Comptes rendus

Diagne (Souleymane Bachir), Léopold Sédar Senghor. L’art africain comme philosophie. Essai. Paris : Riveneuve éditions, 2007, 166 p. – ISBN 978-2-914214-18-6[Notice]

  • Daniel Delas
Notes bibliographiques Diagne (Souleymane Bachir), Léopold Sédar Senghor. L’art africain comme philosophie. Essai. Paris : Riveneuve éditions, 2007, 166 p. – ISBN 978-2-914214-18-6. Philosophe sénégalais, S.B. Diagne se propose, dans ce court essai, de soumettre à un examen critique précis la philosophie de Senghor pour en faire une évaluation plus juste parce que plus nuancée et mieux informée. Ce qui impose d’abord de la débarrasser des vêtements inadéquats dont on l’a affublée : la négritude vue comme un « racisme anti-raciste » de Sartre, véritable « baiser de la mort », selon la formule de S.B. Diagne, escamotant derrière la dialectique hégélienne l’importance de l’apport « nègre », la négritude différentialiste et essentialiste de Lévy-Bruhl, dont Senghor n’a jamais endossé totalement les propositions. La philosophie de Senghor prend en réalité sa source dans l’humanisme bergsonien – l’être est mouvement vital et non immobilité – et affirme que l’art est connaissance et que le métissage en est la loi. D’une lecture aisée, c’est là un essai bien documenté, honnête et fin.  Daniel Delas