Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Editor’s IntroductionIntroduction de l’équipe éditoriale

Corps de l’article

From the outset, this particular issue of the journal did not have an explicit overarching theme. However, as the articles, reviews and creative content came together, three words came to mind: ‘old’, ‘new’, and ‘change’. In this issue, the belief is that all three words—old, new and change—have a positive connotation and function as a pertinent framework for thinking about the issue’s contents. Without understanding history, ostensibly the ‘old’, we cannot work towards change to bring about the new. This issue addresses old and new by offering readers a full serving of historical tidbits, insightful as well as innovative analyses, and helpful reviews.

Before overviewing the issues’ contents, I would like to briefly address my appointment as the new editor-in-chief of CuiZine. Had this journal not had the solid precedent it did, my job as the new editor-in-chief would have been significantly more challenging. I am grateful for my predecessor, Nathalie Cooke, who not only has been an extraordinary mentor, but who has given a place and a voice to Canadian Food Studies in an unprecedented—new—way. She was an early proponent of open-access content, online distribution and of social media to get Canadian food-related research out to the masses. She shaped the journal in a way that was inviting to a wide variety of disciplines and encouraged the inclusion of multimedia content. So while it could be said that this editorial change now marks a transition from old to new, I would like to think that all of Nathalie’s work remains as the core foundation of what’s to come. CuiZine will continue to be open-access, bilingual, Canadian, multidisciplinary, multimedia, and, most importantly, a rigourous source of food-related research. However, as with any change, there are sure to be differences, and the editorial team hopes the departures we do take will be welcomed. Stay tuned for changes to our website, more interaction on social channels, and new collaborative projects with food experts from academia and beyond. As always, we also welcome suggestions from our readers, contributors and colleagues – feel free to connect with us via Twitter or e-mail: @CuiZineCanada or cuizine@ustboniface.ca.

And now onto the meat of 7.1

The three research articles included in this issue also play into the theme of ‘old, new and change’. In her piece “Through Their Own Efforts”, Maura Hanrahan overviews important historical contributions to the field of health and nutrition studies in Northern Newfoundland and Southern Labrador during the early 20th century. Specifically, she addresses the role of the International Grenfell Association (IGA) in shaping health and nutrition interventions. Though these interventions were likely well-intentioned, the author argues that the “paternalistic” and “piecemeal” approach unfortunately created missed opportunities for a more holistic approach to public health and nutrition. This case study thus provides a historical example from which today’s food, nutrition and public health agencies can learn. Given that Canada’s Food Guide, to name only this example, has recently come under increasing scrutiny, could looking back on missed opportunities provide insight into creating better nutrition guidelines? Hanrahan’s article seems to suggest so.

In “CanLit Dinner Party”, there is also a nod to old and new. Drawing inspiration from Judy Chicago’s art installation The Dinner Party (1974-1979), Boyd and Hollinson mobilize experiential teaching strategies to reinvent Chicago’s piece using Canadian literature. Students were asked to translate food-related literary scenes in the form of place settings, complete with meals, dishes and cutlery. The result demonstrates how older art can inform newer teaching practices: visual art can indeed offer a creative way in which to reinvent literature in a more multimodal, multimedia manner. Boyd and Hollison’s work in the classroom is a compelling illustration of multidisciplinarity in action. Clear connections are made between food as object of study, art history, literary studies, Canadian studies and pedagogy. This piece will likely find resonance with educators and professors looking to find examples of successful experiential learning activities, be it for literature courses at an undergraduate level or for graduate seminars.

Boyd and Hollison’s work also prompts the question of how to teach food studies or how to use food as a multidisciplinary object in undergraduate and graduate programmes. A number of new food studies programmes are emerging across Canada, which makes the issue of curriculum development a timely topic. What texts should be included within a master’s program? What teaching methods can be mobilized to avoid academic silos? What connections can be made between academic scholarship and real-world practice? What does the future of Food Studies look like in Canada, specifically? We would welcome article submissions that provide further insight into any of these questions for future issues of the journal.

Our third research contributor, Elizabeth Saint, offers an equally topical piece, one that explores social media users’ reactions to the use of the term ‘foodie’ in Francophone and Francophile circles. This approach to terminological research is somewhat novel: in previous years, gaining access to language users’ perception and appreciation of a term was fraught with challenges. The issue of finding and soliciting language speakers’ thoughts on a term’s use, for one, made for a rather artificial representation of the term’s actual popularity. Social media has changed the game: now data on public perception and user reactions is readily available in a virtual environment that is far more candid and representative of real-time terminological penetration and use. Saint’s case study can serve as a model for other food-related terminological research and, thus, has relevance not only in Food Studies, but applicability in the translation of food discourses in Canada.

Our creative contributor for our series “Say It Like You Eat It” is a veteran food writer and journalist who has worked with esteemed publications such as Gourmet. In his piece, Robert McKeown speaks to his ‘old’ self and explains how through his travels and graduate studies he has now come to see the impact food journalism can have in terms of cultural representation. His ‘new’ self now understands the responsibility that comes with speaking in the place of a culinary ‘Other’, in representing their food to the masses, an act which is sometimes also underpinned with commercial motives. His piece is candid and shows how, with time, our voices as writers can change through experience—perhaps another nod to the value in experiential learning.

Finally, this issue offers a critical review of three recent publications: Bec Sucré, Made in Québec, and the newer Québec-based food magazine, Caribou. Our contributors review these works favourably and certainly whet the appetite for Québec’s culinary offerings.

We wish to again extend our thanks to founding editor Nathalie Cooke for her years at the helm of the journal. As well, we wish to thank to all our readers and contributors who continue to make food conversations in Canada thought-provoking and engaging.

A priori, ce numéro n’avait pas de thématique précise. Or, au fil de la lecture des soumissions acceptées, trois mots sont venus à l’esprit : le passé, le présent, et l’avenir. Nous croyons que ces trois mots, vus sous un angle positif, constituent le fil conducteur du présent numéro. Comprendre le passé nous mène vers le changement, qui engendre la nouveauté—l’innovation. Alors voilà : un numéro qui recense un contenu varié qui adresse à la fois le passé, le présent, l’avenir et qui nous mène vers de nouveaux horizons de recherche. Nous vous invitons à dévorer des articles à saveur historique, des analyses intéressantes, et des comptes rendus bien utiles.

Avant d’offrir un résumé des contenus, j’aimerais d’abord brièvement parler de ma récente nomination au poste de rédactrice en chef de la revue. CuiZine jouit d’une réputation et d’un fondement solides. Grâce à cet ancrage, à qui tout le mérite revient à ma collègue Nathalie Cooke—une mentore extraordinaire qui a su donner voix aux études alimentaires au Canada de manière novatrice—j’ai été ravie de prendre la relève de la revue. En effet, avec un regard tourné vers l’innovation, elle a assuré la diffusion en ligne et en libre accès des contenus et a mobilisé les réseaux sociaux afin de joindre un public plus étendu. La revue a été conçue de manière à intégrer l’apport de plusieurs disciplines, et offre également un volet multimédia fort intéressant. Ces caractéristiques font de CuiZine une revue particulièrement emballante. Alors même si cette transition éditoriale marque un départ, j’estime que tout le travail acharné de Nathalie demeurera au coeur de toute décision et de tout changement éditorial. CuiZine est, et sera toujours, une publication diffusée en libre accès, bilingue, canadienne, multidisciplinaire, multimédia, et, surtout, une référence rigoureuse. Cela étant, comme avec tout changement, il y aura des différences, mais l’équipe éditoriale espère que ces nouveautés sauront plaire à notre lectorat. Restez à l’affût afin de voir ce que nous vous proposerons : ajouts au site web, diffusions nombreuses via les médias sociaux, et projets collaboratifs avec des experts en provenance de sphères diverses en lien avec l’alimentation. Nous sommes également à l’écoute des suggestions faites par nos lecteurs et nos collègues, alors n’hésitez pas à nous joindre. Vous pouvez communiquer avec notre équipe sur Twitter ou par courriel : @CuiZineCanada ou cuizine@ustboniface.ca.

Passons donc au plat principal…

Les trois articles de fond du présent numéro traitent abordent aussi les thèmes du passé, du présent et de l’avenir. Dans son article « Through Their Own Efforts », Maura Hanrahan fait le bilan des contributions dans les domaines de la santé et de la nutrition au sud du Labrador et au nord de Terre-Neuve pendant la première partie du 20e siècle. Plus précisément, elle explique le rôle de la International Grenfell Association (IGA) dans les interventions en santé et en nutrition. Ces interventions étaient sûrement bien fondées; or, l’auteure explique la nature néanmoins « paternaliste » et « fragmentaire » des approches de l’époque. Selon Hanrahan, ces interventions ont mené à des occasions manquées pour créer un modèle nutritionnel plus efficace et complet. Cette étude dresse le portrait d’un modèle nutritionnel historique plus ou moins efficace d’après lequel les agences de santé publique contemporaines pourraient tirer quelques leçons. Par exemple, le Guide alimentaire canadien révise à présent ses recommandations et pourrait s’inspirer de ce cas pour ne pas répéter les erreurs du passé.

L’article rédigé par Boyd et Hollinson, « CanLit Dinner Party », fait également référence au passé et à la nouveauté. S’inspirant de l’oeuvre de Judy Chicago « The Dinner Party » (1974-1979), les auteures ont mené un séminaire mettant en valeur l’apprentissage expérientiel afin de réinventer la littérature canadienne sous une autre forme. Plus précisément, les étudiants avaient pour tâche de « traduire » des scènes littéraires en lien avec la nourriture dans un autre média. Le résultat de cette activité montre comment une oeuvre d’art d’une autre époque peut avoir une nouvelle signification à l’ère actuelle, et ce, dans un contexte pédagogique novateur. Ce travail est d’ailleurs un exemple de recherche multidisciplinaire « en action » : des liens sont faits entre la nourriture comme objet d’analyse, l’histoire de l’art, les études littéraires, les études canadiennes, et la pédagogie. Nous estimons que cet article aura sans doute une portée pour les éducateurs et les professeurs voulant trouver matière à inspiration pour leurs cours et séminaires, ou pour tout lecteur intéressé par les méthodes d’apprentissage expérientiel.

La recherche menée par Boyd et Hollison soulève une autre question : celle de comment enseigner les études alimentaires ou comment se servir de la nourriture et de l’alimentation comme objets d’étude aux cycles supérieurs. Comme plusieurs nouveaux programmes dans ce domaine voient le jour au Canada, cette question nous semble d’autant plus pertinente. Quels textes devraient être lus dans un programme de maîtrise en études alimentaires? Quelles méthodes d’apprentissage peuvent être mobilisées afin d’éviter les silos universitaires? Quels liens peuvent être établis entre la recherche universitaire et le travail mené sur le terrain par les industries? L’avenir de ce champ d’étude dans les universités canadiennes : comment l’envisager? Nous sommes à la recherche d’articles qui tentent de répondre ou d’adresser ces questions.

Notre troisième auteure, Elizabeth Saint, traite d’un autre sujet d’actualité : l’emploi du terme « foodie » et sa réception chez les locuteurs francophones et francophiles sur les médias sociaux. Sa recherche constitue une nouvelle manière d’étudier l’implantation terminologique, c’est-à-dire le recours aux médias sociaux afin d’avoir un meilleur aperçu de l’appréciation des usagers de la langue. Par le passé, ce type d’étude aurait pu représenter un défi de taille, car l’obtention de commentaires candides n’était pas chose facile en vertu de quelques contraintes. Les médias sociaux ont donc changé la donne : désormais, l’accès aux données est beaucoup plus aisé grâce à un environnement virtuel où les opinions et les réactions « gazouillent » sans cesse. Twitter, comme le montre l’auteure, permet une étude en temps réel de l’appréciation du terme « foodie » chez les francophones. Ce genre d’étude terminologique pourrait servir comme gabarit pour l’analyse d'autres termes utilisés en études alimentaires et pourrait également avoir une pertinence pour la traduction de discours alimentaires au Canada.

Notre contenu créatif a été rédigé par un journaliste de renom, Robert McKeown. McKeown a déjà publié plusieurs articles dans des publications culinaires réputées, entre autres, Gourmet. Pour ce numéro de CuiZine, il a créé un texte qui traite du passé et du présent simultanément: une lettre qu’il s’adresse à lui-même, alors qu’il était plus jeune. Dans cette lettre, il dénonce en quelque sorte l’impact du journalisme culinaire et touristique sur la représentation culturelle. Sa lettre offre une réflexion intéressante sur la responsabilité confiée à ceux et celles qui parlent au nom des « Autres », de leurs pratiques alimentaires, de leurs plats, de leur cuisine, surtout lorsqu’il y a des motivations commerciales. La contribution de McKeown souligne l’évolution d’une pensée à travers l’expérience—un autre clin d’oeil à l’apprentissage expérientiel.

Finalement, ce numéro recense trois comptes rendus critiques de trois publications récentes : Bec Sucré, Made in Québec, et la récente revue québécoise Caribou. Nos contributeurs évaluent les trois publications de manière favorable, nous mettant ainsi l’eau à la bouche pour les délices gastronomiques qu’on retrouve dans la Belle Province.

Nous tenons encore une fois à souligner le travail exceptionnel de notre collègue Nathalie Cooke, sans quoi CuiZine n’existerait pas. Nous souhaitons aussi remercier tous nos lecteurs et auteurs qui continuent à stimuler notre réflexion et à faire mijoter la recherche en études alimentaires au Canada.