Comptes rendus bibliographiques

BRÈS, Antoine, BEAUCIRE, Francis et MARIOLLE, Béatrice (2017) Territoire frugal. La France des campagnes à l’heure des métropoles. Genève, Métis Presses, 251 p. (ISBN 978-2-94056-317-3)

  • Rofia Abada

…plus d’informations

  • Rofia Abada
    Faculté d’Architecture et d’Urbanisme, Université Salah Boubnider Constantine 3, Ali Mendjeli (Algérie)

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Mémoires collectives et production des territoires urbains, Volume 63, numéro 178, avril 2019, p. 3-127, Cahiers de géographie du Québec

Il faut noter que deux photographes se sont aussi investis dans cet ouvrage intéressant, par leurs illustrations significatives et ciblées qui ont donné une autre dimension à ce livre inédit : une lecture à travers des photos qui parlent d’elles-mêmes. Des portraits de campagne ont été présentés sous un intitulé que nous avons trouvé intelligent et réfléchi : 30 km/h. Quatorze kilomètres situés entre des villes de plus de 20 000 habitants ont été choisis, étudiés, modelés, décortiqués, démêlés, par une observation minutieuse et un investissement total afin de comprendre les figures dispersées et étalées de l’urbain. Cela a permis une relecture plus claire du territoire, basée sur le constat limpide que toute implication de l’ensemble de ses composantes doit tendre impérativement vers une politique d’aménagement durable réussie. L’ouvrage collectif s’articule autour de quatre parties distinctes, Dehors, Interfaces, Sol et L’urbain généralisé, chacune étant divisée en deux ou trois chapitres et conclue par un retour sur le concept du 30 km/h. Une analyse profonde a été effectuée, dans cet ouvrage pluridisciplinaire, à l’échelle des établissements humains ainsi qu’a celle des dispositifs d’imbrication des espaces bâtis ouverts. Une réflexion profonde a vu le jour concernant la mise en évidence et en pratique d’études qualitatives des territoires, en visant cette fois-ci les aspects morphologique et ethnographique. À la « lecture » des photos qui illustrent ce livre, se dégage une émotion particulière, une sorte de no comment. Des photos qui parlent et qui s’expriment d’elles-mêmes, rien de plus. Les chapitres sont nourris de matériaux de recherche palpables et actualisés (cartes, statistiques, exportations spatiales, etc.) qui se combinent avec ce que dévoilent les supports photographiques. On compte 16 photos dans la partie Dehors, 11 dans Interfaces, 10 autres dans Sol et 15 dans la partie L’urbain généralisé. Ce qui nous a marqué dans le deuxième chapitre de la première partie est le fait que le processus d’urbanisation (p. 54) est schématisé telle une mutation cellulaire, une métamorphose qui a mis en évidence ce processus ne cessant de se coudre et se recoudre. Entre extension et jonction, entre inclusion et combinaison, les schémas et les modes d’organisation du bâti mutent pour laisser place à de nouveaux bâtis diffus ou groupés et parfois même mixtes. Un schéma a aussi attiré notre attention (p. 34). Il représente une lecture codée intelligemment, qui a sa propre légende, où les routes, les voies ferrées, les agrégats, les systèmes commerciaux et agricoles, ainsi que les systèmes industriels et croisés, sont mis en évidence pour montrer le maillage et l’articulation du tissu urbain de chaque ville et campagne française analysée. Les villes sont étudiées aussi bien par rapport à leur morphologie qu’à la distribution de leurs populations et aux pratiques de mobilité qui y ont cours. Sont aussi montrées les formes d’interprétation entre les espaces bâtis et les paysages dit vivants. Le livre se conclut, en dernière partie, par des photos qui illustrent ce que les auteurs appellent l’« urbain généralisé ». Il faut noter que la couverture du territoire par des documents d’urbanisme réglementaire est nécessaire, voire obligatoire. Cet ouvrage à la fois pertinent et percutant s’adresse à tous les spécialistes qui s’intéressent à la ville, en particulier, et au territoire, en général. Nous sommes passés de la ville diffuse, étalée, fragmentée, à la ville dite frugale ou plutôt au territoire frugal. Promouvoir la frugalité ne suppose pas automatiquement d’aller vers des aménagements à faible technicité (low-tech) ou de les confronter à la vision nouvelle d’une ville connectée et durable. Actuellement, les concepts de frugalité et de sobriété effraient, …