Comptes rendusBook ReviewsReseñas

Hustak Carla et Natasha Myers, 2020, Le ravissement de Darwin : le langage des plantes, préface de Maylis de Kerangal et Vinciane Despret, traduit de l’anglais par Philippe Pignarre. Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 114 p., illustr., bibliogr.

  • Cristian Cabrera van Cauwlaert

…plus d’informations

  • Cristian Cabrera van Cauwlaert
    École d’études sociologiques et anthropologiques, Université d’Ottawa, Ottawa (Ontario), Canada

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès

Après une introduction situant le travail de Darwin au XIXe siècle parmi celui d’une poignée de naturalistes, l’ouvrage de Hustak et Myers est organisé en sept sections tournant essentiellement autour de quatre axes thématiques : les plantes comme objet d’étude ; l’intérêt de Darwin pour les orchidées et sa pratique expérimentale ; la relation entre la lecture involutionniste de l’oeuvre darwinienne et la pensée féministe ; les différences entre les interprétations néodarwiniste et involutionniste de l’écologie chimique. Les plantes seraient ainsi des êtres actifs dont le corps extensif et enchevêtré permettrait de mettre en exergue la valeur du contact. Les orchidées se présenteraient ensuite aux yeux de Darwin comme des êtres perturbant les normes et frontières établies entre espèces, un agent interspécifique qui témoigne de l’existence d’organismes rassemblés dans des écologies complexes. Afin de saisir la complexité du rapport entre les orchidées et les insectes qui les pollinisent (les guêpes), Darwin développe une méthode affectivement engagée qui va à l’encontre des méthodes traditionnelles fondées sur l’idée du chercheur neutre. En ce qui concerne le troisième axe thématique, Hustak et Myers assurent qu’une lecture involutionniste de la théorie de Darwin ouvrirait une nouvelle route pour la pensée féministe dans laquelle l’événement imprévu serait central. L’évolution apparaîtrait désormais comme une affaire d’alliance et non pas de filiation ou de descendance, les auteures évoquant ici la distinction classique entre rhizome et arborescence présentée par Deleuze et Guattari (1980). Finalement, l’interprétation néoévolutionniste de l’écologie chimique, en vertu de laquelle la communication entre les orchidées et les guêpes ne serait que linéale (signal et réponse), est contestée par les auteures qui soutiennent que cette communication serait aussi circulaire, en ce sens qu’elle s’inscrit dans un vaste réseau d’affinités. En présentant le mouvement comme logique accompagnant les propositions de l’écologie affective, l’oeuvre offre une épistémologie alternative à celle régie par des variables fixes. Sa contribution résonne dès lors au sein de diverses disciplines en appelant, par exemple, à une conception de l’histoire basée moins sur les événements que sur des récits combinant pensées et affinités, à une géographie centrée sur la question de l’extraterritorialité et à une politique reflétant la multiplication de stratégies d’existence qui tient compte de la diversité des acteurs, des discours et des mondes impliqués dans la trame de la vie. Le ravissement de Darwin présente également une nouvelle manière de faire de la recherche qui incite le chercheur, à l’instar de Darwin, à penser avec le corps. Comme l’avancent Maylis de Kerangal et Vinciane Despret dans la remarquable préface du livre, cette pratique de la discipline axée sur le corps est inscrite dans les trajectoires professionnelles des auteures. Myers, anthropologue, est aussi danseuse et « pense avec la danse » (p. 12) ; Hustak déploie aussi un « ailleurs » distinct par le corps, en rendant notamment sensible la marge, le queer : « elle déplace l’histoire de la sexualité hors de son domaine d’assignation et montre comment les relations entre humains et non humains élaborent une nouvelle géographie, reconfigurent les lieux, les frontières et les circulations » (p. 13). Les auteures de la préface signalent de plus que Le ravissement de Darwin serait écrit dans une voix moyenne qui permet de transgresser la dichotomie voix active/voix passive (p. 15). Or, l’oeuvre est davantage centrée sur l’exposition d’idées théoriques, ce qui contraint souvent Hustak et Myers à l’exercice du style littéraire établi par l’Académie. La voix moyenne apparaîtrait plutôt de façon implicite lorsque, éclipsées par la relation entre Darwin, les orchidées et les insectes, ces idées théoriques mutent en affects. En appelant à la mise en valeur d’une écologie affective, le …

Parties annexes