You are on Érudit's new platform. Enjoy! Switch to classic view

Dossier

Inédits

  • Denis Vanier

Article body

Tatouage  [1]

L’expression graphique des images de l’âme
Le corps en tant que « lieu de création »
Assaille le niveau de conscience
moyen d’accéder à l’informulable
en lui donnant une structure visible.
La fine démystification de la tradition orale
le tatouage est l’excès de tout corps
voué à l’excessive blessure
de « l’effacement »
le tatouage doit se situer
dans la pure symétrie du désordre
Les scarifications radicales et rockers de la poésie.
Les tatoueurs seront spatiaux
et fluorescents.

Le culte de la laideur qui est aussi
un grand art (ex. Spider Webb)
doit contrer les déesses et amazones
du désir.

-> See the list of figures

Le tatouage est un effet secondaire de l’absolu
Un corps tatoué transcende sa définition toute dialectique
autre qu’[illisible]
C’est un corps fermé, ouvert qu’à la mort
déjà représentée, fuyante et apaisé[e]
par son interprétation souvent fulgurante.
N’oublions pas que le tatouage du poète
constitue son testament biologique :
des marques de Caïn
comme autant de cosmétiques
pour peau délicate.

Justice poétique  [2]

La poésie est un geste libre n’ayant d’autre but que de renverser son inexistante identité sociale.

Lorsqu’à la première réunion de l’Association des poètes du Québec l’on entend déclarer avec un air sous-entendu, emprunté au plus béat folklore d’anarchie granole, que si quelqu’un d’entre nous occupe un poste, ce le sera à titre honorifique, on est en droit de se demander si cette Association, avec son président honorifique et ses deux vice-présidents sous-honorifiques, a peur de répondre des actes poétiques des membres de l’aile sur-radicale de l’Association, déjà identifiée sous l’appellation de « Les blessés concrets du suprême souffrant » ; illuminés, dangereux et techniquement implacables.

Il y aura des gestes poétiques de niveau terroriste. Plus clairement, une action terroriste répétée au nom de la poésie qui, soit dit en passant, exprime aussi le désespoir.

Attention de se méprendre en supposant que, pareils aux Indiens, tout ce que veulent ces poètes « c’est un pepsi, pis un gros char » (dixit Péloquin). À cette question s’en ajoute une autre encore plus primordiale pour les non-buveurs « d’eau de mains lavées ».

Que faut-il penser, lorsqu’on entend Madame Nicole Brossard de l’Académie des Lettres du Québec, proclamer bien haut que « Pierrot “le fou” Léger ne fait pas partie de la littérature » sinon que la poésie est un luxe devant nécessairement être représentée par les Jérôme Choquette de la création. Ce n’est pas Trois-Rivières, la capitale de la poésie, c’est Outremont.

J’ai toujours été pour le coup d’éclat. Mes armes sont les mots que je veux tatoués dans l’obscénité ravageuse de la douleur.

Soyons clairs. S’il y a des textes à publier, il y a surtout des tracts à distribuer décrivant les états illégaux de la pensée et de l’amour : des feuillets brûlants au coin des rues froides et sans espoir.

Comme l’a si bien laissé entendre notre président, ce que nous voulons, c’est de l’argent — être payé en terme(s) poli(s) — et j’ajoute, pour payer la traite à notre solitude, car c’est l’indifférence qui tue.

Écrire, c’est une mort non-assistée dans la chambre sale de la rue débandée. Brûlée dans la discipline de l’anarchie en toute droite et froide lucidité.

Je ferai ce qu’il y a à faire, mais ne l’expliquerai plus. De toute façon, avant qu’il soit trop tard, je l’avais déjà assez dit.

La « menace de mort » n’existe pas en poésie. Cette Association sera criminelle ou pas, en exprimant la « petitesse haineuse » de notre condition.

À ceci, ma blonde dit que je me revois dans la société.

C’est en effet à revoir.

Parties annexes