La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Introduction[Notice]

  • Josiane Le Gall

…plus d’informations

En raison de l’allongement de la durée de vie, les familles contemporaines sont aujourd’hui caractérisées par la coexistence de générations qui, autrefois, se succédaient. Cette évolution de la famille légitime l’essor considérable de la recherche sur les échanges entre générations. De plus, les nombreuses enquêtes sur la parenté tendent à souligner que la dimension intergénérationnelle n’est ni dévalorisée ni incompatible avec la construction des individualités (par ex. : Dandurand et Ouellette, 1992; Godbout et Charbonneau, 1996; Bengston, 2001; Finch et Mason, 1993; Attias-Donfut, 1995; Pitrou, 1992). Du côté des populations immigrantes, les analyses sur la permanence et les transformations dans les modes de relations intergénérationnelles au sein des familles sont toutefois beaucoup moins nombreuses et se concentrent surtout sur la dyade parents/enfants. En fait, si le lien familial est un thème essentiel qui a émergé dans les dernières décennies au sein de la recherche sociale, les réalités familiales des immigrants dans leur diversité restent peu connues (Wanner, Lerch et Fibbi, 2005; Kofman, 2004; Vatz Laaroussi, 2001). Pourtant, l’importance de la famille dans les différentes phases du processus migratoire est reconnue depuis longtemps, alors que celle-ci apparaît comme le lieu où s’organisent généralement la migration et l’installation dans un nouveau pays (Kofman, 2004). Les articles réunis dans ce numéro d’Enfances, Familles, Générations examinent sous divers angles les dynamiques familiales des immigrants récents à travers la redéfinition des liens intergénérationnels. Ils analysent plus particulièrement la manière dont ces derniers s’actualisent, principalement autour des différentes formes des transmissions ou de l’entraide, quel que soit le sens des flux des échanges entre les générations. De plus, l’ensemble des textes met au jour la place qu’occupent les liens familiaux pour les immigrants à différents temps du cycle de vie (naissance, transitions vers l’âge adulte, retraite, grand-parentalité, etc.). La question de l’adaptation à un nouveau milieu a longtemps été abordée uniquement comme un problème menant à une désorganisation familiale alors que la famille apparaît comme un frein à l’intégration. L’emphase dans les études est alors placée sur le caractère conflictuel de la relation parents/enfants dans les familles immigrantes, sur la prévalence des difficultés conjugales ou encore sur la diminution des liens de parenté. Ces recherches contrastent avec d’autres qui mettent en évidence la prégnance du familial comme ressource d’interprétation et de symbolisation de la vie sociale. Un nombre grandissant d’auteurs s’accorde à dire que le pôle familial reste une valeur forte et demeure le principal agent de socialisation, tout en jouant un rôle protecteur et sécurisant face aux pressions du milieu extérieur. Par exemple, la famille peut s’avérer une ressource importante pour les jeunes, notamment à travers la transmission intergénérationnelle des valeurs (Vatz Laaroussi, 2001; Portes et Rumbaut, 2001; Montgomery, 2002; Meintel et Le Gall, 1995). D’ailleurs, même si certains désaccords surviennent, les jeunes ne remettraient pas en question les relations qu’ils ont avec leurs parents ou les membres de leur parenté et des mécanismes de négociation et de médiation sont élaborés pour gérer les écarts et éviter la rupture (Camilleri, 1992; Meintel et Le Gall, 1995). Les articles du présent numéro approfondissent ce double rôle de la famille comme source potentielle de tension et de soutien. Tous insistent pour montrer la vivacité des liens intergénérationnels en contexte migratoire et la continuité des liens étroits avec les membres de la famille élargie. Pour la plupart des auteurs, ces liens demeurent des vecteurs de transmission et de solidarité et leurs textes s’attachent à éclairer la diversité des formes d’aide entre les générations, selon qu’elles sont descendantes (des aînés vers les enfants) ou ascendantes. Dans leurs articles respectifs, Jean Pierre Lavoie et al. et …

Parties annexes