You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Dossier

Inédit

  • France Daigle

Note de l’auteure

Je présente ici ce qui pourrait être le début du roman auquel je travaille présentement et qui s’intitulera peut-être Jusqu’à la fin. En principe, la numérotation qui débute par 1.1.1 devrait se terminer par 1728.144.12. Le premier chiffre de cette série identifie chacun des 1728 passages du livre ; le deuxième chiffre indique à laquelle des 144 trames du récit se rattache le passage ; le troisième chiffre donne l’ordre du passage parmi les 12 de chaque trame. Le roman comportera donc 1728 passages. Puisque plus de mille sont déjà écrits, j’ai bon espoir de me rendre « jusqu’à la fin ».

Article body

1.1.1 Chansons

— Papa, chante ça que tu vas faire après.
— Après…
Terry avait répondu un peu distraitement tout en ramassant des vêtements traînant ici et là dans la chambre.
— Tu sais… Après, quand on va dormir…
Terry fit un rapide calcul : le petit avait eu la permission de se coucher une heure plus tard que d’habitude et, en plus, il avait eu droit à une histoire toute neuve ; normalement, il aurait dû sombrer dans le sommeil avant la fin de l’histoire, mais voilà qu’il demandait maintenant une chanson. Il passa par la tête de Terry qu’Étienne était peut-être inquiet ou quelque chose du genre, mais surtout, il décida de ne pas lésiner sur les moyens à prendre… pour avoir la paix.
— Tu veux dire le Blues d’Aragon ?
— Oui, Daragon.

2.2.2 Couleurs — Sondage

Cent deux étudiantes et étudiants de l’Université de Moncton ont accepté de participer à un petit sondage impromptu sur leur perception des couleurs, à savoir, plus précisément, si elles (les femmes étaient en majorité) associaient une couleur aux lettres de l’alphabet. Il en est ressorti que 28 voient le « a » rouge, 21 le voient jaune, 10 blanc, 9 orange, 8 bleu, 7 vert, 5 rose, 4 argent et 3 aqua. Deux ne voient rien du tout et 5 le voient beige, gris, or, violet et auburn respectivement.

3.37.2 Histoire de Souricette

— Cecitte c’est l’histoire de c’te souris icitte qui s’appelait Souricette. Souricette avait décidé qu’a voulait être une souris de laboratoire quand a serait grande. Ça fait qu’a l’a été à l’université pis après a s’a trouvé une bonne job dans un grand laboratoire vraiment important. Là, parce qu’a l’était smarte pis qu’a faisait haut sus tous les tests de base, y avont commencé à y faire passer des tests de plusse en plusse durs. Pis, ben sûr, Souricette était fière de ça ; a l’aimait qu’y la trouviont vraiment smarte pis tout’. Pis là, une bonne fois, les chefs du laboratoire avont choisi six des souris les plus smartes — ça, ça voulait dire Souricette — pour un test XTX, qui était le code secret des tests les plus dangereux. Là, parce qu’y aviont choisi yinque six souris pis que yelle s’appelait « souris-sept », Souricette avait comme mal au ventre par rapport à c’te test-là. Y avait de quoi qui la bâdrait ben a savait pas vraiment quoi c’que c’était. En tout cas, le jour du test a fini par arriver pis les six souris avont endé up dans un labyrinthe — tu te rappelles quoi c’que c’est un labyrinthe ? So, un labyrinthe divisé en deux, une partie chauffée pis une partie pas chauffée. Ça fait que trois d’yelles avont été dans la partie chauffée, pis les trois autres dans la partie pas chauffée. L’affaire est que, dans la partie pas chauffée, y avait du lait, tandis qu’y en n’avait pas dans la partie chauffée. — Me suis-tu ? — C’est que les chefs du laboratoire vouliont saouère quoi c’qu’était plusse important pour les souris : de vivre dans une place où c’qui faisait chaud, ou bedon dans une place où c’est qu’y avait de quoi à manger. Parce qu’y figuriont que des petits enfants feriont la même affaire. Ça fait qu’après deux semaines, y avont eu la réponse. Y avont trouvé toutes les souris mortes ensemble, dans la partie chaude du labyrinthe. Même Souricette était morte.
Ici Terry fit une courte pause avant de continuer pour voir si Étienne dormait. Il ne dormait pas.
— La morale de l’histoire, c’est qu’y faut que tu faises confiance à ça que tu sens en-dedans ; y en a qu’appelont ça l’intuition, y en a d’autres qu’appelont ça le septième sens… à cause de Souricette/souris-sept, right ? Parce qu’a l’avait eu mal au ventre, ça voulait dire que Souricette savait d’une manière que c’était pas pour yelle c’te test-là.

4.2.4 Couleurs — Noms de rouge

Il n’a pas été demandé aux 102 étudiantes et étudiants de préciser la teinte exacte de la couleur qu’ils voyaient. Par exemple, le rouge évoqué aurait pu être n’importe lequel des suivants : nacarat, garance, écarlate, aniline, fraise, fraise écrasée, framboise, rubicond, incarnat, coquelicot, rubis, homard, écrevisse, cardinal, dahlia, vermillon, anglais, cerise, tomate, beauté, vermeille, sang, sanguine, pourpre, gueules, pivoine, conclave, orangé, terre de feu ou picador. Évidemment, cette énumération n’est pas exhaustive.

5.11.1 Emprunts — Plagiat

Dans Le Petit Larousse © Larousse — Bordas 1998 : « plagiat n. m. Action de plagier qqch ou qqn ; copie. » Et : « plagier v. t. Piller les oeuvres d’autrui en donnant pour siennes les parties copiées. » Et aussi, tant qu’à y être : « plagiaire n. (lat. plagiarus, du gr.). Personne qui plagie les oeuvres des autres ; démarqueur. »

6.1.2 Chansons

C’était Ludmilla qui avait fait connaître à Terry le disque de Léo Ferré chantant Aragon. Elle l’avait apporté un jour à la librairie en pensant que ce pourrait être une bonne musique d’ambiance pour bouquiner. Cela ne ressemblait en rien au genre de musique que Terry avait l’habitude d’écouter et pourtant il avait aimé presque dès la première écoute.
— O. K. C’est décidé. C’est toi qui va être en charge de la musique from now on.

7.2.6 Couleurs de base

Dans la perception de la couleur de la lettre « a », seulement une des 102 étudiantes et étudiants ayant participé au petit sondage a désigné une couleur un peu hors de l’ordinaire, soit auburn. Les autres couleurs évoquées se retrouvent toutes dans la palette de base des couleurs, sauf le beige, l’or, l’orange et le rien. L’absence de l’orange étonne quelque peu. Peut-être que cela s’explique par le fait que la palette de base de référence est en fait la première palette de couleur HTML destinée aux concepteurs de sites web. Au début, au lieu d’utiliser des chiffres ou autres codes fastidieux, les cybercréateurs avaient la possibilité d’écrire en toutes lettres les couleurs eau, noir, bleu, fuchsia, gris, vert, lime (ou citron vert), marron, bleu marine, vert olive, violet, rouge, argent, sarcelle, blanc et jaune. Netscape a depuis ce temps élargi sa palette de base à 140 couleurs et l’on y retrouve maintenant le beige, l’or et l’orange.

8.37.4 Histoires de Terry

Les histoires d’animaux que Terry raconte aux enfants ne sont pas toutes de son cru. Il en raconte aussi qu’il glane sans trop s’en rendre compte dans les journaux et revues qui lui passent entre les mains. Mais il se donne souvent le défi personnel de conclure avec une morale, en autant que les enfants soient encore réveillés à la fin de l’histoire car il n’aime pas gaspiller une morale — pas toujours facile à tricoter — sur un enfant qui dort.

9.17.1 Hasards — A

Premier hasard : le sondage mené sans tambour ni trompette auprès des étudiantes et étudiants de l’Université de Moncton visait a priori la perception des couleurs des voyelles, mais ce détail n’était pas vraiment clair dans l’esprit des chercheurs et ne fut donc pas exprimé comme tel. Or, la lettre « a » est à la fois la première voyelle et la première lettre de l’alphabet. Un peu faible comme hasard, mais hasard tout de même.

10.1.3 Chansons

Un jour qu’il était seul à la maison — Carmen était allée faire un tour chez ses parents avec les enfants —, Terry avait entonné tout doucement ce Blues d’Aragon et s’était rendu compte au fur et à mesure qu’il en connaissait toutes les paroles. Cela l’avait un peu surpris car il n’avait pas fait d’effort particulier pour les mémoriser. Il goûta alors au plaisir de chanter la chanson par coeur, s’ambitionna même au point de la chanter de tout coeur, sans l’entrave d’une guitare entre les bras.

11.11.4 Emprunts — Auburn

Reproduit sans permission du dictionnaire Robert des mots communs, c’est-à-dire du Nouveau Petit Robert (1993) : « auburn [oboern] adj. inv. — 1835 ; mot angl. Vieilli. Se dit d’une couleur de cheveux châtain roux aux reflets cuivrés. acajou. Des cheveux auburn. »

12.10.1 Typo

Les premiers caractères d’imprimerie ressemblaient à l’écriture manuelle en usage à l’époque, notamment le gothique, le romain et l’italique. Une première classification des caractères, établie en 1766 par Fournier le Jeune, énumérait les styles romain, italique, bâtard, cursif, lettres de somme, lettres de forme et lettres tourneures. C’est néanmoins un Thibaudeau, Francis de son prénom, qui effectua la première vraie classification des caractères, classification basée sur l’importance historique de l’empattement, c’est-à-dire ce trait horizontal plus ou moins épais au pied et à la tête des éléments verticaux de la lettre. Francis Thibaudeau établit quatre grandes familles de caractères : les caractères sans empattement ou la famille antique, les caractères à empattement rectangulaire ou la famille égyptienne, les caractères à empattement triangulaire ou la famille romain élzévir et les caractères dont l’empattement consiste en un trait horizontal fin, ou la famille romain Didot. Francis Thibaudeau y alla aussi de quelques sous-familles. C’était en 1921.

13.2.8 Couleurs — A

Il n’y a pas que la couleur auburn qui commence par la lettre « a ». Dans un rapide survol du dictionnaire chromatique du site web pourpre. com, on dénombre 33 noms de couleur commençant par la lettre « a », sur un total de 221, soit 12 pour cent. Seule la lettre « c » en compte davantage. Les 48 couleurs débutant avec un « c » équivalent à 17 pour cent de l’ensemble.

14.11.2 Emprunts — Statistiques

« Le statisticien est indispensable à une économie moderne. […] Il est le collaborateur privilégié des décideurs. […] Comprendre un problème, proposer des solutions. […] S’intéresser à la fois aux situations réelles, à leur modélisation et à leur interprétation informatique. […] Solide bagage mathématique. […] Rédaction de rapports accessibles à des non-initiés. » Tiré sans permission de la page web du Département Statistique et Traitement informatique des Données de l’Institut universitaire de Technologie des Pays de l’Adour — Site de Pau, rattaché à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

15.8.1 Librairie Didot

Camil Gaudain était un client régulier de la Librairie Didot. Il y venait tous les mois et ne repartait jamais sans faire d’achat. Terry avait remarqué qu’il lisait de tout, ou du moins, qu’il achetait de tout : romans, essais, biographies, poésie, et bien sûr des livres pour enfants pour ses nombreux neveux et nièces.
— J’aimerais commander Freud dans la Pléiade.
— Pas de problème.
En démarrant cette librairie avec Ludmilla, Terry avait eu à plonger rapidement dans l’univers des livres. Il avait eu tout à apprendre. Grâce à la patience et à la générosité sans borne de Ludmilla, il se tirait maintenant assez bien d’affaire.
Aucun client n’avait encore commandé un livre de… Lapléyade ? En tout cas, Terry n’avait jamais entendu auparavant ce nom qu’il pensait être celui d’une maison d’édition. Cela n’avait rien d’anormal en soi puisqu’il arrivait souvent que des gens demandent des livres d’auteurs ou d’éditeurs qu’il ne connaissait pas. Mais il finissait toujours par trouver, Internet était d’un apport inestimable de ce côté.
Camil Gaudain regarda sa montre.
— Si ça te fait rien… je suis manière de pressé… je reviendrai après-midi. Ça te laissera le temps de préparer la commande pis tout’ ça.
— Parfait. Je vas juste écrire le nom pour pas oublier.
Terry griffonna sur un bout de papier Freud — Lapléyade. Camil Gaudain remarqua l’orthographe erronnée.
— Ça s’écrit en deux mots.
Terry ne se formalisa pas de son erreur, raya Lapléyade et écrivit ce que lui dicta Camil Gaudain.
— La Pléiade, P-majuscule-l-e-accent-aigu-i-a-d-e.
— Pas de problème.

Moncton, mai 2004