Restricted access to the most recent articles in subscription journals was reinstated on January 12, 2021. These articles can be consulted through the digital resources portal of one of Érudit's 1,200 partner institutions or subscribers. More informations

Comptes rendus

Jacques Godbout, Le tour du jardin. Entretiens avec Mathieu Bock-Côté sur les livres, la politique, la culture, la religion, le Québec et la saisine, Montréal, Éditions du Boréal, 2014, 242 p.[Record]

  • Colette Boucher

…more information

Ce recueil d’entretiens illustre l’art de la conversation, art que maîtrise élégamment Jacques Godbout et qui aurait inspiré à Mathieu Bock-Côté l’idée de ce livre. Et il est vrai que l’ouvrage répond à certaines règles régissant la conversation, laquelle est faite d’échanges, d’avancées, de replis, de moments de silence et est entrecoupée de temps de réflexion. Ici, les temps de réflexion sont longs, puisque les dialogues, d’abord entrepris verbalement, de façon conviviale, prennent la forme d’un échange épistolaire, par courriels. Ce qu’on perd en spontanéité, on le gagne en profondeur et en nuances. La conversation, comme pratique langagière, s’articule autour de thèmes, parfois avec des ruptures thématiques et des reprises. Celle qu’entretiennent Godbout et Bock-Côté va directement au coeur de sujets comme l’histoire, la tradition et la modernité, la culture et le culte du divertissement, la langue, la démocratie, la liberté intellectuelle. Enfin, la conversation doit savoir distinguer entre la vie privée et l’espace public. Dans ce tour du jardin, les auteurs réussissent cet exercice, livrant de la vie personnelle de Godbout uniquement ce qui sert à illustrer une époque qu’a connue le Québec en même temps que le reste du monde, soit l’effervescente seconde partie du 20e siècle avec ses révolutions d’idées et de pratiques. De sa fréquentation des hommes ayant marqué l’histoire récente du Québec, Godbout a retiré une vision des changements présents et à venir, qu’il mesure à l’aune d’une tradition vivante et qu’il transmet dans Le tour du jardin. Bock-Côté prend avec fierté le rôle de passeur d’idées.