Recensions et comptes rendusThéologie

Robert Cheaib, Au-delà de la mort de Dieu. La foi à l’épreuve du doute (Forum) ; trad. de Robert Kremer. Paris, Salvator, 2019, 13 × 20 cm, 201 p., ISBN 978-2-70671-761-1

  • Sonny Perron-Nault

…more information

  • Sonny Perron-Nault
    Études supérieures, Faculté de théologie, Collège universitaire dominicain, Ottawa

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Le bon pasteur : une métaphore parlante pour un <em>leadership</em> d’aujourd’hui ?, Volume 74, Number 2-3, May–December 2022, pp. 161-456, Science et Esprit

Écrit par Robert Cheaib et traduit de l’italien par Robert Kremer, Au-delà de la mort de Dieu. La foi à l’épreuve du doute est un livre de grand public à saveur mystique où théologie – proprement dite – et anthropologie sont interreliées et s’éclairent mutuellement. Excepté le prologue, qui prend comme point d’appui la parabole de l’insensé de Nietzsche, les six chapitres du livre sont introduits par divers épisodes de l’histoire de Moïse qui servent de tremplin à différentes thématiques. Le prologue, équivalant aux chapitres par ses 24 pages, cherche à éveiller ou réveiller le questionnement autant chez l’athée que le croyant, présentés comme « compagnons de route, dans une alliance silencieuse, à la recherche d’un possible sens à la vie humaine, à la quête d’un possible Dieu » (p. 25). Comme l’insensé de Nietzsche, qui s’étonnait de l’inconsidération collective concernant l’impact de « la mort de Dieu » sur la question de l’identité humaine, Cheaib cherche à stimuler ses lecteurs à l’examen du lien délicat qui les unit. Le ch. 1 entame une réflexion sur « le silence de Dieu » par l’entremise des textes bibliques relatant le séjour pénible des Israélites en Égypte, s’échelonnant sur plus de 400 ans. Concédant que la question de « la mort de Dieu » est absente de l’A.T., Cheaib trouve cependant que la notion du silence de Dieu s’en approche en quelque sorte. La discrétion divine dans le temps, trame de fond de plusieurs récits bibliques, constitue entre autres l’espace de liberté divine et humaine. C’est là que le désir de l’homme pour Dieu peut être ravivé et « où le “oui” à Dieu a de la valeur précisément parce qu’il peut dire “non” » (p. 49). Le chapitre suivant, inspiré des multiples femmes ayant contribué à la survie du bébé Moïse en dépit de l’ordre du pharaon, s’intitule « aider Dieu ». Il s’agit là d’une réflexion sur le mal et la souffrance dans l’optique de l’absence de Dieu dans l’histoire. Les croyants, loin d’avoir des oeillères quant à la présence du mal dans le monde, y sont encore plus sensibilisés par leur contemplation du Bien suprême que représente Dieu. Celui-ci est présent dans la souffrance via ceux et celles qui promeuvent la vie. Dieu lui-même souffre de la souffrance humaine dans l’incarnation du Christ. En reprenant les propos de Dietrich Bonhoeffer, Cheaib recadre la perspective : c’est ultimement le croyant qui est appelé à participer aux souffrances de Dieu pour la vie du monde. Au ch. 3, le narratif sur le buisson ardent sortant Moïse de l’acédie spirituelle amène à penser le thème de « la surprise de Dieu ». Les interventions divines de « l’Éternel dans le temps » sont un paradoxe qui est source de valorisation de l’histoire pour son peuple et constitue une approche qui incite « à ne pas se référer à lui à partir de l’abstrait, mais du concret » (p. 85). Cette surprise divine au sein de l’arbuste enflammé est aussi manifestation de sa « com-passion », définie comme « pâtir avec » (p. 87). Cela conduit à une réflexion sur « l’impassibilité divine » (apheteia) qui, après une critique, est réhabilitée grâce à une distinction empruntée à saint Bernard (p. 88-90). D’autres exemples d’intervention inattendue de Dieu dans l’histoire sont illustrés par les témoignages de conversion subite d’André Frossard et Olivier Clément (p. 96-103). Les trois derniers chapitres traitent respectivement de Dieu dans le désir, la pensée et l’amour. Le meurtre de Moïse, ses quarante ans de solitude au désert, sa curiosité devant le buisson ardent représentent différentes modalités du désir …