Première partie. La part de l’action publique dans le travail qui rend pauvre

Comment s’arriment le travail précaire d’infirmières auxiliaires et la mobilisation politique pour la survie de l’action publique en santé mentale au Brésil ?Nursing assistants labour precarity and political mobilization for the survival of public action in mental health in Brazil, can they fit together?¿Cómo se relaciona el trabajo precario de las enfermeras auxiliares y la movilización política por la supervivencia de la acción pública en cuestiones de salud mental en Brasil?

  • Isabelle Ruelland

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seul le résumé sera affiché.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Le travail qui rend pauvre au Nord et au Sud, Numéro 66-67, hiver–automne 2019, p. 7-301, Cahiers de recherche sociologique

Parties annexes