Sommaire

Mot de l’éditeurLe travail et l’emploi à l’ère de la Covid-19Work and Employment in the Era of COVID

  • Anthony Morven Gould

…more information

  • Anthony Morven Gould
    Directeur/rédacteur Relations industrielles/Industrial Relations
    Directeur/Editor Relations industrielles/Industrial Relations

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Volume 76, Number 2, Spring 2021, pp. 183-382, Relations industrielles / Industrial Relations

Toute personne qui observe le monde du travail et de l’emploi comprendra que ce volume est mis sous presse à un moment d’incertitude et d’anxiété. En 2020, nous sommes entrés dans une longue période de confinement et d’isolement, la COVID-19 ayant généré plusieurs crises. Comme c’est le cas pour les véritables catastrophes, cette ère de malaise a eu un point de départ bien défini (début de mars 2020), mais elle est maintenant entrée dans une phase qui, malgré le déploiement actuel des vaccins, semble être présente pour une durée indéterminée. Quoi qu’il en soit, de nombreuses réponses sociétales initialement temporaires au virus apparaissent dorénavant comme des éléments résolument permanents. Le travail à domicile, les réunions ZOOM, les cours en ligne, la distanciation sociale : ces phénomènes seront probablement des héritages durables de la COVID. Il est à noter que chacun de ceux-ci concerne principalement l’emploi et l’exercice d’un emploi. En ce qui concerne l’administration, la revue utilise maintenant un logiciel, Open Journal System, pour traiter ses manuscrits et communiquer avec les parties prenantes. Une utilisation optimale de la technologie pertinente nous permettra de libérer des ressources qui pourront être réaffectées à la communication institutionnelle ainsi qu’à la diffusion des messages clés de la revue : de nouvelles tâches importantes. Notre travail administratif, tout aussi important qu’il soit, a une fonction de soutien. En tant que tel, il ne faut pas s’y attarder indûment. Ce qui compte vraiment, c’est que la revue publie des articles sur les relations d’emploi contemporaines. Voici donc un aperçu du contenu substantiel de l’édition 76(2), une édition qui (délibérément) est vraiment globale dans les sujets qu’elle aborde. Premièrement, dans un reportage sur un hôpital tunisien, une collègue d’outre-Atlantique, Amira Dahmani, aborde le thème du moment – la COVID-19 – et traite donc des défis extraordinaires que doivent relever les travailleurs de la santé de première ligne (en français). Deuxièmement, Fang Yuan, Fang Lee Cooke, Teng Zhong et Fansuo An ont écrit un article passionnant sur un aspect jusqu’ici largement inexploré de la vie professionnelle en Chine (en anglais). Troisièmement, Jocelyne Barreau, Christelle Havard et Angélique Ngaha Bah montrent comment les positionnements, les comportements et les interactions des négociateurs d’un accord-cadre international et ceux d’acteurs locaux influencent son effectivité. Quatrièmement, Marc-Antonin Hennebert, Chloé Fortin-Bergeron et Oliver Doucet offrent une perspective plus orthodoxe dans le champ des relations industrielles par une contribution théorique qui examine les déterminants de l’engagement syndical chez les jeunes travailleurs (en anglais). Cinquièmement, Christophe Baret, Isabelle Recotillet et Cathel Kornig, écrivant sur le cas d’un milieu hospitalier français, explorent les dimensions de la reconnaissance qui sont les plus touchées par la modification des conditions de travail (en français). Sixièmement, revenant au Canada, nos collègues de l’Ontario, Firat K. Sayin, Isik U. Zeytinoglu, Margaret Denton, Catherine Brookman et Sharon Davies, dans un article controversé, discutent de la relation entre trois variables, soit la charge de travail, la violence et le harcèlement au travail et le bien-être des préposés aux bénéficiaires en Ontario (en anglais). Septièmement, Amel Bouderbala, dans un autre article s’appuyant sur l’expérience tunisienne, discute du rôle du dialogue social dans la promotion de la responsabilité sociale des entreprises (en français). Comme vous pouvez le constater, l’édition 76(2) de la revue est diversifiée dans sa portée géographique, avant-gardiste dans les sujets qu’elle aborde et trouve le juste équilibre entre théorie et pratique. Nous avons pris plaisir à travailler avec des auteurs talentueux pour la réaliser. Je suis convaincu que vous prendrez plaisir à le lire. Comme toujours, vos commentaires sont les bienvenus. This edition goes to press at a time of uncertainty and anxiety …