Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Fermentation as Engagement: on more-than-human connections and materialityLa fermentation comme moyen d’engagement : les relations et la matérialité au-delà du monde humain

  • Maya Hey et
  • Alex Ketchum
Logo de Cuizine

Corps de l’article

Introduction

Food, feminism, and fermentation. At first glance, these terms seem disparate but these domains share a common commitment to understanding complex systems in their complexity. The domains of food, feminism, and fermentation give us the theoretical tools and the language to pick apart the concrete and abstract ways that we interconnect with others. Specifically, these three domains help us examine the politics of everyday eating, how these choices are shaped, and who benefits from these decisions.

At the heart of food, feminism, and fermentation are questions of power and social relations, with particular attention to how these relations are shaped by dominant ideas and how they are subsequently reshaped by critical thought and activism. These questions run parallel to contemporary conversations around food access, policy controls, and the consequences of unchecked power. In the same manner that existing food scholarship examines the social, political, economic, and symbolic contexts of food — as seen in the works of Sidney Mintz and how sugar makes empire possible, Warren Belasco and the role of food in social movements, or Julie Guthman and the limitations of alternative food movements — this work continues food studies’ inquiry into food as a medium for determining power dynamics. Tapping into the intellectual richness of feminist thought provides some theoretical ways for challenging assumptions about food and foodways. Thinking about fermentation as a metaphor for change gives traction to shifting our thoughts on what food is and what it can do.

Some overlap of these domains already exist. Feminist food studies, for instance, focuses on bodies and embodiment, labour and material practices, as well as place-making on the land, in the home, and with the Earth. Also at the intersection of food and feminism are concerns for amplifying marginalized voices, dismantling dominant paradigms, and activating sites of resistance. If food studies offers a powerful lens for analyzing culture and society, then feminist food studies attends to different viewpoints within a culture and contends with its normative, socially accepted assumptions. Building on the works of food scholars who employ an explicit gender/women’s studies focus — including Kate Cairns, Josée Johnston, Jennifer Brady, Barbara Parker, Carole Counihan, Psyche Williams-Forson, Julia Ehrhardt, Rachel Slocum, Arlene Voski Avakian, Barbara Haber, Lisa Heldke, Elspeth Probyn, and Jessica Hayes-Conroy — feminist food studies foregrounds differences in social positioning, the politics that result from power relations, as well as the ideological underpinnings that operate in and through difference.

These, and other concerns can be found in this first of two special issues, with the added layer of fermentation providing a different perspective on how we think about change. Fermentation is a transformation of both matter and meaning due to the work of microbes like bacteria, moulds, and yeasts. For instance, the material transformation of grapes into wine is biochemical, and the meanings associated with the resulting wine (e.g. hospitality, religious symbolism) emerge from the fermentation process. In other words, fermentation can be at once material and figurative change. Fermentation goes beyond the taste of puckery sauerkrauts and the fizzy delights of homemade kombuchas. Thinking about fermentation means accounting for multiple species, multiple senses, and multiple scales of activity. It means looking at the possibility of a multiplicitous and dynamic — instead of a singular and stultified — way of living together. Fermentation extends the concerns of food studies by contextualizing the more-than-human connections that entangle us all.

Theorizing Ways of Living Together

How can theorizing feminism and fermentation augment food studies? Existing literature in ecofeminism offers key concepts — such as multispecies engagement, companion species, and the myth of human exceptionalism — which help to reposition the human eater as one of many ‘critters’ in an ecological context. Food studies researcher Kelly Donati asks, what would a more-than-human, multispecies gastronomy look like and what are its implication for living together on shared land and resources? As another vein of feminist thought, new material feminism provides theoretical and methodological perspectives on how the conceptual (e.g. words, ideas) and the concrete (e.g. things) impact one another. According to material feminism, matter and discourse are not separate, but intertwined in ways that make ‘a thing’ and how we talk about those ‘things’ important to consider in tandem. For instance, definitions of ‘healthy’ vary across national health agencies, medical specialists, and cultural know-how, yet many do not take into account the material realities of taste, which can ultimately influence how ‘healthy’ food is procured and ingested. It is not surprising, then, that material feminism is gaining momentum in subfields adjacent to food studies, including critical dietetics, fat studies, and affect studies.

Fermentation provides a lexicon for thinking through transformative action. As food scholar E. Melanie Dupuis suggests in Dangerous Digestion: The Politics of American Dietary Advice, the transformative power of mixing ideas and processes can cross-fertilize how we think of processes and change. We believe this kind of trans-disciplinarity has the potential to enrich food studies research and ideologies that shape our foodways. Combined, these perspectives help us answer the questions of how to eat together and nourish one another in long-lasting ways.

Theorizing how to live together ethically and sustainably requires a more nuanced understanding of the philosophical binaries that animate popular discourse around food, feminism, and fermentation. Discussions in food can be characterized by good/bad choices, health/junk rhetorics, gourmet/street aesthetics, and conventional/organic ideologies. Directives to ‘eat this, not that’ rely heavily on these shorthand valuations, often conflating fast-junk-processed foods into one, which becomes antithetical to the slow-organic-handmade foods. Food studies researchers argue that these categorizations can have racist, classist, or otherwise exclusive undertones that are narrow-minded and unjust. Similarly, the separation of ‘good calories’ versus ‘bad calories’ reduces nutrition to a matter of intake, sidestepping questions of food access or the limitations of a one-size-fits-all approach to health. Fermentation is binaried in the same way when health and media discourses describe friendly/unfriendly bacteria in relation to the human, but their utility often depends on context. For example, E.coli are commonly framed as culprits for foodborne illness, but they remain a crucial part of our intestinal flora that synthesizes necessary nutrients for the body’s blood clotting functions. These monikers of helpful/harmful or probiotic/pathogenic categorically define entire classes of microbes, which resemble the binaries that fuel feminist critique. In particular, feminism challenges gender binaries, public/domestic spheres, productive/reproductive labor, and intellectual/affective ways of knowing in order to seek out more granular, subtle ways of examining inequality.

While binaries can be helpful in naming a problem (e.g. gender roles), they can set up oppositions (e.g. man and woman) and, in so doing, erase the spaces between oppositional endpoints or negate outliers altogether (e.g. gender non-conforming). This either/or mentality can polarize discussions in the form of declaratives, which substitute one ‘truth’ for another and create contentious grounds for absolute rights and wrongs instead of questioning why certain truths are favored over others. What happens when we see these binaries as loci of power? And, if we remove the oppositional nature that keep binaries closed and bound, what kinds of theoretical and practical alternatives would open up? How could we breathe new life into food, feminism, and fermentation to keep their discourses from collapsing?

This curiosity is how we came to name our inaugural conference, Leavening the Conversation, because we as thinkers, food-makers, and activists were looking for more ways of imagining social and political change. For example, Alissa Overend (MacEwan University) critically examined the case of soy in an attempt to shift singular good/bad food binaries and ethical/unethical lifestyles often at the core of vegan and vegetarian food politics. Jennifer Nadwodny (master brewer of microbrewery Dieu du Ciel! St. Jerome) and other notable women in the brewing industry challenged the role of gendered labour practices. After the conference, we wanted to continue the conversation to include other scholars’ perspectives.

We asked: How can integrating the perspectives of food, feminism, and fermentation help us to think about our world differently? We solicited answers to this question through our FFF networks and collaborated with CuiZine in order share our ideas with a wider populace.

In This Issue: Connections to the More-than-Human

In our first issue, our contributors attend to questions of anthropocentrism, or human-centered thinking, to see how we are already tethered to and rely on other beings.

Two research articles invite us to rethink the stakes of production/reproduction processes with particular attention to the more-than-human bodies that are implicated. Both articles examine the materiality of female bodies, their bodily fluids, and how these matters circulate within larger systems of food, discourse, and commerce. In one article, Megan Tracy and Rebecca Howes-Mischel examine milk to complicate our understanding of how microbial bodies, ruminant bodies, and human bodies weave into one another, and how such weavings disrupt Linnaeus’s classification of species: “who is eaten and who is eater is obscured in the densely layered materialities of fermentation and production. Milk, instead of being viewed as solely raw material that is fermentable, can be viewed as the product of cows’ and microbes’ reproductive relations.” Secondly, Anne Lally scrutinizes the world of bloodmaring, a practice of bloodletting in pregnant horses to isolate a hormone that is used to standardize and maximize female bodies in animal husbandry and meat industries. Although her fieldwork is based in Iceland, her analysis of bloodmares uncannily connects to pork industries of Canada, reminding us that the “reproductive outcomes within North American pig farming industries bind the corporealities of Icelandic horses to the transatlantic bodies of pigs within an increasingly intensified agricultural system.” These research articles provide salient, if not chilling, insights for the Canadian context, particularly in how current policies and production/consumption models are imagined and operationalized in dairy and pork industries.

Both articles use a range of feminist theories to engage with questions of inter- and intra-action, of digesting and being digested, of composing and decomposing bodies in dynamic, intimate, and corporeal ways. Similar ideas are brought to life by Joshua Evan’s piece, which flips the anthropocentric perspective on its head. He enacts the very prefix of inter- (to mean between and amongst) to suggest that “listening and wondering and co-producing for each other’s benefit” may lead us “to drink together and to live together well.” His words cut through themes of companionship, conviviality, and mutual stakes of thriving.

The creative pieces in this issue also attend to the theme of hidden interdependence. They challenge some of the assumptions associated with how microbial life and viscera are represented and understood. In image-stills from the film Wrought, Anna Sigrithur and Joel Penner challenge preconceived notions of death, decay, and decomposition through timelapse video. Amanda Couch, whose artwork performatively and discursively interrogates viscerality, uses the intestines to visually and conceptually problematize “the false dichotomies and boundaries of inside and outside.”

Consistent with previous issues, we included two review contributions. Emily J.H. Contois reviews Digesting Femininities: The Feminist Politics of Contemporary Food Culture and Anna Nguyen reviews Food and Femininity.

This special issue considers the potential for food, feminism, and fermentation to change the way we think about scales of power (on micro- and macro-scales) as well as the invisibility of such powers. What emerges when these three domains collide? In line with current interests that critique the ideological bases of repressive nutrition guidelines, neoliberal food marketing, and repressive barriers to food sovereignty, this publication aims for a critical approach to the forces that shape food discourse. Food is inherently political, making conversations across different sectors and professions at times cacophonous. Our overarching goal was to create a space for a dialogue around such encounters. We hope this conversation will continue in other generative spaces: in restaurants, in breweries, in the home, in offices, in classrooms, in the fields, online, and elsewhere. [1]

Figure 1

Girolle at the End of the World, copyright Maya Hey, 2018

-> Voir la liste des figures

Introduction

L’alimentation, le féminisme, et la fermentation. À première vue, ces termes semblent disparates, mais ces domaines d’études partagent pourtant un engagement commun, celui de nous aider à mieux comprendre le fonctionnement de systèmes délicats dans toute leur complexité. Les domaines de l’alimentation, du féminisme et de la fermentation nous fournissent les outils théoriques et le langage pour nous permettre de remettre en question la façon concrète et abstraite dont nous interagissons les uns avec les autres. Plus précisément, ces domaines nous aident tous trois à examiner les enjeux politiques en matière d’alimentation quotidienne, de quelle façon ces enjeux sont déterminés, et qui sont ceux qui en profitent.

Au coeur des discussions sur l’alimentation, le féminisme et la fermentation, se retrouvent des questions de pouvoir et de relations sociales, et plus particulièrement la manière dont ces relations sont façonnées par les idées dominantes, puis remodelées par la pensée critique et le militantisme. Ces discussions se déroulent en parallèle des débats actuels sur l’accessibilité alimentaire, les contrôles exercés sur les politiques, et les conséquences engendrées par l’absence de contrôle du pouvoir. De la même façon dont les études existantes sur l’alimentation examinent le contexte social, politique, économique et symbolique de l’alimentation – tout comme le font les travaux de Sidney Mintz sur l’empire du sucre, de Warren Belasco sur le rôle de l’alimentation dans les mouvements sociaux, ou encore ceux de Julie Guthman sur les limitations des mouvements alimentaires alternatifs – cette étude poursuit la recherche sur l’alimentation en tant que moyen d’établir des rapports de pouvoir. En puisant dans la richesse intellectuelle de la pensée féministe, on découvre des moyens théoriques de remettre en question les idées reçues par rapport à l’alimentation et aux habitudes alimentaires. En considérant la fermentation comme une métaphore de changement, nous nous incitons à réfléchir de manière différente sur ce que signifie l’objet alimentaire et l’importance de son rôle.

Certains de ces domaines d’études se chevauchent déjà. Par exemple, les études féministes sur l’alimentation sont axées sur le corps et l’identité, les pratiques de travail et les pratiques matérielles touchant les femmes, et sur les questions liées à la création d’espaces de vie conviviaux dans nos territoires, à la maison et à l’échelle de la planète. Les revendications en faveur de la marginalisation, du démantèlement des théories dominantes et du renforcement de la résistance sont au carrefour de l’alimentation et du féminisme. Si l’on considère que les études en alimentation offrent une perspective des plus utiles pour analyser la culture et la société, alors les études féministes en alimentation sont toutes désignées pour examiner différents points de vue au sein d’une culture particulière, tout en tenant compte des normes et des croyances socialement admises au sein de cette culture. S’inspirant des travaux réalisés par certains universitaires dans le domaine de l’alimentation et axés spécifiquement sur les études de genre et les études sur les femmes — à l’instar de Kate Cairns, Josée Johnston, Jennifer Brady, Barbara Parker, Carole Counihan, Psyche Williams-Forson, Julia Ehrhardt, Rachel Slocum, Arlene Voski Avakian, Barbara Haber, Lisa Heldke, Elspeth Probyn, et Jessica Hayes-Conroy — les études féministes en alimentation mettent en évidence les différentes prises de position au sein de la société, les politiques attribuables aux rapports de force qui en découlent, ainsi que les fondements idéologiques qui forment la base même de la différence.

De telles questions, ainsi que d’autres sujets, sont traités dans le premier de deux numéros spéciaux, avec en plus le thème de la fermentation, offrant ainsi un point de vue différent sur notre conception du changement. La fermentation est la transformation à la fois au niveau de la matière et des idées grâce au travail opéré par des microbes comme les bactéries, la moisissure et la levure. Par exemple, la métamorphose matérielle qui se produit lorsque le raisin se transforme en vin est de nature biochimique, et le sens que l’on donne à la boisson qui en résulte (par exemple, dans le domaine hôtelier ou comme symbole religieux) prend son origine dans le processus de fermentation. En d’autres mots, la fermentation est à la fois un changement d’ordre matériel et d’ordre figuratif. La fermentation va bien au-delà de la saveur acidulée d’une choucroute ou des délices pétillants d’une kombucha maison; lorsqu’on examine le processus de fermentation, il faut nécessairement tenir compte de l’intervention d’une multitude d’espèces, de sensations, et de niveaux d’activité. Étudier la fermentation, c’est aussi considérer la possibilité d’une façon diversifiée et dynamique — et non pas individuelle et déshumanisée — de vivre en société. La fermentation nous permet d’élargir nos réflexions en matière d’alimentation en conceptualisant les relations au-delà du monde humain qui nous unissent inextricablement.

Élaborer des théories sur la façon de vivre ensemble

De quelle manière les théories sur le féminisme et la fermentation peuvent-elles élargir nos horizons dans le domaine des études alimentaires? Les travaux de recherche actuels sur l’écoféminisme présentent des concepts clés – comme les relations entre espèces multiples, les espèces compagnes, et le mythe entourant le caractère unique des êtres humains – qui contribuent à repositionner le ‘mangeur’ humain comme une créature parmi tant d’autres dans un contexte écologique. Par exemple, la chercheuse en études alimentaires Kelly Donati se demande à quoi ressemblerait une gastronomie multispécifique et quelles en seraient les conséquences sur notre mode de vie en société alors que nous partageons territoire et ressources. Dans un autre ordre d’idées féministes, le récent concept du féminisme matérialiste offre des points de vue théoriques et méthodologiques sur la façon dont la pensée conceptuelle (p. ex. les mots, les idées) et le concret (p. ex. les choses) s’influencent mutuellement. Selon la théorie féministe matérialiste, la matière et le discours ne sont pas des concepts séparés, mais ils sont liés de telle sorte qu’il est important de les considérer de manière conjointe. Par exemple, la définition du mot ‘sain’ varie à l’échelle nationale d’une agence de santé à l’autre, d’un spécialiste de la santé à un autre, et d’une culture à l’autre et pourtant, peu de ces acteurs tiennent compte des réalités matérielles du goût, réalités qui peuvent ultimement influer sur la façon dont on se procure la nourriture dite ‘saine’ et qu’on l’ingère. Dès lors, il n’est pas étonnant que le féminisme matérialiste gagne en popularité dans les sous-domaines des études alimentaires, y compris la diététique critique, les études sur l’obésité et les études sur l’affect.

La fermentation nous offre un vocabulaire qui permet de poursuivre notre réflexion en matière d’action transformative. Dans son ouvrage, Dangerous Digestion : The Politics of American Dietary Advice, la chercheuse en alimentation E. Melanie Dupuis avance l’idée que le pouvoir transformateur du brassage des idées et des processus peut faire foisonner nos réflexions sur les processus et le changement. Nous sommes d’avis que ce type d’approche pourrait très bien enrichir la recherche en études alimentaires et les idéologies qui façonnent nos habitudes alimentaires. Considérés de manière conjointe, ces points de vue nous aident à répondre aux questions sur la façon dont nous pouvons nous alimenter tous ensemble et nous enrichir l’un l’autre de manière durable.

L’élaboration de théories concernant la façon de vivre ensemble de manière éthique et durable exige une compréhension plus nuancée de la pensée binaire qui anime le discours populaire sur l’alimentation, le féminisme et la fermentation. Les débats sur l’alimentation tournent souvent autour des choix – bons et mauvais, de la rhétorique sur les aliments santé et la malbouffe, des plaisirs de la gastronomie et de la restauration de rue, et des idéologies qui circulent autour de l’alimentation classique et de l’alimentation biologique. Les directives selon lesquelles il faut ‘manger ceci, et pas cela’, et qui s’appuient sur des théories simplistes, englobant l’alimentation rapide, la malbouffe et les aliments transformés en une seule façon de s’alimenter, deviennent alors l’antithèse des aliments traditionnels, biologiques et préparés de manière artisanale. Des chercheuses en études alimentaires ont suggéré que cette façon de catégoriser les aliments peut avoir une connotation raciste, empreinte de classisme ou sectaire que l’on pourrait qualifier d’étroite et d’injuste. De même, le concept qui préconise la division des calories en ‘bonnes’ et ‘mauvaises’, réduit la nutrition à une question d’absorption, faisant fi de l’accessibilité alimentaire et des limitations d’une approche universelle en matière de santé. La fermentation est également l’objet du discours binaire quand les débats sur la santé et les médias décrivent les bactéries comme utiles ou nuisibles au consommateur humain, alors que leur utilité dépend du contexte. Par exemple, l’E. coli est généralement considéré comme la cause principale des intoxications alimentaires, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une bactérie essentielle à la flore intestinale puisqu’elle synthétise les nutriments nécessaires à la coagulation sanguine. Ces qualificatifs, utile ou nuisible, probiotique ou pathogénique, définissent de manière catégorique des espèces microbiennes tout entières, à la manière des discours binaires qui nourrissent les revendications des critiques féministes. Notamment, le féminisme met au défi le concept des binômes de genre, les secteurs public et privé, le travail de production et de reproduction, et les méthodes d’apprentissage intellectuelles et affectives, afin de trouver des moyens plus précis et plus nuancés d’examiner les questions d’inégalité.

Alors que les binômes peuvent s’avérer utiles lorsqu’on tente d’identifier un problème (p. ex. le rôle des sexes), ils peuvent par contre créer des antithèses (p. ex. l’homme et la femme) et, ce faisant, réduire l’écart entre les extrêmes ou tout bonnement nier l’existence des personnes de genre fluide (p. ex. celles qui ne se conforment pas à un rôle sexuel rigide). Cette mentalité simpliste peut avoir pour effet de polariser le débat de manière déclarative, en remplaçant une ‘vérité’ par une autre, favorisant ainsi un discours absolu, au lieu de chercher à comprendre la raison pour laquelle certains concepts sont privilégiés par rapport à d’autres. Que se produit-il lorsque nous considérons ces binômes comme un prétexte de pouvoir? Et si l’on élimine le caractère oppositionnel des binômes qui les rend hermétiques et délimités, quel genre d’alternatives théoriques et pratiques s’offriraient à nous? De quelle manière pouvons-nous insuffler une vie nouvelle aux débats en matière d’alimentation, de féminisme et de fermentation afin d’éviter qu’ils ne deviennent stériles?

L’intérêt que nous portons envers ces sujets nous a amenées à intituler notre première conférence, Leavening the Conversation, (traduction de l’équipe éditoriale - Mousser la conversation) car nous les penseurs, les décideurs en matière de politiques sur l’alimentation et les militants étions à la recherche d’autres catalyseurs de changement social et politique. Par exemple, Alissa Overend (de la MacEwan University) a étudié de manière critique le cas du soya dans l’espoir de renverser les concepts binaires exclusifs en matière de bons et de mauvais aliments et de modes de vie éthiques ou contraires à l’éthique, qui se retrouvent souvent au coeur des débats sur l’alimentation végétalienne et végétarienne. Jennifer Nadwodny (maître-brasseuse à la microbrasserie Dieu du Ciel!, à Saint-Jérôme) et d’autres femmes réputées dans l’industrie brassicole ont elles aussi mis au défi le rôle des pratiques de travail selon le genre. Suite à la conférence, nous avons souhaité poursuivre le débat et inclure le point de vue d’autres chercheurs.

Nous avons posé la question : Comment l’intégration de divers points de vue sur l’alimentation, la fermentation et le féminisme peut nous aider à considérer notre monde de manière différente? Nous avons cherché des réponses à cette question au sein de nos réseaux FFF et collaboré avec CuiZine afin de pouvoir partager nos idées avec une audience plus vaste.

Dans ce numéro : les relations avec un monde au-delà du monde humain

Dans notre premier numéro, nos collaborateurs traitent des questions liées à l’anthropocentrisme, ce concept qui place les humains au centre de l’univers, afin d’examiner de quelle façon nous sommes déjà liés à d’autres êtres vivants et dépendons d’eux pour vivre.

Deux articles de recherche nous invitent à reconsidérer les enjeux liés aux processus de production et de reproduction, en examinant avec attention des organismes en-dehors du monde humain qui sont impliqués dans ces processus. Les deux articles étudient la matérialité de corps femelles, leurs liquides corporels, et de quelle manière ces questions sont abordées au sein des systèmes alimentaires plus vastes, des débats et de la commercialisation. Dans leur article, Megan Tracy et Rebecca Howes-Mischel analysent certaines questions liées à la production du lait afin de nous aider à mieux comprendre de quelle façon les organismes microbiens, le corps des ruminants et le corps humain sont interreliés, et jusqu’à quel point l’existence de ces liens renverse la théorie de Linnaeus sur la classification des espèces : (traduction de l’équipe éditoriale) « ce qui est mangé, et ce qui mange disparaît dans les couches denses des matérialités de la fermentation et de la production. Au lieu de considérer le lait uniquement comme un liquide capable de fermenter, les auteurs nous amènent à le voir comme le résultat de relations reproductives entre les vaches et les microbes. » Dans un autre article, Anne Lally examine avec soin l’univers qui entoure la pratique de prélèvement de sang chez les juments en état de gestation afin d’isoler une hormone et ensuite l’utiliser pour uniformiser et maximiser le système reproductif d’animaux femelles dans les industries de l’élevage et de la production de la viande. Bien qu’elle mène ses recherches sur le terrain en Islande, son analyse n’est pas sans rappeler les pratiques de l’industrie porcine au Canada, alors que « les résultats des pratiques de reproduction de l’industrie de l’élevage porcin nord-américain assujettissent les corporalités de l’industrie de l’élevage équin islandais au corps de truies outre-Atlantique, au sein d’un système agricole de plus en plus pressurisé. » Ces articles de recherche fournissent une perspective frappante, voire sinistre pour le contexte canadien, en considérant plus particulièrement la manière dont les politiques et les modèles de production et de consommation sont conçus et mis en oeuvre au sein des industries laitière et porcine.

Les deux articles se servent d’une gamme de théories féministes pour engager la discussion sur l’interaction et l’intra-action, l’action de digérer et celle d’être digéré, et on parle d’organismes qui se forment et se décomposent de manière dynamique, intime et physiologique. L’article de Joshua Evan, à contre-courant du concept anthropocentrique, met en lumière des idées similaires. Evan manipule le préfixe inter- (lorsqu’il signifie entre ou parmi) et avance l’idée que « le fait d’écouter, de réfléchir et de produire de manière collective et pour le bénéfice de l’un et de l’autre » pourrait nous amener à « trinquer et vivre ensemble en harmonie. ». Son poème évoque la camaraderie, la convivialité et un désir commun de s’épanouir.

Les articles inédits publiés dans ce numéro traitent également de l’interdépendance invisible. Ils remettent en question la façon dont certains conçoivent et se représentent la vie microbienne et le système viscéral. À travers les images fixes du film Wrought, Anna Sigrithur et Joel Penner mettent au défi certains préjugés sur la mort, la pourriture et la décomposition en utilisant des techniques de vidéographie en accéléré. Amanda Couch, quant à elle, s’interroge sur le système viscéral et se sert des organes intestinaux pour remettre en question de manière visuelle et conceptuelle « les fausses dichotomies et limitations à l’intérieur et à l’extérieur de notre corps », grâce à l’art de la scène et de l’écriture. À l’instar des numéros précédents, nous avons inclus deux critiques de livres. Emily J.H. Contois passe en revue Digesting Femininities: The Feminist Politic of Contemporary Food Culture, et Anna Nguyen, Food and Femininity.

Ce numéro spécial examine les moyens par lesquels l’alimentation, le féminisme et la fermentation peuvent changer notre point de vue sur les balances du pouvoir (à tous les niveaux), ainsi que sur le caractère invisible de tels pouvoirs. Que se produit-il lorsque ces trois domaines s’affrontent? Dans la foulée des courants de pensée actuels qui dénoncent les fondements idéologiques des guides alimentaires restrictifs, les méthodes de marketing alimentaire néolibérales, ainsi que les obstacles auxquels la souveraineté alimentaire continue de se heurter, cette parution vise une approche critique des motivations de ceux qui contribuent à définir le débat sur l’alimentation. L’alimentation est affaire de politiques, ce qui confère parfois aux discussions entre les différents secteurs et professions du domaine un caractère plutôt cacophonique. Notre objectif global était de créer un lieu qui facilite le dialogue autour de telles controverses. Nous espérons que ces échanges se poursuivront dans d’autres lieux susceptibles de les générer : les restaurants, les brasseries, en famille, en salle de classes, à la campagne, en ligne, et n’importe où ailleurs. [2]

Figure 1

Girolle at the End of the World, copyright Maya Hey, 2018

-> Voir la liste des figures

Parties annexes

Parties annexes