You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Présentation du volume

  • La rédaction
Cover of Les philosophes de l’École de Kyōto et la théologie, Volume 20, Number 1-2, 2012, pp. 5-529, Théologiques

Article body

Théologiques a décidé d’ouvrir ses pages, pour ce volume exceptionnel, à une thématique fascinante et en plein développement, celle des rapports entre la théologie chrétienne et la pensée bouddhique, plus particulièrement telle que représentée à travers les écrits des philosophes de l’École de Kyōto. Sous la direction de Jacynthe Tremblay, ce dossier présente d’un côté la manière dont ces philosophes « reprirent certains thèmes de la théologie protestante et catholique pour les réinterpréter à l’intérieur de leurs propres systèmes philosophiques » et, de l’autre, comment « la réinterprétation, par ces philosophes, de thèmes théologiques chrétiens pourrait offrir un nouveau cadre conceptuel à la pensée théologique ». Afin de faire justice à une problématique et des objectifs aussi ambitieux, il a été nécessaire de rassembler des spécialistes internationaux parmi les plus renommés en termes de philosophie japonaise. C’est ainsi que nous avons le plaisir d’accueillir en ces pages neuf collaborateurs provenant d’Espagne, d’Italie, de Belgique, du Japon, du Vermont (É.-U.), du Mexique et du Québec.

Théologiques a par ailleurs accepté de traduire et d’intégrer en ses pages trois articles japonais fondamentaux pour ce champ de recherche et jusqu’alors inédits en français. L’un d’eux provient des oeuvres de Nishida Kitarō, les deux autres de Nishitani Keiji. L’ampleur de ce dossier a conduit la rédaction à décider la publication exceptionnelle d’un volume double, seul capable d’accueillir le nombre de contributions qui s’imposait, ainsi que ces traductions de textes originaux.

La deuxième partie du volume compte six textes hors thème. Les trois premiers sont regroupés autour de la question de la théologie autochtone au Canada, c’est-à-dire de l’interaction fructueuse, en termes de réflexion théologique, de la rencontre entre Autochtones nord-américains et allochtones. Ils sont signés par Marie-Pierre Bousquet, Denise Nadeau et Frédéric Laugrand. Après cela, une note de lecture, signée Olivier Bauer, souhaite rendre hommage à Pierre Ouellet pour son apport à la réflexion théologique et un article de Fabrizio Vecoli entre en discussion avec un ouvrage récent de Robert Bellah sur la question de l’évolution religieuse humaine. Le volume s’achève avec une contribution de John Pawlikowski, figure éminente du dialogue judéo-chrétien, sur la contribution déterminante de Jean-Paul II dans les relations entre juifs et chrétiens, notamment en ce qui concerne ses déclarations relatives à la souffrance des juifs pendant la Shoah et l’établissement de relations officielles entre Israël et le Vatican.

Bonne lecture !