Comptes rendus

The Development Dance: How Donors and Recipients Negotiate the Delivery of Foreign Aid, Haley J. Swedlund, 2017, New York, Cornell University Press, 188 p.

  • Charles Oriol

…plus d’informations

  • Charles Oriol
    École nationale d’administration publique Québec, Canada, École nationale d’administration et de politiques publiques, Port-au-Prince, Haïti

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès

Les travaux publiés sur l’aide au développement mettent généralement l’accent sur les conditionnalités asymétriques, les constats d’inefficacité, de non-durabilité et d’échec qui caractérisent les coopérations Nord/Sud. Il est très rare de voir des recherches s’attarder sur les causes profondes de ces résultats connus d’avance. Négocier l’aide étrangère, c’est comme danser le tango. Pour le faire, il faut être deux, un meneur (donateurs) et un mené (bénéficiaire) : il faut un dialogue d’invitation à danser (dialogue diplomatique, technique et de politiques publiques), une piste (niveau institutionnel), une mélodie entraînante (Plan stratégique de développement national), et le meneur mène la danse à sa convenance. C’est en fonction de cette rhétorique qu’Haley J. Swedlund se propose de décrire et d’analyser la crédibilité des engagements pris par les parties prenantes dans les négociations relatives à la distribution de l’aide au développement. Son travail vise à démontrer que les échanges préalables à l’aide étrangère ne peuvent générer que des engagements mutuels non crédibles, lesquels sont responsables de l’inefficacité, de l’inconsistance et du caractère labile de ladite aide. D’où son souci de comprendre comment se passent ces négociations. En quoi affectent-elles les choix relatifs à l’octroi de l’aide ? Et qu’est-ce qui peut déterminer la durabilité des mécanismes de donation ? L’auteure définit le mécanisme de donation comme étant le moyen par lequel une quantité donnée d’aide étrangère est livrée par un donateur à un pays bénéficiaire, à la suite d’un processus de négociation incessant. Elle présente aussi une typologie des donateurs (officiels ou privés), car la crédibilité des compromis négociés peut reposer sur celle-ci. L’image de la danse qu’elle met de l’avant pour appuyer son argumentation se justifie tant par les approches théoriques qu’elle développe que par le cadre expérimental choisi. Swedlund démontre que l’aide étrangère est volatile, fongible et labile. C’est pour cela qu’elle vante les vertus des règles institutionnelles comme seuls garde-fous capables de contraindre les parties prenantes à respecter leurs engagements. En l’absence de telles règles, il est presque impossible pour les deux parties engagées dans une relation d’aide de tenir des engagements crédibles et durables tant l’échiquier politique et le cadre socioéconomique sont changeants et imprévisibles. Pour tester son hypothèse, Swedlund a privilégié une base de comparaison complexe (le traçage des processus) en organisant une enquête transnationale, de 2009 à 2015, dans quatre pays d’Afrique subsaharienne qui sont en décollage économique. Les résultats des analyses documentaires et des entrevues montrent que l’Ouganda, la Tanzanie, le Rwanda et le Ghana ont réussi leur décollage, non pas grâce à l’aide fondée sur des engagements non crédibles, mais grâce à une exploitation autonome de leurs ressources naturelles intérieures et à un virage vers une nouvelle philosophie de coopération. L’enquête de Swedlund révèle que plus de 16 milliards de dollars promis dans le cadre de l’aide internationale à l’échelle mondiale n’ont pas été décaissés. De 1995 à 2005, un écart de 2 % est constaté entre les promesses d’aide et les montants réellement décaissés en Afrique. Forte de ce constat, Swedlund présente dans les derniers chapitres des pistes alternatives en termes de mécanismes modernes pour une meilleure gestion de l’aide internationale. En effet, en raison des motifs d’insatisfaction générés par la gestion de l’aide dans le cadre de projets gérés exclusivement par des ONG d’une part, et à travers des programmes coordonnés par les gouvernements d’autre part, les parties prenantes se sont entendues pour coopérer sur les nouvelles bases que sont l’appui budgétaire et l’aide basée sur les résultats. D’un côté, l’appui budgétaire, en tant que mécanisme de financement intégré des programmes publics du gouvernement par les donateurs à travers le budget national, accordait l’autonomie …