La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Comptes rendus

La destruction des Indiens des Plaines. Maladies, famines organisées, disparition du mode de vie autochtone, James Daschuk, 2015, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 365 p.

  • Nadine Boucher

…plus d’informations

  • Nadine Boucher
    Département de sociologie, Université Laval, Québec, Canada

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès

Aujourd’hui encore, les Premières Nations du Canada ont une espérance de vie inférieure de cinq à huit ans de celle des populations du reste du Canada. Comment expliquer ce décalage? Que s’est-il passé pour en arriver à ce gouffre? C’est à cette question que l’ouvrage de James Daschuk tente de répondre. L’auteur y retrace le fil chronologique de la diminution démographique des Indiens de l’Ouest du Canada, du Manitoba actuel jusqu’aux Rocheuses. L’ouvrage circonscrit cependant la recherche entre le fleuve Missouri (Nord des États-Unis) et la forêt boréale. L’objectif est clair : discerner les causes de l’écart sanitaire actuel entre les Autochtones et les Allochtones dans l’Ouest du Canada. L’ouvrage porte ainsi sur les actions, l’alimentation et l’habitat des Autochtones des plaines sur une période de 160 ans (soit entre le milieu du 18e siècle et la fin du 19e siècle), à l’époque où l’économie mondiale s’est graduellement implantée dans les Plaines canadiennes. Daschuk fait remarquer qu’aujourd’hui encore, l’état de santé des Premières Nations de l’Ouest du Canada est nettement inférieur à celui du reste de la population canadienne et que c’est dans ces années de soumission, de famines et de maladies qu’il faut en chercher l’origine. L’auteur affirme d’emblée que le déclin de santé des peuples autochtones tire son origine directe de leur appauvrissement économique et culturel, avec en trame de fond le racisme des décideurs politiques et de la société dominante. L’ouvrage compte deux grandes parties. Dans la première, Daschuk se concentre sur l’évolution économique, démographique et territoriale des Premières Nations de l’Ouest avant l’acquisition de la région par le Canada en décembre 1869. Vers 1740, la maladie est le principal facteur de la réorganisation territoriale des Premières Nations de l’Ouest canadien. Au milieu du 18e siècle, la présence du cheval et l’ouverture au commerce mondial (notamment par l’entremise de la marchandisation du bison) entraînent des conséquences biologiques dans l’Est et l’Ouest des Prairies, créant les conditions idéales pour la pandémie variolique du début des années 1780, entre autres. Selon l’auteur, ces épidémies sont la conséquence du système économique mondial sur l’Ouest canadien, alors que les relations commerciales font voyager les pathogènes. La deuxième partie porte quant à elle sur l’évolution sanitaire des populations de l’Ouest dans le contexte des nouvelles réalités économiques et politiques de la fin du 19e siècle, alors que se mettent en place les relations entre les Premières Nations et le Dominion du Canada. Daschuk note qu’avant même la fin du 19e siècle, l’équilibre des pouvoirs entre Autochtones et nouveaux arrivants est détruit de façon irrévocable, principalement par la disparition du bison sauvage. À l’aube des années 1870, les peaux de bison sont utilisées dans la fabrication des courroies industrielles nécessaires à l’essor de l’économie de l’Est des États-Unis, entrainant la quasi-extinction du bison. La disparition des hardes de bisons constitue la plus grande catastrophe environnementale dont les Prairies aient été frappées : ne pouvant plus compter sur la chasse, présente au coeur de la vie des peuples des Plaines depuis 10 000 ans, les collectivités autochtones furent contraintes de renoncer à leur liberté. À l’extermination des hardes de bisons s’ajoute le regroupement des communautés autochtones en réserves. Daschuk souligne l’indifférence complète du Dominion à l’égard des conditions de vie déplorables des Indiens des Plaines. À titre d’exemple, alors que la famine ravage les populations autochtones de l’Ouest et augmente leurs besoins urgents en soins de santé, le premier ministre du Dominion et ministre des Affaires indiennes, John A. MacDonald, abandonne la politique médicale à l’égard des peuples autochtones, notamment pour des motifs d’ordre économique. Daschuk précise que le gouvernement du Dominion …