Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Mosko Mark S., 2017, Ways of Baloma. Rethinking Magic and Kinship from the Trobriands, avant-propos de Eduardo Viveiros de Castro, préface de Pulayasi Daniel. Chicago, HAU Books, coll. « The Malinowski Monographs », 516 p., illustr., carte, glossaire, bibliogr., index.

  • Sylvie Poirier

…plus d’informations

  • Sylvie Poirier
    Département d’anthropologie, Université Laval, Québec (Québec), Canada

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Modes de vie mobiles, Volume 44, numéro 2, 2020, p. 15-248, Anthropologie et Sociétés

Mark S. Mosko se distingue comme l’un des chefs de file de l’anthropologie océaniste contemporaine. Dans Ways of Baloma. Rethinking Magic and Kinship from the Trobriands, et cent ans après la publication des Argonauts of the Western Pacific [Les argonautes du Pacifique occidental] (1922) de Bronislaw Malinowski, il entreprend de revisiter, sur les plans théorique, conceptuel et ethnographique, non seulement les travaux de cet ancêtre de la discipline, mais aussi ceux des générations d’anthropologues qui se sont succédé depuis en terrain mélanésien et trobriandais. Avant d’entamer ses recherches auprès des Trobriandais, Mosko était déjà bien connu pour ses travaux chez les Mekeo du Nord (Papouasie–Nouvelle-Guinée). Depuis les débuts de la discipline, l’Océanie, et plus particulièrement la Papouasie–Nouvelle-Guinée, a toujours représenté un terreau fertile pour les débats théoriques et conceptuels sur des thèmes clés, dont les économies de l’échange et du don (incluant les circuits kula) ; la parenté, les rapports de genre, la logique clanique et le rôle des lignées matrilinéaires et patrilinéaires ; la notion de « personne » et les théories locales de la procréation humaine ; les figures d’autorité et de la chefferie ; le sacrifice, les tabous, le sacré et le profane ; les pouvoirs et pratiques magiques et rituels ; les relations objets/sujets ; l’aliénable et l’inaliénable ; et, dans les thèmes plus contemporains, les processus locaux d’appropriation de la modernité et du christianisme. Autant de thèmes et de débats traités au fil des neuf chapitres de cet ouvrage et repensés par l’auteur avec sagacité et élégance, avec comme fil conducteur la notion de la « personne dividuelle » (« partible person »). L’avant-propos est signé par Eduardo Viveiros de Castro, spécialiste de l’Amazonie et l’un des principaux tenants du tournant ontologique. Dans les études mélanésianistes, le concept de la « personne dividuelle » (dite aussi composite, fractale, divisible, relationnelle), élaboré initialement par Marilyn Strathern dans The Gender of the Gift (1988), a été au fondement de ce qu’il est depuis convenu d’appeler la « New Melanesian Ethnography [Nouvelle ethnographie mélanésienne] » (NME). Cette idée novatrice élaborée à partir de la théorie classique de Marcel Mauss sur l’échange et le don s’attache à démontrer comment la personne mélanésienne, au contraire de la personne dite individuelle et conçue comme auto-fondée et a-relationnelle de l’idéologie occidentale moderne, se constitue et se trans-forme au gré des échanges et des trans-actions de types multiples. Dans son analyse de la socialité mélanésienne et des processus de production de la personne humaine, Strathern souligne la dimension genrée de tels interrelations et échanges. Dans Ways of Baloma, Mosko complexifie et élargit la réflexion théorique et l’analyse ethnographique de Strathern en faisant valoir la dimension magico-religieuse et l’agencéité des esprits, dont les esprits baloma, dès lors partie prenante des échanges et des trans-actions et considérés aussi comme des personnes dividuelles. L’auteur définit ainsi les esprits baloma : Selon Mosko, le concept de « personne dividuelle » s’applique donc autant aux humains qu’aux esprits (parmi ceux-ci les ancêtres baloma, les esprits totémiques, les divinités chrétiennes). Ils sont dès lors consubstantiels et participent — ensemble — à la reproduction du monde. Les concepts de « partibility » et de « participation » sont tous deux au coeur de son analyse. Dans toutes les sphères de la vie trobriandaise, le pouvoir de la magie résiderait alors non seulement dans la valeur et le pouvoir symboliques des paroles et des incantations sacrées des humains comme l’avait proposé Malinowski, et comme d’autres l’ont fait après lui, mais aussi dans l’agencéité et la participation active des esprits ainsi interpellés. Cet ouvrage permet de …

Parties annexes