PrésentationLe droit des activités économiques à l’ère numérique

  • Karounga Diawara

…plus d’informations

  • Karounga Diawara
    Professeur, Faculté de droit, Université Laval

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Décrite comme « le deuxième âge de la machine », l’ère numérique bouleverse notre façon de vivre, de travailler, de consommer. Si la première phase de l’automatisation fut marquée par la mécanisation des tâches manuelles simples, la deuxième période verrait l’automatisation de plusieurs fonctions fondées sur le savoir et leur exécution à grande échelle. En effet, ce qui distingue cette période d’avancées technologiques, ce n’est point le rôle majeur joué par le savoir et l’information, mais plutôt « l’application de ceux-ci aux procédés de création des connaissances et de traitement/diffusion de l’information en une boucle de rétroaction cumulative entre l’innovation et ses utilisateurs pratiques ». La période contemporaine est ainsi caractérisée par le développement d’une société de l’information. Concept apparu au Japon dans les années 60’, la société de l’information évoque de manière sociologique l’idée d’une « société post-industrielle » dans laquelle les progrès technologiques facilitent la communication et la transmission de données de toute nature entre les hommes à l’échelle mondiale. La circulation rapide et massive des données est facilitée par l’exploitation d’infrastructures de transport existantes et le développement d’une nouvelle génération de moyens de communication transfrontaliers. Ces réseaux de communication, qui constituent le socle de l’Internet, sont désormais fréquentés par un nouveau type d’objet : l’information numérique. La numérisation est une technique permettant de réduire l’information à une suite de chiffres élémentaires. Cette technique consacre la dématérialisation du support de l’information. La numérisation engendre les phénomènes de la convergence des techniques et des médias et de l’interactivité offerte à l’utilisateur de l’information. À l’instar d’autres sphères de la société, l’ère numérique est ainsi en train de transformer la manière de concevoir, produire et distribuer les biens et services. La révolution numérique appelle de ce fait une adaptation de la régulation juridique des activités économiques digitales des entreprises. Le droit des activités économiques ou droit des affaires revêt dans ce contexte une acception large regroupant l’ensemble des règles juridiques applicables aux entreprises et à leurs relations de droit privé. Ainsi conçu de manière pragmatique, le droit économique et des affaires a comme champ de mire les activités économiques de production, d’intermédiation, de distribution et de services des entrepreneurs et des entreprises. Le présent numéro des Cahiers de droit contient des contributions savantes qui consacrent la rencontre entre le droit économique et la période numérique dans laquelle nous nous imprégnons dans nos vies quotidiennes. Elles mettent en lumière les questions et problématiques que pose l’économie numérique aux différents secteurs et champs du droit économique et des affaires. Il en est ainsi des usages et finalités des registres d’entreprises à l’ère numérique. Nous savons que le but essentiel de la publicité légale des entreprises consiste à stimuler la confiance entre les différents acteurs économiques afin de promouvoir des transactions commerciales sécuritaires. Dans son texte, la professeure Pascale Cornut St-Pierre, dans une approche historique, examine les finalités de la publicité légale des entreprises dans le contexte de l’économie numérique. Elle constate que si la numérisation de la publicité légale des entreprises a été initialement menée dans un esprit de libéralisation économique, elle a simultanément élargi le cercle des usagers potentiels de l’information publiée et doté la société civile d’un nouvel instrument de surveillance des entreprises à travers l’instauration de registres d’entreprise numériques. La confiance est aussi au coeur des obligations contractuelles nouées à l’ère de l’économie numérique, comme en atteste l’avènement du contrat intelligent. Dans sa ...

Parties annexes