La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

PrésentationLe heurt des langues Psychanalyse et anthropologie en dialogue[Notice]

  • Ellen Corin

…plus d’informations

  • Ellen Corin
    Département d’anthropologie, Université McGill, Division de recherche psychosociale, Institut universitaire en santé mentale Douglas, 6875, boulevard LaSalle Verdun, (Québec) H4H 1R3, Canada
    ellen.corin@douglas.mcgill.ca

Depuis un siècle, l’anthropologie et la psychanalyse ont entretenu des rapports faits à la fois de fascination et de répulsion, de convergences et de divergences, de promesses et de malentendus. Ce dialogue a été conflictuel et a soulevé des passions de part et d’autre. Ce qui est en jeu à travers ce débat est une conception de l’humain et de la vie psychique, de la tension entre l’universel et le particulier dans le travail de la culture, l’articulation entre singularités individuelles, particularités culturelles et sociales, et le caractère aveugle de la poussée pulsionnelle et des forces qui nous habitent. Un livre récent d’Éric Smadja (2010) propose un survol extrêmement bien documenté de l’histoire de cette rencontre et de ses protagonistes principaux, tant du côté de l’anthropologie que de la psychanalyse. La rencontre entre anthropologie et psychanalyse connaît un nouvel essor en France depuis les années quatre-vingt-dix, sous l’égide de quelques anthropologues qui ont édité un numéro spécial de la revue L’Homme en 1999. Dans leur introduction, les auteurs, Patrice Bidou, Jacques Galinier et Bernard Juillerat (Bidou et al. 1999), dégagent le double objet d’une anthropologie psychanalytique : d’une part, « la part de la culture sédimentée tout au long de l’histoire de l’humanité à partir de la production psychique des personnes vivant en société… » (Bidou et al. 1999 : 9) ; de l’autre, « cette part intérieure de l’homme qu’est sa vie pulsionnelle et affective, consciente et inconsciente, [qui] gouverne son existence et ses rapports avec les autres de la naissance à la mort » (ibid.). Parmi les idées intéressantes développées dans cette mouvance, on peut citer le travail de Juillerat (1991) sur le sens latent des mythes chez les Yafar et l’idée d’une hiérarchie de significations pointant vers un signifié ultime, hors conscience ; l’idée aussi que ce signifié caché à la fois exprime et dissimule la représentation de la sexualité au centre de la vision yafar du monde ; ou le sentiment que les sociétés évacuent à leur périphérie des résidus qui résistent à toute socialisation et qui peuvent faire retour, par exemple sous la forme d’entités démoniaques, et que cet exclu continue à agir de manière souterraine et fait parfois surface, les sociétés différant entre elles quant au degré d’élaboration de ce qui concerne un tel champ de force. De son côté, le Journal des anthropologues a consacré en 1996 un numéro spécial à « Anthropologie et Psychanalyse ». Les éditeurs de ce numéro spécial, Claude Arditi, Bertrand Pulman, Catherine Quiminal et Monique Sélim (Arditi et al. 1996), situent le dialogue entre les deux disciplines dans une perspective historique plus large qui tient compte des enjeux de la connaissance dans le monde contemporain : d’une part, les modes d’objectivation de l’objet sont examinés de manière critique et l’attention se déplace vers les modes de production de la connaissance ; d’autre part, on est de plus en plus sensible aux fractures normatives et aux reconstructions identitaires qui déstabilisent les savoirs disciplinaires et renouvellent les possibilités de débat. Dans ce contexte, chacune des deux disciplines développe ses propres questions qui concernent d’un côté le rapport au terrain et les méthodes anthropologiques, et de l’autre les défis posés à la clinique par la confrontation à une « souffrance exotique ». Les auteurs mettent en garde contre les pièges d’une approche des processus psychiques à partir de normes universelles ou qui fasse abstraction de l’impact des clivages sociaux sur la vie psychique et les modes de subjectivation. Il faut donc se garder d’une transposition trop rapide des concepts d’un champ à l’autre et plutôt mettre …

Parties annexes