Comptes rendus

Vadim A. Koleneko, Le Québec en textes historiques et littéraires (Kvebek v istoricheskikh I literaturnikh tekstakh), Moscou, Université d’État des Sciences humaines de Russie, Centre d’enseignement et de recherche « Moscou-Québec », 2004, 179 p. [Record]

  • Étienne Berthold

…more information

  • Étienne Berthold
    INRS-Urbanisation, Culture et Société

Le domaine et le milieu des études québécoises revêtent une importance sans cesse grandissante en Russie. Alors qu’en Union soviétique, l’étude et la connaissance scientifique du Québec (plus généralement du Canada français) étaient surtout l’apanage de l’Institut des États-Unis et du Canada (à Moscou ; dorénavant connu sous le nom de « Centre d’Études nord-américaines »), il n’en va plus de même aujourd’hui. Ainsi, l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des Sciences de la Russie abrite-t-il, depuis le début des années 1990, le Groupe sur l’histoire du Canada, lequel oriente principalement ses analyses autour de l’histoire du Québec et du Canada français. En parallèle, il faut noter l’existence, depuis 1997, du Centre Moscou-Québec. Logé à l’Université d’État des sciences humaines de Russie (Moscou), le Centre Moscou-Québec, qui émane d’un partenariat entre cette même université et l’Université Laval, dispense une formation de premier cycle dans les domaines de l’histoire, de la culture et des archives du Québec et de l’Amérique française. C’est d’ailleurs dans le cadre de la programmation scientifique du Centre Moscou-Québec que s’inscrit la publication récente de l’ouvrage Le Québec en textes historiques et littéraires (Kvebek v istoricheskikh i literaturnikh tekstakh). Composé de dix-neuf textes écrits (et pour la plupart publiés en Russie) avant la révolution socialiste de 1917, l’ouvrage prend la forme d’un recueil de sources, conçu sur le mode de l’anthologie, destiné aux étudiants russes des établissements d’enseignement supérieur. L’anthologie a été compilée par Vadim A. Koleneko, qui y signe également une brève introduction (p. 9-12) destinée à lui conférer un ton général, de même qu’à justifier l’enchaînement des textes retenus. V. Koleneko est directeur du Groupe sur l’histoire du Canada et directeur adjoint du Centre d’Études nord-américaines. Il enseigne également l’histoire du Québec au Centre Moscou-Québec et est auteur de nombreux articles et volumes consacrés à l’histoire du Québec et du Canada français, lesquels sont publiés en Russie depuis la fin des années 1970. Au-delà de sa portée pédagogique, l’anthologie proposée par V. Koleneko s’insère dans un mouvement de « réhabilitation » du Québec (plus largement du Canada français) dans la science russe consacrée à l’étude du Canada, mouvement dont le Groupe sur l’histoire du Canada et le Centre Moscou-Québec constituent deux porte-parole de premier plan. Il faut ici souligner qu’au cours de la période soviétique (1917-1991), le Canada était perçu, dans une très forte proportion, par les canadianistes russes, comme un dominion britannique. De même, l’étude des « petites nationalités » s’avérait relativement difficile en Union soviétique, en vertu de la menace qu’elle pouvait constituer à l’égard de l’idéologie internationaliste prônée par le régime soviétique. En conséquence, l’historiographie soviétique reliée au Canada, tout particulièrement, accordait, en son ensemble, une attention minimale au Québec et au Canada français. Depuis la chute de l’URSS (1991), des instances comme le Groupe sur l’histoire du Canada et le Centre Moscou-Québec tâchent de favoriser l’étude du Québec en Russie et, plus manifestement pour le premier, de diffuser, parmi les canadianistes russes, l’image d’un Canada orienté autour de l’existence de deux nations (la nation canadienne-anglaise et la nation canadienne-française). À cet égard, la pertinence de l’ouvrage Le Québec en textes historiques et littéraires réside dans le fait que les textes qu’il propose au lecteur abordent l’histoire canadienne en faisant une large place à la situation du Québec et du Canada français. La Russie prérévolutionnaire possédait une connaissance développée du Canada et, par là même, du Canada français. C’est d’ailleurs à cette période historiographique que se réfère V. Koleneko pour le choix de la grande majorité des textes composant l’anthologie. Il ne faudrait pas confondre une telle démarche avec le mouvement de …