You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Note du rédacteur en chef

  • Gilles Émond

…more information

  • Gilles Émond
    rédacteur en chef

Logo for Phytoprotection

Article body

Avec la parution du premier numéro du volume 85, Phytoprotection voit sa présentation et son contenu modifiés. En effet, la revue adopte un format 216 X 279 mm (8 1/2 X 11 pouces) et une photo apparaît sur la page couverture, photo qui sera différente à chaque numéro.

En plus de publier des articles scientifiques originaux (frais de page), des communications brèves (frais de page) et des articles de synthèse (aucuns frais de page) traitant de tous les aspects de la protection des plantes, plusieurs nouvelles rubriques verront le jour :

Nouvelles avancées : Brèves synthèses d’articles d’intérêt en phytoprotection parus récemment dans la littérature scientifique et publiées sous la forme de « nouvelles ». Cette nouvelle rubrique vise à mettre en évidence certaines des avancées significatives récentes dans le vaste domaine de la protection des plantes. Chacun des courts textes, d’une quinzaine de lignes, résume l’avancée principale, après une brève mise en contexte du sujet d’étude. Les « Nouvelles » sont publiées en français et en anglais et aucuns frais de page ne s’appliquent.

Forum : Forum de discussion où les lecteurs abordent, dans une courte lettre, un article scientifique récent, un concept émergent en phytoprotection, une nouvelle approche de lutte contre les ravageurs, un nouveau produit, une nouvelle politique gouvernementale sur l’utilisation des pesticides, etc. La lettre est révisée par au moins un membre du comité de rédaction. Le rédacteur en chef se réserve le droit d’accepter ou non le texte ou de suggérer des modi-fications. Toute personne concernée par la lettre aura un droit de réplique. Les textes sont publiés en français et en anglais et aucuns frais de page ne s’appliquent.

Profil scientifique : Cette chronique bilingue présentera en un maximum de 4 pages, publiées dans les prochains volumes de la revue Phytoprotection, le portrait d’un ou d’une scientifique et de son groupe de recherche ayant contribué de par leurs activités à l’accroissement d’un champ de connaissances couvert par la revue. Cette chronique permettra également de mieux faire connaître périodiquement un organisme de recherche, de développement ou de transfert technologique dont les missions, les objectifs et les réalisations sont marquants en phytoprotection. Aucuns frais de page ne s’appliquent.

Minisynthèses : Les minisynthèses publiées dans Phytoprotection font le point sur les développements récents et à venir dans une discipline ou un champ d’application spécifique de la protection des plantes. D’une longueur de 3 à 5 pages, ces articles peuvent traiter d’un sujet de nature fondamentale, ou aborder un thème de nature plus technique ou appliquée. Les auteurs intéressés à soumettre une minisynthèse sont invités à contacter le rédacteur en chef, qui leur ache-minera des instructions détaillées pour la préparation du manuscrit. Tout comme pour les articles de synthèse, aucuns frais de page ne seront chargés aux auteurs pour les minisynthèses et celles-ci seront soumises à deux réviseurs.

Technologies émergentes :Phytoprotection publie maintenant de courts articles techniques décrivant des approches nouvelles pour la détection, le dépistage ou l’échantillonnage des insectes et agents pathogènes ravageurs. Ces courts articles, d’une longueur de 1 à 3 pages sous leur forme publiée, peuvent présenter aussi bien des approches classiques de dépistage et de détection, que des approches nouvelles basées par exemple sur les technologies de l’ADN recombinant. Les articles techniques sont révisés par au moins deux réviseurs externes, selon la procédure employée pour les articles réguliers. Des frais de page s’appliquent.

Notes en protection des plantes : Ces notes couvrent principalement l’introduction ou la recrudescence de nouveaux ennemis des plantes : insectes, maladies, mauvaises herbes, etc. D’une longueur de 1 à 3 pages, elles seront révisées par au moins un réviseur. Des frais de page s’appliquent.