Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Editor's Introduction

  • Nathalie Cooke

…plus d’informations

  • Translation
    Renée Desjardins

  •  
    Marianne Noël

Corps de l’article

What is "good" food, and how might it contribute to what we might think of as a "good" life? In this year's two issues of CuiZine we showcase answers from a wide variety of individuals in very different walks of life. In the first issue of 2015, we heard answers from our friends and neighbours--including home cooks in New Zealand, and artisinal food producers and salespeople of Vermont. With this second issue in 2015, contributors look to answers voiced by Canadians, who define good food by what they choose to grow, prepare, serve and savour.

Three studies offer new insights into some of the country's founding food traditions and personalities. Anne-Marie Wheeler turns her attention to Martin Picard, who she argues has reinvigorated Quebec cuisine through a tasty mixture of excellent food and conviviality, and also uses food as a way of interpreting joual for English audiences. Just as diners book months in advance to join the culinary fun at his sugar shack come Spring, so too readers enjoy the way his book as well as his dining venues translate the foodways of Repentigny and Montréal for the wider public who has proved to be hungry for the experience. Kate Zankowicz offers an in-depth look at what was on the menu when "Mrs. A," the beloved radio personality of mid-twentieth century, and first Director of 'Women's Activities' of the Women's Division at the C.N.E served up information about what Canadians were eating. Alison Norman sheds light on culinary traditions among the Haudenosaunee (Iroquois) in southern Ontario, and how they came to incorporate new foods while still retaining the core community values that food and food sharing embody.

Since its beginnings in 2009, this journal has engaged with the diversity of food cultures. It began with a focus on the multiple food cultures within Canada but soon moved to understand its appetite for comparisons between Canada's multiple food cultures as a model for broader exploration of comparative food cultures. We are consequently delighted to offer two complementary issues this year, which bring together contributions addressing this pressing question from the perspective of those within Canada and beyond. In this fall issue of 2015, we look to Canada's iconic foodways and to Canadian food icons, including Kate Aitken, Martin Picard, and culinary foremother Catharine Parr Traill, whose Female Emigrant's Guide of 1854 inspired Rita Taylor's vivid photography.

Much has changed since this journal was first launched in 2009. At least two other journals have been launched to explore the bounty of Canadian foodways and meet the growing appetite for food communication. One is an open-access scholarly journal, supported by The Canadian Association of Food Studies. Canadian Food Studies released its first issue in 2014. The other magazine, also launched in 2014, is a lavishly illustrated print journal entitled Caribou, which gives its readers a taste of Quebec's rich culinary traditions as well as the innovative foods and ideas of chefs in Quebec's major centres and regions. Watch for a review of this new journal in the 2016 spring issue of CuiZine.

As of 2014 too, we at CuiZine are proud to share that we enjoy an annual readership of approximately 12,000 in over 114 countries. This is thanks to the quality of material we publish, and also thanks to the work of our very able Lead for External Communications, Renée Desjardins. At CuiZine we are committed to providing open access material, so that we can reach the broadest public. Offering a mix of scholarly articles alongside interviews, as well as features including audio, visual and creative material, CuiZine continues to offer a wide range of voices and approaches to Canada's diverse food cultures.

We also firmly believe that it is important for a Canadian journal to make a strong commitment to bilingualism. CuiZine accepts material in both Canada's official languages, and provides article abstracts and biographies in both languages. Again, Renée Desjardins, together with her colleague Marianne Noël, have made it possible for the journal to honour this commitment thanks to their superb translation work.

As of January 2016, I am delighted to announce that Renée Desjardins—who co-edited issue 3.1 of CuiZine, in addition to serving as Lead of Translation and External Communications in recent years —will take on the role of editor-in-chief of the journal. Renée is an extraordinarily talented scholar, with a keen eye for creative detail and original research insights, and will bring a broad knowledge of and appreciation for Canadian foodways to the journal. She is an assistant professor at the University of Saint-Boniface in Winnipeg, Manitoba at the School of Translation. She has a Ph.D. in Translation Studies with specialization in Canadian Studies from the University of Ottawa, where she also formerly taught as a part-time professor. Renée’s research has focused primarily on how translation can disseminate knowledge and shape identities with recent attention given to culinary identities, more specifically. Renée believes that translation can provide a novel lens with which to examine Canadian foodways. An avid home cook (though she prefers the term ‘kitchen renegade’) and supporter of local Canadian restaurants and food initiatives, Renée wishes to see CuiZine continue to showcase Canadian food cultures through robust research and compelling creative works in ways that not only appeal to an academic audience, but to the masses as well.

Stay tuned to see what new sweet and savoury content she will be bringing to CuiZine’s table.

La « bonne bouffe » est-elle garante de la « belle vie »? La première peut-elle contribuer à la seconde, et dans l’affirmatif, de quelle façon? Les réponses sont d’autant variées que leurs auteurs, dont les propos constituent le contenu des deux numéros de CuiZine de cette année. Dans le premier numéro, paru en juillet 2015, nous avons sollicité des témoignages de nos voisins internationaux: entre autres, ceux de cuisinières néo-zélandaises et ceux de producteurs et d’artisans américains. Dans ce deuxième numéro, nous nous intéresserons aux critères uniquement canadiens qui définissent ou illustrent la notion de « bonne bouffe » : le choix, la qualité, et la production d’aliments ainsi que les manières de préparer, servir et savourer les repas.

Trois articles de fond offrent un panorama fort intéressant du paysage alimentaire et culinaire canadien, avec un intérêt marqué pour les traditions et les personnalités qui s’y rattachent. Dans un premier temps, Anne-Marie Wheeler propose un article axé sur Martin Picard, un chef québécois ayant joué un rôle important dans la renaissance contemporaine de la cuisine québécoise. Selon cette auteure, Picard se sert de la cuisine comme manière de traduire le joual pour les anglophones. Que ce soit à sa cabane à sucre, ou par l’exécution d’une recette parue dans ses livres ou dans le cadre d’une visite au restaurant Au pied de cochon, grâce à Picard, les convives peuvent littéralement « goûter » le Québec, et même Repentigny, sa ville natale. Un deuxième article, rédigé par Kate Zankowicz, propose un profil en profondeur de « Mrs. A », une vedette radio qui prodiguait des conseils culinaires et diffusait des renseignements nutritionnels à propos de la diète canadienne dans le cadre du programme de l’Exposition nationale canadienne (ENC). Finalement, l’article d’Alison Norman décrit les traditions culinaires de la culture haudenosaunee dans le sud de l’Ontario. Elle examine comment cette culture a réussi à conjuguer de nouveaux ingrédients à des pratiques et à des valeurs traditionnelles.

Depuis la parution de son premier numéro en 2009, CuiZine a toujours misé sur la diversité des cultures culinaires. D’emblée, ce fut surtout les traditions canadiennes qui étaient au menu, mais, au fil des ans, CuiZine a élargi le champ afin d’accueillir des réflexions comparatives portant sur d’autres horizons culinaires, et ce, tout en étant fidèle aux thématiques d’origine. Nous sommes fiers de publier deux numéros complémentaires cette année qui montrent bien l’apport des cultures culinaires comme cadre théorique pour l’analyse de cultures au sens plus large, au Canada comme ailleurs. Le numéro présent, tout particulièrement, met en relief la richesse culinaire canadienne. Que ce soit par la diversité de nos cultures culinaires, la popularité croissante de nos chefs ou la contribution importante de personnalités comme Kate Aitken et Catharine Parr Traill, cette dernière étant en partie source d’inspiration pour les clichés de Rita Taylor, nous avons matière à être fiers.

Évidemment, depuis la parution du premier numéro de CuiZine, l’appétit pour la cuisine et l’alimentation n’a fait que croître, ayant pour effet une multiplication des publications sur ces sujets. En 2014, deux nouvelles publications de qualité ont été lancées : la première un périodique savant en partenariat avec l’Association canadienne des études sur l’alimentation, Canadian Food Studies, et la seconde, Caribou, une revue alléchante qui se penche surtout sur le fait culinaire québécois. D’ailleurs, cette revue fera l’objet d’une synthèse critique chez CuiZine en 2016.

Nous souhaitons aussi souligner la popularité grandissante de CuiZine : désormais, notre lectorat annuel se situe à environ 12 000 lecteurs en provenance de plus de 114 pays. Nous croyons que cette popularité s’explique par la qualité et la richesse de nos contenus, en plus des efforts déployés par Renée Desjardins, chargée des communications externes. Nous sommes dédiés à la diffusion en accès libre afin de joindre le plus grand nombre de lecteurs. De plus, nous croyons que l’hétérogénéité de nos articles, de nos entrevues, et de nos contenus artistiques et créatifs répond aux intérêts et aux goûts des cultures culinaires canadiennes des plus diverses.

De surcroît, nous sommes sensibles à l’importance et à la nécessité de la diffusion savante bilingue. Nous tenons à rappeler que les auteurs peuvent soumettre dans l’une ou l’autre des langues officielles, et que toutes les biographies et les résumés d’articles sont publiés dans les deux langues. Nous remercions Marianne Noël et Renée Desjardins, qui ont à nouveau assuré la traduction de ce numéro. Grâce à leur travail, CuiZine peut continuer à offrir un contenu de qualité dans les deux langues officielles et ainsi respecter le mandat bilingue de la revue.

À compter de janvier 2016, j’ai le plaisir d’annoncer que Renée Desjardins, co-éditrice du numéro 3.1 de CuiZine, chargée aux communications externes, et traductrice, assumera désormais le rôle de rédactrice en chef chez CuiZine. Renée est une chercheuse douée, avec un esprit critique et créatif des plus fins. Elle possède un vaste savoir et un enthousiasme marqué pour les cultures culinaires canadiennes et pourra les mettre à bon escient dans le cadre de son nouveau rôle. Depuis 2014, Renée est professeure adjointe à l’École de traduction à l’Université de Saint-Boniface, à Winnipeg, au Manitoba. Elle détient un doctorat en Traductologie avec spécialisation en études canadiennes de l’Université d’Ottawa, là où elle a enseigné en tant que professeure à temps partiel. Sa recherche porte principalement sur la traduction comme moyen de diffusion des connaissances et comment celle-ci contribue à la formation d’identités et de cultures. Récemment, elle s’intéresse plus particulièrement au rôle de la traduction dans la formation de cultures culinaires. Selon cette chercheuse, la traduction serait une façon novatrice d’étudier les échanges culturels et culinaires. Une adepte de la cuisine (elle a le coeur à l’improvisation culinaire), une fan de restaurants canadiens locaux, et une partisane d’initiatives alimentaires, Renée souhaite maintenir la rigueur de la revue tout en élargissant les possibilités créatives, sans pour autant délaisser le mandat initial. Du coup, elle souhaite que CuiZine soit une revue tout aussi appétissante pour un lectorat universitaire que pour le grand public.

Restez à l’affût afin de voir ce qu’elle proposera au menu chez CuiZine dans les mois à suivre…