You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Conférences / Lectures

100 years with the Québec Society for the Protection of PlantsLes 100 ans de la Société de protection des plantes du Québec

  • Ralph H. Estey

Article body

During most of the hundred years since its foundation on June 24, 1908 at McGill University’s Macdonald College, the Québec Society for the Protection of Plants has been a leader in providing a bilingual (French and English) forum for commentaries and publications pertaining to the protection of plants and the history of many men and women who have contributed to that leadership. This incorporated society has had more than 60 different presidents, and it has held its annual meetings in various places throughout Quebec. It has an internationally recognized journal, Phytoprotection, that acceptsscientific articles in French and English from all over the world, and it has its own distinctive logo. These assets, along with an increasing number of active and well educated members, give it a solid foundation from which to launch its second century of advocating and supporting advances in all aspects of plant protection.

The Beginning

June 24, 2008 marked the 100th anniversary of the Québec Society for the Protection of Plants (QSPP), a society that began in what was then the main lecture room of the biology building at McGill University’s Macdonald College. It has the distinction of being the oldest society in the Western Hemisphere that is devoted to the protection of plants and is still operating under its original name. Its nearest rival for that honour is the American Phytopathological Society (APS), which also began in 1908, but not until December of that year, nearly six months after the QSPP.

It may be of interest to note that in the beginning the APS charged a membership fee of 50 cents per year, whereas one could become a member of the QSPP free of charge. Because there were no membership fees, the young Society had little need for a treasurer. The duties of the secretary, according to Article 21 of the original constitution, were “to have custody of the funds, the archives, and the documents of the Society.” To make these duties more obvious, the secretary’s title became that of secretary-treasurer.

Because there were no membership fees, the secretary-treasurer had no way of knowing when a member lost interest or wished to resign unless one sent a note to inform the Society of his or her intention to resign. This unsatisfactory situation continued until the 60th annual business meeting, when a membership fee of $3.00 for regular members and $1.50 for students was authorized. In keeping with the rising costs of almost everything, the Society’s membership fees have had to be increased two or three times since then.

The constitution, as revised at the general business meeting held on May 5, 1976, allowed the administration to elect a secretary, a treasurer and an assistant secretary instead of a secretary-treasurer. At that meeting, Roger Garneau handed in his resignation after 16 years as “temporary secretary.”

Someone once said that studying history is very much like traveling through time. A history of the first 75 years of the QSPP has been published (Estey 1983), and one has to admit that many of the QSPP’s features during those first three-quarters of a century were of greater significance to agriculture, especially Quebec agriculture, than those of the past 25 years. Therefore, some of the highlights of its early history bear repeating.

At the time when the QSPP started publishing its Annual Reports, which were in both English and French, there were very few organizations in Canada that published useful information in French pertaining to the care and management of crops. For several years the Annual Reports of the QSPP were used as textbooks in schools and colleges of agriculture because of their many illustrated articles on plant diseases, insect pests, and other problems relative to the protection of plants. The high quality and usefulness of the Annual Reports were widely recognized. In a very real sense, the early publications of the QSPP were forerunners or precursors of the modern government-sponsored plant protection bulletins.

For a number of years after the Society’s printing plant burned in 1910, its Annual Reports were financed by the Government of Quebec, and they were considered to be part of the annual report of the Department of Agriculture and “Printed by Order of the Legislature.” The seventh of these reports, the one for 1914-1915, was labeled as a “Supplement to the Department of Agriculture.” The Government of Quebec is still generous in its financial assistance to QSPP publications, and the federal government also contributes to certain publications but is far less generous than the provincial government.

Professor William Lochhead’s (Fig. 1) idea of a bilingual science-orientated society was to result in the creation of the QSPP; however, when he set up the first organizational meeting, there were only fifteen men in attendance. Those men were: Rev. Dr. Robert Campbell, mycologist, and Mr. A.F. Winn, from Montreal; Rev. George Ducharme, from Rigaud; Rev. Dr. Thomas Fyles, a well-known entomologist from Lévis; Dr. W. Grignon, from Sainte-Adèle; Mr. Norman Jack and Mr. Peter Reid, from Chateauguay-Basin; Rev. Brother Liguori, from La Trappe; along with Prof. Lochhead and his Macdonald College colleagues, Prof. W.S. Blair, Prof. F.C. Harrison, Dr. J.W. Robertson, Dr. J.L. Todd, Mr. J.M. Swaine, and one graduate student, Mr. Douglas Weir.

Figure 1

Professor William Lochhead, founder of the QSPP and president from 1908 to 1925.

© QSPP and Phytoprotection Archives
Professor William Lochhead, founder of the QSPP and president from 1908 to 1925.

-> See the list of figures

The Constitution

This remarkable group, which included Roman Catholic priests and Protestant clergymen, Francophones and Anglophones, worked so harmoniously together that, in one afternoon, they elected a temporary slate of officers and approved, with very minor alterations, the constitution that had been outlined by Lochhead. The first article of that tentative constitution stated that “the Society shall be called The Québec Society for the Protection of Plants,” and that title has not been changed although the original constitution has undergone several revisions over the past 100 years.

Article 3 of the original constitution stated that “The Society shall consist of four classes of members, viz, Ordinary, Life, Corresponding, and Honorary.” There was no need for a student category because membership was free. Life members were to be “persons who have made donations to the value of $50,00 in money, books or specimens, or who may be elected as such at the general business meeting of the Society for important services performed, and after due notice has been given.” The first honorary member was James W. Robertson, L.L.D., C.M.G., who was given that title during the first general business meeting of the Society. Robertson was principal of Macdonald College and well known as the man who supported Sir William Macdonald in his many contributions to agriculture.

The constitution, as revised in 1985, also listed four but slightly different categories of members, namely: Regular, Student, Honorary, and Benefactor. The latter could be an institution, an enterprise, or an individual.

Women and the QSPP

Lochhead had been president of the Entomological Society of Ontario and had transferred his membership to the Montreal branch of that society upon moving to Quebec. On June 18, 1908, he sent an invitation to men who were known to be engaged in the study of insects or fungi, and he expected the wives of some of his entomological colleagues to come with their husbands, but such was not the case. One of the reasons for the absence of wives may have been financial. The Minister of Agriculture for Quebec had agreed that the Government of Quebec would provide funds to cover the costs of travel to that inaugural meeting, but there was some doubt as to whether it would pay for two persons from one family. Another reason may have been related to the lingering thought that sciences were at that time still considered to be very much in the realm of men only.

Although women were always welcome to join the QSPP, it was 1916 before the Society greeted its first female members. In that year, two young women, Montreal-born Margaret Newton and Nova Scotia-born Pearl C. Stanford, following the encouragement of Lochhead, became the first female members of the QSPP. Since then, many women have become active members and several of them have become administrators and are in general more active than the majority of men. It is unlikely that Lochhead ever imagined the QSPP would still be very active after 100 years, or that a woman with a doctor’s degree in science, Valérie Gravel (Fig. 2), would be its president during its centennial year.

News of this new Society spread rapidly throughout the agricultural and educational communities of both Canada and the United States, and individuals from both countries soon became members of the QSPP. They included such well-known scientists as Dr. Hans Gussow, dominion botanist, and hiscolleague Dr. C.G. Hewitt, dominion entomologist, of Ottawa; Dr. Pierre Dansereau, from the University of Montreal; Prof. H.H. Whetzel, from Cornell University; Prof. R.H. Larson, from the University of Wisconsin; Dr. F.O. Holmes, from the Rockefeller Institute; Rev. Brother Victorin; and several others of their caliber. It may have been the initiative and the surprising popularity of the QSPP that prompted a number of American biologists to form a similar but morenarrowly focused society, the American Phytopathological Society, later that same year.

Figure 2

Dr. Valérie Gravel, president of the QSPP for its 100th anniversary (2007-2008).

© QSPP and Phytoprotection Archives
Dr. Valérie Gravel, president of the QSPP for its 100th anniversary (2007-2008).

-> See the list of figures

In the first listing of officers of the QSPP there was a curator-librarian whose duties, according to Article 12 of the original constitution, were to “take charge of all books, specimens, cabinets, and other properties of the Society.” The first curator-librarian was J.M. Swaine, who at that time was a lecturer in zoology and entomology at Macdonald College. In 1911, Swaine became assistant entomologist for Forest Insects, in Ottawa, but not only did he retain his position as curator-librarian with the QSPP, he was also voted in as its secretary-treasurer. He held both positions with the QSPP for one year, and the curator-librarian position was then given to P.I. Bryce, an assistant in biology at Macdonald College. Bryce held that position until it was removed from the constitution in 1921.

A New Journal

In the beginning, the QSPP published the Annual Reports that included members’ research results. The Annual Reports did not appeal to the majority of members as an appropriate vehicle for the publication of their research results, largely because of the long delay in publication. It became evident that a different medium for diffusing research results, one that could be published more than once per year, was needed.

The administrators of the Society decided to publish a journal that was to be similar in many respects to the one published by the APS. An editorial committee was formed and it launched a journal, named Phytoprotection, in June of 1963. The first issue of the journal was labeled Volume 44 to indicate that it was a continuation of the Annual Reports, the last of which had been No. 43.

The first editor of Phytoprotection was Jacques Simard, who was also chairman of the Editorial Board whose members were: J.-J. Cartier, Lionel Cinq-Mars, André Doyle, and W.E. Sackston. Simard held that position until he resigned to study nematology in England, in 1964.

Phytoprotection publishes, in French or English, original scientific papers dealing with all aspects of plant protection, including plant pathology, entomology, nematology, zoology, weed science, and abiotic factors that are related to plant welfare. It also provides a section for historical aspects of plant protection and profiles of scientists who have contributed, or who are presently contributing, to increasing knowledge in sciences pertaining to plant protection. In the beginning it also had a section for news of interest to QSPP members.

The original objective was to publish Phytoprotection three times a year, but because so many members continued to think that other journals provided a better means of communicating their research results to the scientific community, Phytoprotection had to be reduced to two publications per year. For many years now, Phytoprotection has been published three times a year. Many members of the QSPP did not, and some still do not, appreciate the fact that Phytoprotection is a widely recognized international journal that has its articles indexed or abstracted by the best abstracting journals so that the whole world of scientists can see what it has published. One of the basic problems for any new journal in Canada is the fact that the country has too many scientific journals publishing articles pertaining to botanical sciences.

In June 1986, the management of Phytoprotection became formally independent from the QSPP. This was thought to be a move that would allow the editorial staff to better manage the journal, which it did, but the journal still suffers from an unwarranted inferiority complex.

A New Bulletin

During its business meeting of November 24, 1976, and at the suggestion of Luc Couture and Léon Tartier, the administrators of the QSPP decided to publish a new bulletin that would contain news pertaining to its members and news of all aspects of plant protection, including notices of meetings, new bulletins, etc. In its first issue, published in 1977, there was a request for members to suggest a name for the bulletin. In response to that request, 42 different names were eventually proposed, and the one chosen was Échos phytosanitaires, a name suggested by Henri Généreux of La Pocatière. The first editor of Échos phytosanitaires, Luc Couture, thanked all those who had worked to create the new bulletin, including the four members of the jury that selected its name. They were: Hani Antoun, Bernard Drouin, Marc-André Richard and Paul Venne (Couture 1982).

In 1984, although it had been in existence for 76 years, the QSPP still had not been legally incorporated in Quebec. In the early days, incorporation seemed like an unnecessary legal nicety, but with lawsuits becoming increasingly common, even for very minor infractions or irregularities, it became desirable for the Society to have a more formal legal structure. Immediately after the 1984 annual business meeting, Gilbert Banville, then president, requested authorization from the board of directors to take the necessary steps conducting to the incorporation of the QSPP. Letters patent were obtained a few months later (Anon. 1985).

A Logo Is Created

In view of the fact that many organizations have a specific symbol or logo that is part of their identity, the administration of the QSPP decided that the Society should have a distinctive logo or symbol, one that could be instantly recognized as being, or pertaining to, the QSPP, yet simple enough to be read even when very small. This immediately posed the problem of how such a logo could be obtained. The solution to that problem was solved in much the same way as the naming of Échos phytosanitaires: a call was made to obtain suggestions from the membership, offering a small reward to the person whose design would be accepted by a selection jury composed of Michel Letendre, Guy Boivin and headed by Claude Richard. All suggested designs were to reach that jury before October 15, 1986.


-> See the list of figures

The jury selected the designs of three QSPP members: Luce Bérard, Valentin Furlan and François Côté. They shared the $75.00 reward and the selection jury submitted their designs to a graphic artist who integrated their suggestions. The resulting design was adopted during the business meeting of members at the 1987 annual meeting held in Hull.

The official logo, as shown here, symbolically depicts a plant with a root at one end and two leaves at the other end. The body of the plant is in the form of an open, protective circle. The circle is open at the base to indicate that the Society is always open to new ideas and new members. The two leaves, being unequal in size, represent the diversity of plant species and that of the disciplines involved in the protection of plants, and also the linguistic duality of its members. To indicate that the Society is based in Quebec, the logo has the overall appearance of the letter Q (Anon. 1987).

Publications Committees

On February 12, 1988, a committee was formed to assemble a glossary of French and English terms that are generally used in plant protection (Desrosiers 1988). The committee was composed of: Barbara Otrysko, for phytopathology; Raymond-Marie Duchesne, for entomology; Claude Bouchard, for zoology in general; Claudel Lemieux, for weeds; Michel Letendre, for general concepts of plant protection; Pierre Lavigne, for pesticides and trademarks in general; and Richard Desrosiers and Claude Richard, ex-officio. After one year of discussion, the committee decided that such a publication was not necessary. That committee was the third such QSPP committee involved in the creation of a glossary. The other two were (1) a committee assembling the names of plant diseases in Canada, and (2) a committee assembling the names of insects in Canada, in collaboration with the Entomological Society of Canada and the Société d’entomologie du Québec (Letendre 1988).

Concluding Remarks

The first century of the QSPP has passed and it has left a record of which it may be justly proud. Through its publications and meetings, the Society will continue to be a useful means of responding to the needs of those interested in the protection of plants.


Depuis sa fondation au Collège Macdonald de l’Université McGill le 24 juin 1908, la Société de protection des plantes du Québec exerce un leadership majeur au Québec dans tous les domaines reliés à la protection des végétaux. Elle offre un forum bilingue (français et anglais) permettant à ses membres de livrer leurs observations et de faire paraître des publications relatives à la protection des plantes et à la vie des nombreux hommes et femmes ayant été des chefs de file en cette matière. Plus de 60 présidents se sont succédé à la tête de cette société légalement constituée et plusieurs villes du Québec ont été le siège de ses assemblées générales annuelles. La Société possède son propre logo et publie Phytoprotection, une revue scientifique internationale qui accepte des articles scientifiques en français ou en anglais de partout dans le monde. Ses réalisations ainsi que ses membres érudits et actifs, dont le nombre va toujours en grandissant, sont pour cette société scientifique centenaire des atouts qui constituent de solides fondations pour bâtir un deuxième siècle de promotion et de soutien au progrès de tous les champs et disciplines reliés à la protection des plantes.

Les débuts

Le 24 juin 2008 marquait le 100e anniversaire de la Société de protection des plantes du Québec (SPPQ), société qui a vu le jour dans ce qui était alors la principale salle de cours du pavillon de biologie du Collège Macdonald de l’Université McGill et qui se distingue comme étant la plus ancienne société de l’hémisphère occidental vouée à la protection des plantes toujours active sous son nom original. Sa principale concurrente pour cet honneur est l’American Phytopathological Society (APS) qui a également été fondée en 1908, mais seulement en décembre de cette année là, soit près de six mois après la SPPQ.

Il peut être intéressant de souligner qu’à ses débuts, l’APS imposait une cotisation de 0,50 $ par année, alors que l’on pouvait devenir membre de la SPPQ sans aucuns frais. En raison de l’absence de droits d’adhésion, la jeune Société n’avait pas besoin d’un trésorier. D’après l’article 21 de la constitution originale, le secrétaire avait pour fonctions de conserver les fonds, les archives et les documents de la Société. Pour rendre ces fonctions plus évidentes, le titre de secrétaire a été changé en celui de secrétaire-- trésorier.

Comme il n’y avait pas de droits d’adhésion, le secrétaire-trésorier n’avait aucune façon de savoir si un membre avait perdu de l’intérêt ou souhaitait se retirer à moins que ce membre ne lui envoie une note pour l’informer de son intention de démissionner. Cette situation insatisfaisante a duré jusqu’à la60e assemblée générale, alors qu’une cotisation annuelle de 3,00 $ pour les membres réguliers et de 1,50 $ pour les étudiants a été autorisée. En raison de la hausse généralisée de tous les coûts, la cotisation a été augmentée deux ou trois fois depuis.

La constitution, révisée lors de l’assemblée générale du 5 mai 1976, autorisait l’administration à élire un secrétaire, un trésorier et un secrétaire adjoint plutôt qu’un secrétaire-trésorier. À cette réunion, Roger Garneau a présenté sa démission après 16 ans à titre de « secrétaire temporaire ».

Quelqu’un a déjà dit qu’étudier l’histoire était un peu comme voyager dans le temps. Un historique des 75 premières années de la SPPQ a déjà été publié (Estey 1983) et force est d’admettre qu’un bon nombre des contributions apportées durant les trois premiers quarts de siècle de la Société revêtaient beaucoup plus d’importance pour l’agriculture, particulièrement pour l’agriculture du Québec, que celles du plus récent quart de siècle. En conséquence, quelques-uns des faits saillants de ces débuts méritent d’être repris.

Lorsque la SPPQ a commencé à publier ses Rapports annuels en français et en anglais, très peu d’organisations au Canada publiaient des renseignements utiles en français sur la régie et la gestion des cultures. Pendant plusieurs années, les Rapports annuels de la SPPQ ont servi de manuels dans les écoles et collèges d’agriculture en raison de la présence de nombreux articles illustrés sur les maladies, les insectes ravageurs et d’autres problèmes liés à la protection des plantes. La grande qualité et l’utilité de ces Rapports annuels étaient largement reconnues. À vrai dire, les premières publications de la SPPQ étaient en quelque sort des promoteurs ou précurseurs des bulletins modernes sur la protection des plantes parrainés par les gouvernements.

Pendant un certain nombre d’années après l’incendie de l’atelier d’imprimerie de la Société en 1910, la publication des Rapports annuels fut financée par le gouvernement du Québec; les Rapports annuels étaient considérés comme une partie du rapport annuel du ministère de l’Agriculture et « imprimés par ordre de la Législature ». Le septième de ces rapports, celui de 1914-1915, fut appelé « Supplement to the Department of Agriculture ». Le gouvernement du Québec apporte encore une aide financière généreuse pour éponger le coût des publications de la SPPQ; le gouvernement fédéral contribue aussi au paiement du coût de certaines publications, mais il est de loin moins généreux que le gouvernement provincial.

Lorsque le professeur William Lochhead (Fig. 1), l’homme qui a conçu cette société bilingue vouée à la science, a tenu la première réunion de son organisation, seulement 15 hommes y ont assisté. Il s’agissait du révérend Dr Robert Campbell, mycologue, et de M. A.F. Winn, de Montréal; du révérend George Ducharme, de Rigaud; du révérend Dr Thomas Fyles, entomologiste bien connu, de Lévis; du Dr W. Grignon, de Sainte-Adèle; de MM. Norman Jack et Peter Reid, de Châteauguay-Bassin; du révérend frère Liguori, de La Trappe; du professeur Lochhead et de ses collègues du Collège Macdonald, soit leprofesseur W.S. Blair, le professeur F.C. Harrison, le Dr J.W. Robertson, le Dr J.L. Todd, M. J.M. Swaine et un étudiant chercheur, M. Douglas Weir.

Figure 1

Professeur William Lochhead, fondateur de la SPPQ et président de 1908 à 1925.

© Archives de la SPPQ et de Phytoprotection
Professeur William Lochhead, fondateur de la SPPQ et président de 1908 à 1925.

-> See the list of figures

La constitution

Ce groupe remarquable, qui réunissait des prêtres catholiques romains et des pasteurs protestants, des francophones et des anglophones, travaillait dans une telle harmonie qu’en un seul après-midi, il a élu les membres d’un bureau temporaire et approuvé, moyennant de très légères modifications, la constitution qui avait été rédigée par Lochhead. Le premier article de cette constitution provisoire stipulait que la société serait baptisée Société de protection des plantes du Québec, nom qui n’a pas changé bien que la constitution originale ait subi plusieurs révisions au cours des 100 dernières années.

Selon l’article 3 de la constitution originale, la Société devait comprendre quatre catégories de membres, c’est-à-dire des membres réguliers, à vie, correspondants et honoraires. Il n’était pas nécessaire de créer une catégorie de membres étudiants car l’adhésion était gratuite. Les membres à vie étaient ceux ayant fait un don d’une valeur de 50 $ en espèces, en livres ou en spécimens, ou qui étaient élus comme tels à l’assemblée générale de la Société pour d’importants services rendus et après qu’une notification en bonne et due forme en ait été donnée. Le premier membre honoraire a été James W. Robertson, L.L.D., C.M.G., à qui ce titre a été décerné lors de la première assemblée générale de la Société. M. Robertson était le directeur du Collège Macdonald et bien connu comme étant celui qui encouragea Sir William Macdonald à poursuivre ses nombreuses recherches dans le domaine de l’agriculture.

La constitution révisée en 1985 indiquait également quatre catégories de membres, mais celles-ci étaient légèrement différentes. On y retrouvait les membres réguliers, les membres étudiants, les membres honoraires et les mécènes. Cette dernière catégorie pouvait inclure une institution, une entreprise ou un particulier.

Les femmes et la SPPQ

Lochhead avait été président de l’Entomological Society of Ontario et avait transféré son affiliation à cette société à la filiale de Montréal lors de son déménagement au Québec. Le 18 juin 1908, lorsqu’il a envoyé une invitation à des hommes réputés engagés dans l’étude des insectes ou des champignons, il s’attendait à ce que les épouses de certains de ses collègues entomologistes accompagnent leurs maris, mais ce ne fut pas le cas. L’une des raisons pouvant expliquer l’absence des femmes peut avoir été financière. Le ministre de l’Agriculture du Québec avait accepté que son gouvernement verse des fonds pour couvrir les frais de déplacement à cette réunion inaugurale, mais rien n’indiquait avec certitude qu’il paierait pour deux personnes d’une même famille. Une autre raison peut avoir été l’idée persistante selon laquelle les sciences étaient à ce moment là la chasse gardée des hommes.

Bien que les femmes aient toujours été les bienvenues à se joindre à la nouvelle Société, ce n’est qu’en 1916 que des femmes en sont devenues membres. Cette année là, Margaret Newton, native de Montréal, et Pearl C. Stanford, originaire de la Nouvelle-Écosse, à l’incitation du professeur Lochhead, sont devenues les premiers membres féminins de la SPPQ. Depuis, bon nombre de femmes en ont été des membres actifs et plusieurs d’entre elles y ont occupé des postes administratifs et ont été par ailleurs beaucoup plus actives que la majorité des hommes. Il est peu probable que Lochhead ait pu imaginer que la SPPQ serait encore très dynamique 100 ans après sa fondation et qu’une femme titulaire d’un doctorat en science, Valérie Gravel (Fig. 2), en serait la présidente durant l’année du centenaire.

Figure 2

Dre Valérie Gravel, présidente de la SPPQ durant l’année de son 100e anniversaire (2007-2008).

© Archives de la SPPQ et de Phytoprotection
Dre Valérie Gravel, présidente de la SPPQ durant l’année de son 100e anniversaire (2007-2008).

-> See the list of figures

Les nouvelles de cette jeune société se sont répandues rapidement dans les communautés de l’agriculture et de l’éducation du Canada et des États-Unis, et des citoyens des deux pays en sont rapidement devenus membres. Il s’agissait de scientifiques renommés comme le Dr Hans Gussow, botaniste fédéral, et son collègue, le Dr C.G. Hewitt, entomologiste fédéral d’Ottawa; le Dr Pierre Dansereau, de l’Université de Montréal; le professeur H.H. Whetzel, de Cornell University; le professeur R.H. Larson, de l’Université du Wisconsin; le Dr F.O. Holmes, du Rockefeller Institute; le révérend frère Marie-Victorin et plusieurs autres de leur calibre. C’est peut-être la création et la surprenante popularité de la SPPQ qui ont incité un certain nombre de biologistes américains à créer, ultérieurement la même année, une société semblable, mais aux intérêts moins vastes, l’American Phytopathological Society.

La première liste des membres du bureau de la SPPQ faisait état d’un bibliothécaire conservateur dont les fonctions, aux termes de l’article 12 de la constitution originale, étaient de se charger des livres, des spécimens, des cabinets de rangement et des autres biens de la Société. Le premier bibliothécaire conservateur a été J.M. Swaine qui, à ce moment-là, donnait des cours de zoologie et d’entomologie au Collège Macdonald. En 1911, Swaine est devenu assistant entomologiste spécialiste des insectes forestiers à Ottawa et il a non seulement conservé ses fonctions de bibliothécaire-conservateur à la SPPQ, mais il a aussi été élu secrétaire-trésorier. Son rôle dans ces deux postes de la SPPQ n’a duré qu’une année, car le poste de bibliothécaire conservateur a par la suite été confié à P.I. Bryce, un adjoint en biologie du Collège Macdonald. Bryce a occupé cette fonction jusqu’à ce qu’elle soit soustraite de la constitution de la Société en 1921.

Une nouvelle revue

Au début, la SPPQ publiait des Rapports annuels qui présentaient les résultats des travaux de recherche de ses membres. Ces Rapports annuels n’étaient pas considérés par la majorité des membres comme un véhicule pertinent pour la publication des résultats de leur recherche, en grande partie à cause du long délai de publication. En conséquence, ils ont réclamé vigoureusement un véhicule différent qui pourrait être publié plus qu’une fois par année.

Les administrateurs de la Société ont réagi à ces demandes et ont décidé de publier une revue qui, à bien des égards, serait semblable à celle de l’APS. Un comité de rédaction a été formé et il a lancé une revue, appelée Phytoprotection, en juin 1963. Le premier numéro de cette revue était étiqueté « Volume 44 » pour indiquer qu’il s’inscrivait à la suite des Rapports annuels, dont le dernier était le numéro 43.

Le premier rédacteur en chef de Phytoprotection a été Jacques Simard, également président du comité de rédaction qui comprenait aussi MM. J.-J. Cartier, Lionel Cinq-Mars, André Doyle et W.E. Sackston. Simard a occupé ce poste jusqu’à ce qu’il démissionne pour aller étudier la nématologie en Grande-Bretagne en 1964.

Phytoprotection publie, en français ou en anglais, des articles scientifiques originaux traitant de tous les aspects de la protection des plantes dont la phytopathologie, l’entomologie, la nématologie, la zoologie, la malherbologie et les facteurs abiotiques liés à la santé des végétaux. La revue compte également une section de notes historiques sur la protection des plantes et des profils de scientifiques qui ont contribué, ou qui contribuent actuellement, à étendre les connaissances en sciences liées à la protection des plantes. Au début, la revue comportait également une section de nouvelles pouvant intéresser ses membres.

Au départ, l’objectif était de publier Phytoprotection trois fois par année, mais comme plusieurs membres continuaient à penser que d’autres revues permettaient de mieux faire connaître les résultats de leurs recherches à la communauté scientifique, il a fallu limiter Phytoprotection à deux publications par année. Depuis de nombreuses années maintenant, elle est publiée trois fois par an. Beaucoup de membres de la SPPQ ne se rendaient pas compte, et certains ne se rendent toujours pas compte, que Phytoprotection est une revue largement reconnue sur la scène internationale, une revue dont les articles sont signalés ou résumés dans les meilleurs bulletins et répertoires bibliographiques, de sorte que l’ensemble du monde scientifique peut prendre connaissance de ce qu’elle publie. L’un des problèmes fondamentaux auquel se heurte toute nouvelle revue canadienne tient du fait que le Canada compte un trop grand nombre de revues scientifiques publiant des articles sur les sciences botaniques.

À partir de juin 1986, la direction de Phytoprotection est devenue officiellement indépendante de la SPPQ. On pensait que ce changement permettrait aupersonnel de rédaction de mieux gérer la revue, ce qu’il a fait, mais la publication souffre encore d’un complexe d’infériorité injustifié.

Un nouveau bulletin

Lors de la réunion du conseil d’administration du 24 novembre 1976, et à la suggestion de Luc Couture et de Léon Tartier, les administrateurs de la SPPQ ont décidé de publier un nouveau bulletin qui présenterait des nouvelles au sujet de ses membres et sur tous les aspects de la protection des végétaux, notamment des annonces de réunions, de nouveaux bulletins, etc. Dans le premier numéro, publié en 1977, on demandait aux membres de suggérer un nom pour le bulletin. À la suite de cet appel, 42 noms différents ont été proposés et celui qui a été retenu, Échosphytosanitaires, avait été suggéré par Henri Généreux de La Pocatière. Le premier rédacteur en chef des Échosphytosanitaires, Luc Couture, a remercié tous ceux qui avaient travaillé à la création du nouveau bulletin, y compris les quatre membres du jury de sélection du nom. Il s’agissait de Hani Antoun, Bernard Drouin, Marc-André Richard et Paul Venne (Couture 1982).

Même si elle comptait alors 76 ans d’existence, la SPPQ n’était pas légalement constituée en une entité du Québec. À ses débuts, la constitution en société était perçue comme une subtilité juridique inutile, mais avec l’augmentation de la fréquence des poursuites, même pour des infractions ou des irrégularités très mineures, il devint désirable que la Société ait une structure juridique plus officielle. Immédiatement après l’assemblée générale de 1984, Gilbert Banville, alors président de la Société, a sollicité du conseil d’administration l’autorisation de prendre les dispositions nécessaires conduisant à la constitution en société de la SPPQ. Les lettres patentes ont été obtenues quelques mois plus tard (Anonyme 1985).

Création d’un logo

Comme bon nombre d’organisations possèdent un symbole ou un logo particulier qui fait partie intégrante de leur identité, l’administration de la SPPQ a décidé qu’elle devait posséder un logo ou un symbole distinctif qui serait instantanément associé à la SPPQ tout en étant suffisamment simple pour être reconnu même en étant très petit. Cela a immédiatement posé le problème de la façon de trouver ce logo. La solution a été la même que pour la désignation des Échosphytosanitaires, c’est-à-dire qu’on a demandé des suggestions aux membres et offert une petite récompense à la personne dont le dessin serait accepté par un jury de sélection composé de Michel Letendre et de Guy Boivin, sous la présidence de Claude Richard. Tous les dessins suggérés devaient parvenir au jury avant le 15 octobre 1986.

Le jury a choisi les dessins soumis par trois membres de la SPPQ : Luce Bérard, Valentin Furlan et François Côté. Ils se partagèrent le prix de 75 $ et le jury de sélection confia leurs dessins à un graphiste qui intégra leurs suggestions. Le dessin qui en est résulté a été adopté par les membres lors de l’assemblée générale qui s’est tenue à Hull en 1987.


-> See the list of figures

Le logo officiel, montré ici, représente symboliquement une plante munie d’une racine à l’une de ses extrémités et de deux feuilles à l’autre. Le corps de la plante s’enroule en un cercle protecteur ouvert. Le cercle est ouvert à la base pour indiquer que la Société est toujours ouverte aux nouvelles idées et aux nouveaux membres. Les deux feuilles, de taille inégale, représentent la diversité des espèces végétales ainsi que des disciplines vouées à la protection des plantes et traduisent également la dualité linguistique des membres de la Société. Pour montrer qu’il s’agit d’une société dont le siège social est au Québec, le logo a l’aspect global de la lettre Q (Anonyme 1987; voir le texte original dans Couture 2008, ce numéro).

Comités des publications

Le 12 février 1988, un comité constitué de Barbara Otrysko, qui représentait les intérêts des phytopathologistes; de Raymond-Marie Duchesne, représentant des entomologistes; de Claude Bouchard, représentant de la zoologie en général; de Claudel Lemieux, représentant de la malherbologie; de Michel Letendre pour les concepts généraux de la protection des plantes; de Pierre Lavigne pour les pesticides et les marques commerciales en général; et de Richard Desrosiers et Claude Richard, désignés d’office, a été formé pour préparer un glossaire de termes en français et en anglais qui sont généralement utilisés en protection des plantes (Desrosiers 1988). Après une année de discussions, le comité a décidé que cette publication n’était pas nécessaire. Il s’agissait du troisième comité de la SPPQ voué à la préparation d’un glossaire. Les deux autres étaient (1) un comité travaillant à réunir les noms des maladies des plantes au Canada; et (2) un comité chargé de dresser la liste des noms d’insectes au Canada, avec la collaboration de la Société d’entomologie du Canada et de la Société d’entomologie du Québec (Letendre 1988).

Mot de la fin

La Société a vécu son premier siècle au cours duquel elle a accumulé un dossier dont elle peut, à juste titre, s’enorgueillir. Par ses publications et ses réunions, la Société demeurera un moyen utile de répondre aux besoins de ceux qui s’intéressent à la protection des plantes.

Parties annexes