Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Book Reviews

L’univers des champignons, Jean Després (dir.), Les Presses de l’Université de Montréal, 2012, 376 pages

  • José Désorcy

Corps de l’article

Là où il y a de la vie, il y a des champignons, sous une forme ou sous une autre. Ce livre nous donne l'occasion de prendre la mesure de cet univers vaste et complexe.

L'univers des champignons est un livre "savant," tel que l'a voulu Jean Després, qui en a assuré la direction. Il faut souligner l'excellent travail de rédaction car, bien que d'auteurs différents -- médecins, professeurs, chercheurs ou autodidactes passionnés -- les textes sont d'un style homogène et limpide. Le travail d'édition est tout aussi remarquable, tant sous la forme papier que sous la forme numérique. Cette dernière est d’ailleurs une véritable édition numérique, avec des liens aux illustrations, tableaux et renvois. L'édition sur papier glacé est soignée, mais le format et la couverture rigide en font un livre à lire assis à une table, alors que l'édition numérique nous permet de lire un peu partout. De plus, les photos, déjà fort belles dans l'édition papier, sont encore plus spectaculaires sur une tablette.

Divisé en quatre parties, le livre aborde tous les aspects du sujet: la vie des champignons, la science des champignons, l'alimentation et la santé, l'économie, la culture et la société. Les chapitres de la première partie peuvent rebuter les néophytes comme moi. Il faut apprivoiser tout un vocabulaire, mais heureusement, les illustrations viennent à notre rescousse. De plus, un glossaire complet se retrouve à la fin du livre, et l'on souhaiterait presque que ce dernier soit détachable afin de l'avoir constamment sous les yeux. Bien que difficile, cette lecture nous apprend des notions indispensables pour qui veut aborder sérieusement le sujet. On nous y explique entre autres que le champignon n'est pas une plante puisqu'il est incapable de photosynthèse, que la partie sous-terraine des champignons, le mycélium (un de mes nouveaux mots), peut couvrir des superficies de plusieurs km2, ou que la reproduction peut, chez certaines espèces, être sexuée ou non selon les conditions environnementales.

Les chapitres de la seconde partie sont plus généralement plus accessibles, mis à part peut-être celui sur la classification. L'historienne en moi aurait aimé en apprendre davantage, mais tous les éléments d'un survol historique de la mycologie sont présents: les principaux acteurs et le contexte dans lequel ils ont effectué leurs travaux, l'évolution de la science et même l'apport d’Internet.

Les parties trois et quatre rallieront tous les lecteurs, quelles que soient leurs connaissances scientifiques. Tout au long de ces chapitres, on peut être charmé par la poésie de certains noms donnés aux différentes espèces, noms qui ne reflètent pas toujours leur nature véritable - toxique ou comestible, par exemple -- et qui évoquent toute une mythologie du champignon. Mes préférés: l'Oreille de Judas, aussi appelé le Marasme des Oréades, ou encore Faux mousseron, ou bien Cariolette, et qui croît en rond de sorcière . Pour ce qui est des amanites appelées Calice de la mort ou Ange de la mort, leur nom laisse peu de place à l'hésitation quant à leur comestibilité. Dans la partie alimentation, si le chapitre sur les intoxications peut susciter certaines craintes, ceux sur les vertus médicinales, la cuisine et les champignons sauvages sont plus rassurants. D'ailleurs, je me promets bien d'essayer sous peu l'intégration de champignons séchés réduits en poudre à l'un de mes plats.

La partie quatre aborde la culture et l'économie du champignon comestible, domaine en pleine expansion qui vaut des milliards de dollars. J'ai littéralement dévoré les deux derniers chapitres, celui sur l'ethnomycologie-–science relativement nouvelle puisqu'elle remonte aux années 1950–qui étudie les relations entre les hommes et les champignons ainsi que leurs usages dans différentes sociétés. Dans le dernier chapitre, consacré aux champignons dans la littérature, les amateurs de bandes dessinées seront ravis que l'on fasse une place aux classiques que sont les Spirou et Fantasio, ou encore à Tintin et son étoile mystérieuse. Dans notre imaginaire collectif, le champignon reste un objet de fascination à la fois attirant et effrayant. Ces aspects (ethnologie et imaginaire) pourraient à eux seuls faire l'objet d'un livre.

Un bref survol des autres publications sur le même sujet permet de constater que plusieurs centaines de titres se retrouvent à Bibliothèque Nationale et Archives du Québec. Avis aux intéressés en quête d’un ouvrage plus accessible et axé sur la pratique : Jean Després est l’auteur de plusieurs guides de récolte des champignons, notamment Champignons comestibles du Québec : les connaître, les déguster. Ceci étant dit, peu d'ouvrages ratissent aussi large que L'univers des champignons, et c'est là l'un des grands mérites de ce livre.

Parties annexes

Parties annexes