You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Note du rédacteur en chef

  • Danny Rioux

…more information

  • Danny Rioux
    Rédacteur en chef / Editor-in-chief

Logo for Phytoprotection

Article body

Au cours des derniers mois, le Dr Gilles Émond nous a fait part de sa décision de quitter ses fonctions de rédacteur en chef de Phytoprotection. Sous la direction du Dr Émond et de son équipe, notre revue a notamment adopté une nouvelle présentation et un nouveau format qui se veulent plus attrayants pour les lecteurs ainsi que pour les auteurs des différentes communications scientifiques. Notre revue offre la possibilité de publier des résultats de recherche portant sur la pathologie, l’entomologie, la nématologie, la malherbologie et, depuis peu, les stress abiotiques. De plus, toute personne intéressée par la phytoprotection peut nous faire part de ses réflexions sur différents sujets par le biais de nouvelles rubriques : nouvelle avancée, forum de discussion, profil scientifique, mini-synthèse et technologie émergente. Vous trouverez tous les détails pertinents à ces rubriques en visitant notre site Web (www.phytoprotection.ca). Afin de mieux faire connaître le contenu de notre revue, il fut aussi décidé lors de la dernière réunion du comité de rédaction que les auteurs des communications scientifiques seraient contactés afin qu’ils dressent une liste des personnes auxquelles ils souhaiteraient qu’on achemine gracieusement une version pdf de leur plus récente publication dans Phytoprotection. Au nom de tous les membres de la Société de protection des plantes du Québec, je tiens à remercier le Dr Émond pour les nombreuses années qu’il a consacrées à Phytoprotection en remplissant avec entrain et compétence ce travail des plus exigeants. C’est avec un enthousiasme mêlé d’un peu d’appréhension devant cette lourde tâche, je dois l’admettre, que j’ai accepté d’assumer la direction de notre revue. Le facteur d’impact de Phytoprotection a légèrement augmenté au cours des dernières années et ces résultats encourageants dépendent en grande partie de la qualité des textes et des suggestions que vous voulez bien nous faire parvenir. Il serait grandement souhaitable que votre réponse en ce sens soit même bonifiée dans le futur. Si tel était le cas, sachez qu’il ne fait aucun doute qu’avec la qualité du comité de rédaction actuel, notre revue continuera à s’améliorer et demeurera un médium de prédilection pour diffuser toute information scientifique relative à la protection des plantes.

*

Note from the Editor-in-chief

Over the last months, Dr. Gilles Émond has informed us of his decision to quit his position of Editor-in-chief of Phytoprotection. Under the direction of Dr. Émond and his team, the presentation and content of our journal have been modified, becoming more attractive to the readers and to the authors of the various scientific papers. Our journal now offers the possibility of publishing research work relating to pathology, entomology, nematology, weed science and, since very recently, abiotic stresses. Furthermore, anyone interested in phytoprotection can share their views on different subjects through new headings: research breakthrough, forum, scientific profile, mini-review and emerging technology. Details relating to these headings can be viewed at our Website (www.phytoprotection.ca). In order that the content of our journal be better known, it was also decided at the last meeting of the Editorial Board that the authors of scientific papers would be asked to prepare a list of people to whom they would like us to send a courtesy pdf version of their works recently publihed in Phytoprotection. On behalf of all the members of the Quebec Society for the Protection of Plants, I thank Dr. Émond for the numerous years he has devoted to Phytoprotection and during which he has accomplished with passion and competence this demanding position. It is with enthusiasm, admittedly mixed with a bit of apprehension before the daunting task to accomplish, that I have accepted to take on the direction of our journal. The impact factor of Phytoprotection has slightly increased in recent years and these encouraging results depend mainly on the quality of papers and on suggestions that you are willing to send us. In the near future, it would be highly desirable that your participation in that sense be further increased. If that is the case, there is no doubt that with the quality of the present Editorial Board, our journal will continue to improve and to remain a medium of choice to diffuse any information relevant to plant protection.