Recensions

 

Schengen Visa Implementation and Transnational Policymaking. Bordering Europe, de Federica Infantino, Springer, 2019, 267 p.[Record]

  • Juliette Dupont

…more information

Les visas reproduisent-ils les inégalités et les privilèges ? Tantôt simple formalité administrative, tantôt véritable parcours du combattant, se soldant parfois par un refus, le processus de demande de visa représente une frontière à distance. Bien que résolument politique, le visa demeure un objet sous-étudié. Dans cet ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, la chercheuse Federica Infantino s’intéresse au visa dit « Schengen » et à sa mise en oeuvre par trois consulats européens au Maroc. Ce visa de court séjour (trois mois maximum) s’applique pour les visites touristiques, d’affaires et familiales. Il est délivré par l’État de destination, mais autorise l’entrée et la circulation dans l’ensemble du territoire des pays signataires de la convention Schengen, dont les contrôles aux frontières intérieures ont été levés. L’harmonisation des pratiques de délivrance est censée être assurée par un règlement européen, le Code des visas ; or cette législation est particulièrement vague et ambiguë. Comment les bureaucraties nationales mettent-elles en oeuvre cette politique commune de contrôle migratoire ? La question de l’« implementation gap » peut sembler classique, mais la stratégie de recherche mise en place pour y répondre est originale et ambitieuse. Infantino a mené une enquête ethnographique comparée rigoureuse, en observant directement les pratiques discrétionnaires des agent∙e·s visa des consulats belge, français et italien de Casablanca, où elle a passé dix mois en immersion. Au plus près des street-level bureaucrats, dont le quotidien consiste à recevoir les demandeur∙euse·s de visa et à évaluer leur dossier, elle met au jour la nature de leurs pratiques de délivrance, le sens qu’il∙elle·s donnent à leurs actions, mais aussi les différences nationales d’interprétation, de traduction et de réappropriation qui subsistent entre les trois consulats européens. Dans le cas du Maroc, pays d’émigration vers la Belgique et ancienne colonie de la France, la lutte contre le risque migratoire revêt un sens inattendu : pour les agent∙e·s, il ne s’agit pas tant d’empêcher les migrations irrégulières que d’éviter la possibilité d’installation légale après l’entrée sur le territoire avec un visa Schengen. L’Italie, dernier des trois États à avoir rejoint l’espace Schengen, doit réaliser le plus d’ajustements pour se conformer à cette logique de frein aux migrations « pseudo-légales ». L’ouvrage est divisé en deux parties. La première insiste sur l’importance de la prise en compte du contexte historique de la politique des visas, et plus généralement des mouvements migratoires, pour comprendre la mise en oeuvre du visa Schengen au Maroc aujourd’hui (chap. 1 à 3). La deuxième, plus dense empiriquement, détaille les pratiques de gestion, de discrétion et d’interaction qui font la routine des agent∙e·s consulaires belges, français et italiens à Casablanca (chap. 4 à 7). Le premier chapitre revient sur l’européanisation des politiques de gestion des frontières extérieures, et la mise en place du visa Schengen comme mesure de compensation à la suppression des contrôles aux frontières intérieures. La conception de la politique commune des visas fait face à un dilemme fondamental : harmoniser les critères d’attribution tout en respectant le pouvoir discrétionnaire des administrations nationales. Texte de référence en vigueur depuis 2010, le Code des visas multiplie les formulations floues telles que « le refus est indiqué dans le cas où il existe des doutes raisonnables sur l’intention du demandeur de quitter le territoire à la fin de la validité du visa » (art. 32). Dans le deuxième chapitre, Infantino contextualise le Maroc comme espace de mise en oeuvre de la politique des visas Schengen. Au fil d’un travail d’archives passionnant, elle retrace l’histoire pré-Schengen des mobilités entre ce pays et les trois États européens, en particulier l’immigration d’ouvriers marocains en France et …