Hors-dossier

Donald E. Abelson, Do Think Tanks Matter ? : Assessing the Impact of Public Policy Institutes, 3e éd., Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2018, 560 p.

  • Julien Landry

…plus d’informations

  • Julien Landry
    Chercheur postdoctoral à l’Université de l’Alberta, Campus Saint-Jean

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Couverture de La république apprivoisée : racisme et institutions dans l’histoire politique des États-Unis, Volume 27, numéro 3, été 2019, p. 7-211, Bulletin d'histoire politique
La troisième édition du livre Do Think Tanks Matter ? Assessing the Impact of Public Policy Institutes de Donald E. Abelson explore les activités des think tanks au Canada et aux États-Unis. Cette nouvelle édition demeure une source d’information prodigieuse qui prolonge et articule plus pleinement la thèse de l’auteur tout en offrant de nouvelles études de cas et une mise à jour des données quantitatives. Comme l’indique son titre, l’objectif de Do Think Tanks Matter ? est d’explorer la question à savoir si les think tanks ont un impact sur l’action publique. La ligne directrice du livre – qui traverse chaque édition – est que cette question est plus complexe et plus difficile à répondre que son apparente simplicité le laisse entendre. Plus précisément, Abelson conclut que les think tanks peuvent avoir une influence, mais que celle-ci varie d’un organisme à l’autre, peut prendre plusieurs formes et ne s’applique pas de manière égale à toutes les étapes de l’action publique. Les engagements des think tanks peuvent d’ailleurs être intermittents et consacrés à des objectifs qui ne passent pas directement par les décideurs politiques. L’auteur note aussi des différences dans le fonctionnement et le rôle de ces organisations dans les deux pays étudiés. Les chapitres couvrent un éventail de thèmes : (a) les types de think tanks et les époques de leur émergence ; (b) les approches théoriques par lesquelles ils sont étudiés ; (c) les facteurs contextuels et institutionnels qui modulent leur capacité d’influencer les politiques ; (d) les stratégies et les modes d’intervention de ces organisations ; et (e) les rendements de plusieurs d’entre eux en matière de visibilité médiatique et d’intervention auprès du Congrès, du Parlement et de la fonction publique. Cette édition comporte également de nouvelles études de cas, dont un examen des rapports entre les think tanks et Donald Trump ainsi qu’une analyse (un peu préliminaire) de la participation des think tanks canadiens et américains dans les débats récents entourant le projet de pipeline Keystone XL. Enfin, les annexes offrent une mine d’information impressionnante, dont les profils de plusieurs think tanks et un nombre important de tableaux et graphiques détaillant les rendements mentionnés plus haut. L’auteur rappelle les multiples points d’accès politiques et gouvernementaux que peuvent exploiter les think tanks américains grâce au caractère décentralisé du gouvernement des États-Unis et l’absence relative de discipline de parti. Il montre aussi comment les membres du personnel de recherche des think tanks américains interviennent dans les campagnes présidentielles et viennent à occuper divers postes au sein des équipes de transition et de la haute fonction publique. Il établit ensuite un contraste avec le Canada où divers facteurs institutionnels limitent le recours aux think tanks – par exemple la courte durée des périodes électorales, les contrôles exercés par les partis politiques, et les fonctions d’analyse et de coordination monopolisées par la fonction publique. Cependant, Abelson interpelle aussi d’autres facteurs affectant la capacité des think tanks à avoir une influence, dont leurs missions, les aptitudes de leurs directeurs, leurs ressources et leurs stratégies. Il remarque d’ailleurs, fort utilement, qu’à l’exception de quelques géants américains, la plupart de ces organisations sont très similaires au Canada et aux États-Unis dans la mesure qu’ils composent avec des accès et des ressources limités. Le livre dans son ensemble est d’une utilité indéniable et va sans doute demeurer une référence incontournable pour des années à venir. Il apporte aussi un nombre d’observations importantes qui font état de l’honnêteté intellectuelle de l’auteur et de sa ...