Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Comptes rendus bibliographiques

GAMBLIN, André, dir. (2003) Images économiques du monde 2004. Paris Armand Colin (Coll. « Dossier »), 367 p. (ISBN 2-200-26606-5)

  • Joël Rouffignat

…plus d’informations

  • Joël Rouffignat
    Université Laval

Corps de l’article

La collection est ancienne (48e année) mais elle a effectué une révision complète de sa mise en forme et de son contenu voici quelques années. Les progrès de l’édition étant ce qu’ils sont, l’édition 2004 est on ne peut plus d’actualité puisque les derniers textes ont été rédigés en juillet 2003. Il s’agit avant tout d’un ouvrage de mise en chiffres du monde. Il en existe de nombreux : L’État du Monde, Atlaséco, Conjoncture, Le Monde, pour ne citer que quelques titres français, et il y en a aussi de plus en plus sur Internet, comme le CIA Worldfactbook, la Banque Mondiale, l’ONU et autres OCDE. Il n’y a donc rien d’original à présenter ces bilans statistiques annuels.

Ce qui fait l’intérêt de la nouvelle formule des Images économiques du Monde c’est sa valeur pédagogique pour l’enseignant de géographie de tous niveaux d’étude depuis le secondaire jusqu’au premier cycle universitaire. Le monde bouge vite et l’enseignant doit avoir à sa disposition une documentation claire et d’actualité, ce qui est le cas ici. Il trouvera dans cet ouvrage les informations de base lui permettant de lier et de mettre en forme le flot continu d’informations auquel sont soumis les étudiants.

L’ouvrage est divisé en six parties : 1- des données générales sur le monde (population, IDH, PNB), 2- des analyses sur les grands ensembles régionaux (ALENA, UE, Asie du Sud, etc.), 3- des dossiers sur la France et ses régions, 4- des synthèses sur les différents pays, 5- des dossiers sur les produits (pétrole, acier, aéronautique, armement, électronique, etc.) et 6-des dossiers sur les flux et services (bourses, transports, entreprises, télécommunications, etc.). Cette année, le tout est précédé d’un court dossier sur l’Europe à 25 : les paradoxes de l’élargissement. Le corps de l’ouvrage est occupé par la description de chaque pays (188 pages sur 367), les autres parties n’occupant que quelques pages ou dizaines de pages chacune.

Chaque thème ou pays est traité en une ou deux pages par quelques points clairement établis. Chacun point consiste en une analyse courte d’une vingtaine de lignes. Ces commentaires sont rédigés par des spécialistes de leurs domaines et de leurs régions. Pas moins de 31 géographes ont ainsi été mis à contribution pour cette édition.

Ce qui fait l’originalité de ces Images économiques du Monde 2004 par rapport aux ouvrages similaires, ce sont les dossiers sur les produits et les flux qui nous offrent un regard plus concis que ce qui est mis à la disposition des spécialistes dans les ouvrages de Philippe Chalmin (CYCLOPE) ou de Thierry de Montbrial de l’Institut Français de Relations Internationales (RAMSES).

Le document est très à jour, les derniers textes ayant été écrits au début de l’été 2003. Les données sont abondantes, variées et traitées de façon originale, notamment dans les parties 5 et 6 traitant des produits et des flux et des services. Elles présentent généralement une évolution sur une dizaine d’années (1990-2001-2002). Les quelques documents cartographiques sont élémentaires.

Il manquerait à cet ouvrage trois types de renseignements : des sources de données mieux identifiées que ce qui est présenté à la page 11 pour les enseignants qui veulent poursuivre ou faire poursuivre l’analyse par leurs étudiants; au moins deux ou trois ouvrages récents de référence par pays ou par thème pour permettre aux lecteurs de poursuivre leur recherche; enfin, un dossier cartographique minimal pour chaque pays ou grande région : pôles, axes de communications et régions principales permettraient de mieux situer les commentaires des différents auteurs.

Il reste aux responsables de cette collection à nous offrir le plus rapidement possible une édition électronique avec mise à jour régulière (trimestrielle ou semestrielle), mais sans verser dans l’information journalistique. Plus que les données statistiques, c’est ce bref regard porté par chaque spécialiste qui fait l’intérêt de ce livre.

Ce document de base grandement remanié saura trouver sa place parmi les ouvrages de référence de l’enseignant de géographie.