Première partie. La part de l’action publique dans le travail qui rend pauvre

Des travailleurs et des travailleuses pauvres à « mettre en mouvement » : l’activation et la notion d’aptitude au travail au sein des services publics d’emploiGetting the working poor “on the move”: workfare and the notion of “ability to work” in public employment serviceLos trabajadores y trabajadoras pobres «en movimiento»: la puesta en actividad y la noción de aptitud del trabajo en el seno de los servicios públicos de empleo

  • Catherine Charron

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seul le résumé sera affiché.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Le travail qui rend pauvre au Nord et au Sud, Numéro 66-67, hiver–automne 2019, p. 7-301, Cahiers de recherche sociologique

Parties annexes