You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

 

Note du rédacteur en chefNote from the editor

  • Daniel Dostaler

…more information

  • Daniel Dostaler
    Rédacteur en chef / Editor

Logo for Phytoprotection

Article body

La Société de protection des plantes du Québec (SPPQ) et le Comité de rédaction de Phytoprotection tiennent à exprimer toute leur reconnaissance au Dr Danny Rioux (chercheur scientifique, Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts; président de la SPPQ en 2003-2004) qui a brillamment dirigé la revue à titre de rédacteur en chef durant près de cinq ans. Du premier numéro du volume 86 (2005) au numéro 89 (1) publié en février 2009, voire dans le présent numéro, le Dr Rioux a supervisé la révision de 90 manuscrits, dont près d’une cinquantaine ont été publiés. Ont aussi paru sous sa direction sept textes de conférences, trois forums, un hommage, un profil scientifique, une note historique, 14 nouvelles avancées et 93 résumés de communications scientifiques présentées lors d’assemblées annuelles et de symposiums.

La somme de travail consacrée à cette fonction et la qualité des publications durant cette période sont à l’image de l’attitude et de l’engagement hors du commun du Dr Rioux à la direction de notre revue. Ce dernier était assisté de rédacteurs associés et de personnes de conviction, dédiées et passionnées, notamment Christine Jean (rédactrice technique), Isabelle Lamarre (adjointe technique), Marie Simard (secrétaire) et Richard Hogue (trésorier). La SPPQ et Phytoprotection doivent une fière chandelle au Dr Rioux et à son équipe pour tout le travail accompli. Au nom de tous les membres de la Société, du comité de rédaction et de tous les chercheurs qui lui ont soumis des manuscrits, je tiens à exprimer au Dr Rioux notre plus profonde gratitude.

Phytoprotection, la revue officielle de notre Société, offre la possibilité de publier en français et en anglais des résultats de recherches menées tant en agriculture qu’en foresterie dans les domaines de la phytopathologie, de l’entomologie, de la malherbologie, de la nématologie et des stress abiotiques. Le site de la revue Phytoprotection, tout à l’initiative de notre webmestre Daniel Cloutier, a été entièrement refait récemment [disponible à www.phytoprotection.ca]. Vous êtes invités à y prendre connaissance, à la page « Note de la rédaction », de la description et du contenu des rubriques Forum, Profil scientifique, Nouvelles avancées, Technologies émergentes, Notes en protection des plantes et Minisynthèses. Ces descriptions apparaissent également dans certains numéros antérieurs, en particulier dans les trois numéros du volume 85 (2004). Dans le présent numéro, nous publions une première minisynthèse (Anne Légère, Phytoprotection 90 : 5-11). En plus des articles scientifiques, nous recommandons aux auteurs et aux membres de la Société de considérer particulièrement la publication de Notes en protection des plantes sur la recrudescence et l’introduction de nouveaux ennemis des plantes. De même, les étudiants chercheurs sont invités à publier la revue de littérature de leurs mémoires et thèses ainsi que leurs résultats de recherche. Si vous avez apprécié la supervision de votre directeur de recherche, vous saurez apprécier la rigueur et la qualité de mentorat de nos rédacteurs associés auprès des nouveaux chercheurs.

La Société de protection des plantes du Québec a 100 ans. Le numéro 89 (2-3) du centenaire en constitue un témoignage éloquent et durable. Lancée en 1963 et succédant aux Rapports annuels publiés depuis 1909 (Rioux et Simard, 2008. Phytoprotection 89 : 115-118), notre revue franchira bientôt le cap des 50 ans. En 1963, l’objectif initial lors de la création de Phytoprotection était de publier plus d’une fois par année les résultats de recherche des membres. Cet objectif se heurte toujours au fait qu’au Canada et dans le monde, on trouve un très grand nombre de revues scientifiques publiant des articles en protection des plantes (Estey, 2008. Phytoprotection 89 : 51-57). Comme l’ont souligné quelques auteurs de textes du numéro du centenaire, il est maintenant de la responsabilité des membres que notre Société demeure vivante et à l’avant-garde des avancées scientifiques (Gravel, 2008. Phytoprotection 89 : 47), tout spécialement par le rayonnement et la parution de Phytoprotection. « Dans le contexte moderne, la concurrence des autres périodiques scientifiques exerce depuis plusieurs années d’intenses pressions sur la régularité de parution de notre revue » (Couture, 2008. Phytoprotection 89 : 119-124). L’avenir de la revue est au coeur des assemblées générales annuelles, son maintien repose sur la soumission de manuscrits par ses membres de même que par leur implication directe dans le processus de révision (Gravel, 2008. Phytoprotection 89 : 131).

Phytoprotection est un formidable atout pour notre Société. Vous connaissez bien des sociétés scientifiques centenaires de notre taille (une centaine de membres) qui offrent des bourses étudiantes, qui ont une assemblée annuelle aussi dynamique et ouverte aux congrès conjoints, ainsi qu’une revue de calibre international qui accepte des manuscrits de partout dans le monde? Elle est là notre motivation à prendre le relais des Danny Rioux, Gilles Émond, Anne Légère, Guy Boivin, Claude Richard, Irénée Rivard, Jean-Jacques Cartier et Jacques Simard.

« L’avenir de Phytoprotection est entre vos mains. N’oubliez pas que la protection des plantes c’est pour la vie… ». (Rioux et Simard, ibid.)

*

The Quebec Society for the Protection of Plants (QSPP) and the Editorial Board of Phytoprotection are grateful to Dr. Danny Rioux (Research Scientist, Natural Resources Canada, Canadian Forest Service; President of the QSPP in 2003-2004) for his remarkable contribution as Editor of the journal for almost five years. From the first issue of Volume 86 (2005) to the first issue of Volume 89 (published in February 2009), even for the present issue, Dr. Rioux supervised the revision of 90 manuscripts and the publication of nearly 50 articles. During his years as Editor, seven lectures, three forums, one homage, one scientific profile, one historical note, 14 research breakthroughs and 93 paper session abstracts from annual meetings and symposiums were also published.

The incredible amount of work carried out and the quality of the texts published reflect the exceptional attitude and dedication of Dr. Rioux as Editor of our journal. He was assisted by Associate Editors and other passionate and devoted persons, including Christine Jean (Technical Editor), Isabelle Lamarre (Copy Editor), Marie Simard (Secretary) and Richard Hogue (Treasurer). Our Society and Phytoprotection are indebted to Dr. Rioux and his team for all the great work accomplished. In the name of all QSPP and Editorial Board members, as well as all researchers who submitted manuscripts, I sincerely thank Dr. Rioux.

Phytoprotection, the official journal of our Society, offers the possibility of publishing the results of research conducted in the fields of forestry and agriculture in both French and English. The topics covered include phytopathology, entomology, weed science, nematology and abiotic stress. The journal's website, an initiative led by our webmaster Daniel Cloutier, has recently been completely redesigned [available at www.phytoprotection.ca/default_eng.asp]. In the “Note from the Editor” section, you can find out more about the contents of the Forum, Scientific Profile, Research Breakthroughs, Emerging Technologies, Notes in Plant Protection and Minireviews columns; these descriptions are also available in some of the journal’s past issues, including the three issues of Volume 85 (2004). A minireview is pu-blished in the current issue for the first time (Anne Légère, Phytoprotection 90: 5-11). On top of scientific articles, we recommend that authors and QSPP members consider the possibility of publishing Notes in Plant Protection on the renewed outbreak and introduction of new enemies of plants. Also, students are invited to publish the literature review from their M.Sc. or Ph.D. thesis, and of course their research results. If you appreciated the supervision provided by your thesis supervisor, no doubt you will appreciate the rigour and mentor-like attitude of our Associate Editors towards new researchers.

The Quebec Society for the Protection of Plants is 100 years old. The special centennial issue (Volume 89 (2-3)) represents a significant and lasting testimony of this event. Launched in 1963 to take over from the Annual Reports that had been published since 1909 (Rioux and Simard, 2008. Phytoprotection 89 : 115-118), our journal will soon celebrate its 50th anniversary. In 1963, the objective behind the creation of Phytoprotection was to publish QSPP members’ research results more than once a year. This initial objective is still impeded by the high number of scientific journals in Canada and around the world that publish articles on plant protection (Estey, 2008. Phytoprotection 89 : 51-57). As some authors reiterated in the centennial issue, it now falls under the responsibility of all members that our Society remains thriving and at the forefront of research breakthroughs (Gravel, 2008. Phytoprotection 89 : 47), especially through the publication of Phytoprotection. “Today's reality is that the competition with other scientific journals has been putting pressure for many years on the regular publication of our journal” (Couture, 2008. Phytoprotection 89 : 119-124). The future of our journal is discussed at every annual meeting and its survival depends on members submitting manuscripts and getting involved directly in the revision process (Gravel, 2008. Phytoprotection 89 : 131).

Phytoprotection is a wonderful asset for our Society. Do you know many centennial scientific societies the size of ours (about 100 members) that offer student fellowships, that have dynamic annual meetings open to joint meetings, and that possess an international journal publishing articles from all over the world? We do not have to look any further to find the motivation necessary to continue the work undertaken by Danny Rioux, Gilles Émond, Anne Légère, Guy Boivin, Claude Richard, Irénée Rivard, Jean-Jacques Cartier and Jacques Simard.

“The future of Phytoprotection is in your hands.Do not forget that plant protection is for life…”. (Rioux and Simard, ibid.)