Feuilleton

Gabriele Goettle

  • Barbara Thériault

Access to this article is restricted to subscribers. Only the first 600 words of this article will be displayed.

Access options:

  • Institutional access. If you are a member of one of Érudit's 1,200 library subscribers or partners (university and college libraries, public libraries, research centers, etc.), you can log in through your library's digital resource portal. If your institution is not a subscriber, you can let them know that you are interested in Érudit and this journal by clicking on the "Access options" button.

  • Individual access. Some journals offer individual digital subscriptions. Log in if you already have a subscription or click on the “Access options” button for details about individual subscriptions.

As part of Érudit's commitment to open access, only the most recent issues of this journal are restricted. All of its archives can be freely consulted on the platform.

Access options
Cover of Problèmes, expériences, publics : enquêtes pragmatistes, Volume 51, Number 1-2, Spring–Fall 2019, pp. 5-391, Sociologie et sociétés

Gabriele Goettle est journaliste. « À la mort de X » est issu d’une collection de reportages préalablement parus dans le quotidien allemand taz. Le recueil Deutsche Sitten. Erkundungen in Ost und West réunit des textes portant principalement sur l’histoire de l’Allemagne contemporaine, du traitement des anciens camps de concentration à l’ouverture de la frontière entre les deux républiques. C’est par des détails — l’odeur, l’exode du personnel, la décrépitude des bâtiments, des dialogues entre hommes et femmes — que l’autrice nous fait notamment découvrir les villes est-allemandes au début de l’année 1990. En tant que journaliste, Goettle s’adonne à de petites expérimentations : elle offre ses services pour la rédaction de lettres et fouille dans les sacs de recyclage d’un couple d’enseignants. Nous retenons ici deux textes. Dans le premier, elle se rend dans un hospice pour personnes âgées et pose, dans une tradition qui rappelle les reportages de langue allemande des années 1920 et 1930, un regard sobre sur la mort. Dans le deuxième, elle place une annonce de séminaire théorique sur le masochisme dans un quotidien et en relate le déroulement.