’un bon nombre d’attitudes individuatives le sont aussi (et laisse présumer qu’un holisme psycholinguistique concerne cette attitude, suivant l’hypothèse d’un holisme psychologique, bien entendu [22]).

Relations causales, holismes et l’attitude non individuative comme comportement

Le fait qu’il soit impossible de soutenir que l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie est présente chez un individu sans qu’un bon nombre d’attitudes individuatives le soient aussi semble découler du fait que la cause de l’attitude non individuative est le résultat de deux choses inconnues de l’interprète : la croyance et la signification [23] (Davidson, 1983, p. 148). Il est à remarquer que Laurier affirme qu’étendre le holisme psycholinguistique aux attitudes non individuatives reviendrait à « s’enfoncer plus profondément dans le “cercle herméneutique” [24] » (Laurier, 1994). Si par « étendre le holisme aux attitudes non individuatives » on entend inclure ces attitudes dans la portée des principes qui définissent le holisme de la signification (compositionalité et principe du contexte de Frege), l’interprétation, semble-t-il, équivaudrait à s’enfoncer dans le cercle herméneutique dans la mesure où l’attribution d’une attitude non individuative ne pourrait se faire sans la connaissance d’autres attitudes (individuatives ou non). Je pense que c’est cette interprétation que Laurier a retenue, étant donné qu’il plaide dans ce cas l’inaccessibilité de l’attitude non individuative lors de l’interprétation radicale. Il semble toutefois que l’on puisse soutenir que les attitudes non individuatives font partie du holisme psycholinguistique sans par ailleurs les inclure dans la portée de ces principes, auquel cas les données empiriques resteraient disponibles à l’interprète radical, seulement si on accepte le fait que les holismes épistémique et métaphysique puissent ne pas concerner les mêmes entités. En ce sens, on pourrait dire que si les relations entre l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie et les attitudes propositionnelles du locuteur ne sont pas logiques, il serait possible de soutenir que les relations causales font partie du holisme psycholinguistique sans que cela nuise à l’interprétation radicale.

Dans quelle mesure Davidson nous permet-il de soutenir que la relation prévalant entre l’attitude de tenir une phrase pour vraie et les attitudes individuatives est causale ? On a vu que Davidson se prononçait au moins à un endroit sur la cause de l’attitude non individuative, laquelle est le résultat de la signification et des croyances, que l’on peut comprendre si on s’en tient à ce qu’il suggère, sous le mode de l’action (Davidson, 1980). Cette manière de comprendre cette relation semble être celle préconisée par Root et Wallace (1982). En soutenant, comme il fut mentionné plus haut, que l’attitude de tenir une phrase pour vraie est un comportement, voire un acte [25] (Root et Wallace, 1982, p. 159), ils indiquent que l’interprétation consiste en une redescription de ce comportement qui évoque les attitudes propositionnelles du locuteur ainsi qu’un désir, celui de dire la vérité [26] (Root et Wallace, 1982, p. 159). Parmi les attitudes propositionnelles du locuteur figurant dans la description de l’attitude de tenir une phrase pour vraie, on retrouve, selon Root et Wallace, une connaissance que p est vraie si et seulement si C, où C est une conjonction de conditions devant être satisfaites pour que p soit vraie (grosso modo, les conditions de vérité), ainsi qu’une croyance que C est effectivement satisfaite, dont la première, l’attitude de connaissance, équivaut à la signification d’une phrase [27]. C’est à tout le moins ce que les auteurs suggèrent lorsqu’ils affirment que « lorsqu’un interprète attribue une certaine signification aux énonciations d’un locuteur, ce qu’il attribue au locuteur est une connaissance : le locuteur sait que l’énonciation est vraie si et seulement si certaines conditions sont présentes [obtain[28] » (Root et Wallace, 1982, p. 168). Aussi, le fait qu’il soit question de la rationalisation d’une action est suggéré par : « Kurt tient “Es regnet” pour vraie à t parce que Kurt sait qu’une énonciation de cette phrase à t est vraie si et seulement s’il pleut près du locuteur à t et Kurt croit qu’il pleut près du locuteur à t [29] » (Root et Wallace, 1982, p. 168) dans la mesure où le « parce que » indique une explication causale entre l’attitude de tenir une phrase pour vraie et les attitudes individuatives. Il semblerait donc que ce soit précisément en ces termes que ces auteurs interprètent l’assertion de Davidson selon laquelle l’attitude de tenir une phrase pour vraie résulte à la fois de la signification de la phrase tenue pour vraie et des croyances du locuteur.

Cette façon de rendre compte de la relation causale entre l’attitude de tenir une phrase pour vraie, d’une part, et la signification ainsi que les croyances du locuteur, de l’autre, ne me semble pas concluante en raison de l’identification de la signification d’une phrase à l’attitude individuative de connaissance dont la phrase-T concernant p exprime le contenu. On sait que les principes de compositionalité et du contexte de Frege font, chez Davidson, dépendre la signification d’une phrase de celle de toutes les phrases. Dans la perspective du holisme psycholinguistique, ces principes indiqueraient que la signification d’une phrase dépend du contenu de toutes les attitudes propositionnelles du locuteur, ce qui montre que si l’interprétation de la signification de l’énonciation d’un locuteur équivaut à l’attribution, à ce locuteur, de la connaissance que la phrase énoncée est vraie si et seulement si C, il en résulte une régression à l’infini. Cela suggère alors que la signification ne peut se ramener à un état mental propositionnel (ou une attitude propositionnelle) et que la relation de causalité dont Davidson parle entre, d’une part, la croyance ainsi que la signification et, d’autre part, l’attitude de tenir une phrase pour vraie ne peut se comprendre comme une indication qu’il y a une relation causale entre les attitudes individuatives et non individuatives du locuteur.

Relation causale et le parallèle entre l’attitude non individuative et l’état expérientiel

La définition des attitudes non individuatives que l’on retrouve dans « The Structure and Content of Truth » (Davidson, 1990b) comme des états n’ayant aucun contenu propositionnel ainsi que la nécessité de la présence d’une relation causale entre ceux-ci et les autres attitudes d’un locuteur suggèrent l’identification de celles-ci aux états expérientiels. On retrouve d’ailleurs dans le texte de Laurier une indication laissant présumer une telle identification lorsque celui-ci dit que le fait d’inclure les attitudes non individuatives dans le holisme « s’accorderait […] assez bien avec [la] répudiation [préconisée par Davidson] de l’idée d’une catégorie de phrases observationnelles qui pourraient être isolées des autres phrases (plus théoriques) » (Laurier, 1994, p. 155). Cela laisse sous-entendre que l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie, dans la mesure où son attribution n’est pas holiste, serait en conflit avec cette répudiation. Cette répudiation est préconisée, à ma connaissance, principalement dans « A Coherence Theory of Truth and Knowledge » et est décrite comme la conséquence d’un rejet des théories fondationalistes de la justification, lesquelles font reposer la justification des croyances empiriques sur nos sens ou ce qui s’ensuit de ceux-ci, notamment les états expérientiels. Le qualificatif de proximal est réservé à ce type de théorie (Davidson, 1990a). À l’opposé, Davidson soutient que la justification des croyances repose sur l’objet qui rend vraie la phrase exprimant leur contenu, ce qui est une théorie distale de la justification.

Appliqué à notre problème, on pourrait dire qu’il ne serait pas judicieux, selon Davidson, de faire reposer la signification des énoncés sur le témoignage de nos sens, puisque la connaissance de la signification d’une phrase exprimant le contenu d’un état mental intensionnel requiert que l’on connaisse les conditions d’assertabilité de celle-ci, ce qui revient, dans le cadre de la théorie davidsonienne de la signification, à la connaissance des conditions de vérité de cette phrase ; connaître la signification d’une phrase, c’est savoir dans quelle mesure on peut dire qu’il est justifié de l’asserter ou encore de la croire (Davidson, 1983, p. 144). Faire ainsi reposer la signification des phrases sur le témoignage de nos sens reviendrait à traiter ceux-ci comme un intermédiaire épistémique entre le monde et nos croyances sur lequel il conviendrait de s’appuyer pour juger de la signification de nos phrases. De plus, cela conduirait directement au scepticisme dans la mesure où le contenu des états expérientiels, par exemple, peut rester constant et ce, même si le monde change, de sorte que le contact avec ce dernier est perdu. Or cela ne paraît pas entrer en conflit avec la stipulation d’une relation causale entre l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie et les autres attitudes individuatives du locuteur, dans la mesure où il n’est évidemment aucunement question que l’attitude non individuative constitue un intermédiaire causal entre le monde ainsi que les croyances de l’agent, et donc, la signification des phrases. Il va sans dire que cette attitude constitue encore moins un intermédiaire épistémique entre le monde et les croyances de l’agent, laissant dès lors présumer la compatibilité du rejet de la dichotomie entre phrases observationnelles et théoriques ainsi que la compréhension de l’attitude de tenir une phrase pour vraie comme une attitude non individuative comme le suggère Davidson (Davidson, 1990b), contrairement à ce que suppose Laurier.

Ce qui pourrait entrer en conflit avec le rejet de la dichotomie entre phrases observationnelles et phrases théoriques serait de faire d’un état expérientiel à la fois un intermédiaire épistémique entre le monde et les croyances d’un locuteur et quelque chose sur lequel on peut s’appuyer pour attribuer des croyances à ce locuteur. De manière étonnante, cette position semble être soutenue par McGinn (McGinn, 1986) selon qui le processus de l’interprétation radicale doit se faire en deux étapes, la première consistant à attribuer des états expérientiels qui pourraient s’apparenter, comme on l’a vu, aux attitudes non individuatives et sont considérés par McGinn comme étant des intermédiaires épistémiques entre le monde et les croyances de l’agent ; et la deuxième à attribuer des croyances au locuteur [30]. La critique des théories proximales de la signification ne semblerait s’appliquer à la thèse de McGinn que s’il était ici question d’états expérientiels, ce que la référence à Quine suggère [31]. Or un passage du texte de McGinn suggère que les états expérientiels jouent aussi le rôle qu’est censé jouer l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie chez Davidson ; en effet, « ce à quoi on pourrait s’objecter serait la dépendance sur la connaissance des croyances et de la signification des phrases de l’attribution [ascription] de l’expérience [voire un état expérientiel], puisque de telles attributions ne pourraient fonctionner comme une base pour la connaissance de l’interprète des attitudes propositionnelles et de la langue du locuteur [32] » (McGinn, 1986, p. 365). De plus, McGinn juge sa thèse meilleure que celle de Davidson, attendu qu’il comprend l’attitude de tenir une phrase pour vraie comme une croyance, justement parce que les états expérientiels sont accessibles indépendamment de la connaissance des attitudes propositionnelles et de la signification des phrases prononcées par le locuteur.

Le double rôle que McGinn semble attribuer aux états expérientiels (le rôle d’intermédiaire épistémique entre les croyances et le monde, et le rôle de l’attitude individuative de tenir une phrase pour vraie) rend à mon avis ambiguë la qualification d’intermédiaire épistémique. Les stimulations sensorielles chez Quine jouent le rôle d’un intermédiaire épistémique entre le monde et les croyances, ou la signification de phrases, dans la mesure où ces dernières ne s’appuient aucunement sur le monde, mais sur ces stimulations sensorielles. Spécifier ainsi, comme le fait McGinn [33] (McGinn, 1986, p. 364), que l’on assume au cours du processus d’interprétation que l’on connaît la source distale du stimulus revient, comme nous le fait remarquer Davidson, à ne pas considérer que l’état expérientiel est un intermédiaire épistémique entre la signification des phrases ou des croyances, et le monde, puisque c’est faire dépendre la signification de cette source distale, non de l’état expérientiel (Davidson, 1990a, p. 76-77). Je ne veux pas m’attarder sur ce point, mais il se pourrait que ce que McGinn entend par « intermédiaire épistémique » ne soit que quelque chose sur lequel l’interprète peut s’appuyer pour attribuer des croyances au locuteur [34].

Quoi qu’il en soit, mises à part les difficultés du paragraphe précédent, l’utilisation de l’« état expérientiel » pour désigner non seulement ces états, mais aussi ce que semble vraisemblablement être l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie pourrait aller à l’encontre du rejet de la dichotomie entre phrases observationnelles et phrases théoriques, puisque, comme le soutient apparemment McGinn, il serait alors possible d’attribuer des attitudes individuatives, notamment des croyances, sans l’attribution d’autres attitudes individuatives. Après avoir attribué des états expérientiels convenables au locuteur, l’interprète procède en effet à l’attribution de croyances au regard des différentes données empiriques présentes dans le contexte de l’interprétation. L’attribution d’une croyance ne nécessite pas l’attribution d’autres croyances, la croyance ainsi attribuée est, pour le locuteur, justifiée par son état expérientiel puisque, soutient McGinn, on établit les croyances d’un individu en reconstruisant le processus de leur acquisition et les conséquences pour l’interprétation de la signification des phrases énoncées par le locuteur s’ensuivent de manière directe : l’interprétation radicale ne se distingue pas de l’épistémologie (McGinn, 1986), c’est-à-dire que l’attribution d’une croyance ne nécessite pas l’attribution d’autres croyances (mais seulement d’états expérientiels) et que l’attribution de signification à certaines phrases ne nécessite pas l’attribution de signification aux autres phrases de la langue du locuteur. Vu que l’attribution d’états expérientiels au locuteur est indépendante de l’attribution de croyances et attendu que ces états jouent le même rôle qu’est censée jouer l’attitude non individuative de tenir une phrase pour vraie, il semble qu’« étendre le holisme aux attitudes non individuatives », comme le suggère Laurier, s’accorderait avec le rejet de la dichotomie entre phrases observationnelles et théoriques, mais on se retrouve bien loin des thèses de Davidson.

Conclusion

Les distinctions entre les holismes épistémique et métaphysique, d’une part, et entre les holismes psychologique, psycholinguistique et sémantique de l’autre, ont permis l’approfondissement des types de relations devant figurer dans ceux-ci. On a vu que la formulation du holisme sémantique, lequel indique que les relations entre les phrases sont logiques, laissait présumer qu’il devait en être autant de la relation entre états mentaux au regard des holismes psychologique et psycholinguistique. Si, comme Davidson le laisse entendre, le holisme psycholinguistique fait surface lors du processus de l’interprétation radicale et qu’il n’est pas un holisme épistémique mais un holisme métaphysique comme je l’ai d’abord supposé et ensuite suggéré, la question de savoir si ce holisme concerne toutes les entités mentales et linguistiques, notamment l’attitude de tenir une phrase pour vraie qui fait surface dans le processus de l’interprétation radicale, se pose d’elle-même. On a toutefois vu que la définition de cette attitude n’est pas claire dans les textes de Davidson. J’ai voulu dans ce texte analyser trois définitions de cette attitude proposées par Davidson et reprises par les commentateurs, et explorer les implications qu’elles avaient tant au regard des thèses holistes, notamment le holisme psycholinguistique, que de l’interprétation radicale, quoique dans une moindre mesure.

Cette entreprise, à plusieurs points de vue incomplète, permet de conclure que : 1) les relations causales peuvent être admises dans le holisme psycholinguistique pour autant qu’on accepte que les holismes épistémique et métaphysique puissent ne pas concerner les mêmes entités (bien que Davidson ne puisse pas être aussi prompt à les accepter), 2) admettre ces relations causales dans le holisme psycholinguistique et comprendre l’attitude de tenir une phrase pour vraie comme non individuative ne semble pas nuire au rejet de la dichotomie entre phrases d’observation et phrases théoriques, puisqu’une telle nuisance ne surviendrait que si on les incluait en plus dans un holisme épistémique, ce qui n’a pas été le cas ; 3) il n’est pas suffisant de définir l’attitude non individuative comme une attitude n’ayant aucun contenu propositionnel, si on ne la distingue pas, au préalable, des états expérientiels. Il semblerait donc que la voie la plus prometteuse concernant l’attitude de tenir une phrase pour vraie est de faire de celle-ci une attitude non individuative différente des autres attitudes non individuatives, comme les états expérientiels.

Il me semble qu’il n’y a pas d’analogie à faire entre, d’une part, le conflit résultant de la présence d’une croyance, comme « Paul croit que l’eau est constituée de deux molécules d’hydrogène et d’une molécule d’oxygène », et de celle d’une attitude de tenir une phrase pour vraie, comme « Paul tient pour vraie “L’eau est constituée de deux molécules d’hydrogène et d’une molécule d’oxygène” », et, d’autre part, entre une croyance et un état expérientiel. Bien que les états expérientiels n’aient aucun rôle dans l’interprétation radicale chez Davidson, on pourrait dire que la principale différence entre ces conflits consiste dans le fait que le contenu des états expérientiels ne peut être l’objet d’un réajustement à la lumière de ce que le locuteur croit. Tandis que, si on prend à la lettre l’assertion davidsonienne selon laquelle l’attitude de tenir une phrase pour vraie est le résultat des significations des phrases de la langue du locuteur et de ses croyances, il devrait y avoir un tel réajustement. Peut-être celui-ci indique-t-il alors qu’il y a une chose telle qu’une relation logique entre les états mentaux et cette attitude mentale ? Cette question obscurcit le problème plus qu’elle ne l’éclaire, car elle demande une redéfinition des propriétés responsables des relations logiques entre états mentaux, une histoire que je ne peux raconter.

Appendices