La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Articles

Introduction à l’approche critique et culturelle de l’espace[Notice]

  • Brian Rusted

…plus d’informations

Tout au long des pages d’ouverture de son étude de 1991 sur Calvert, Terre-Neuve, Gerald Pocius argumente son point de vue distinctif sur les liens entre la culture matérielle et l’espace. Bien que A Place to Belong soit basé sur plusieurs décennies de recherches sur la culture matérielle de Terre-Neuve, Pocius établit clairement qu’il ne s’inscrit pas dans la tendance consistant à dissocier, dans les recherches en culture matérielle, certains types d’objets et d’artefacts des activités spatiales et sociales qui leur confèrent un sens. Dans le but d’aborder « l’ethnographie de l’espace culturel » (1991:11), il a dû « commencer par l’espace et découvrir les relations sociales que chaque objet nourrit à l’intérieur de cet espace » (8). À quoi aboutit une telle ethnographie de l’espace culturel ? Pocius est sans équivoque : inverser la relation analytique entre la culture matérielle et l’espace constitue un modèle d’investigation pour la production sociale de paysages vernaculaires et pour l’organisation spatiale de la consommation. Le résultat donne au lecteur l’aperçu d’un dialogue incessant entre la tradition et la modernité. Calvert n’est pas dépeinte comme une communauté traditionnelle dégringolant inéluctablement sur la route de la modernité, non plus que Pocius ne se contente de révéler les caractères désuets d’une marginalité géographique. Pocius démontre comment les gens s’approprient le présent dans l’articulation sans rupture de leur conception de l’ordonnancement spatial. Il révèle également les conséquences relatives à la perte du sens de l’espace et de ses exigences sociales. Ce modèle de recherche lui permet de s’avancer dans une direction que l’on aurait identifiée il y a une dizaine d’années comme un espace postmoderne dans la représentation. La même année qu’était publié A Place to Belong, Rob Shields faisait paraître Places on theMargin, compilation de ses essais où il appliquait des traditions critiques de recherche à un certain nombre d’études de cas sur l’espace. En examinant certaines situations topographiques telles que le Nord canadien ou la plage de Brighton, Shields explore la manière dont de tels espaces acquièrent une signification sociale et circulent en tant que représentations. Shields utilise l’expression « spatialisation sociale » pour décrire cette combinaison discursive des représentations spatiales. En s’éloignant de l’importance disciplinaire que Pocius accorde à la culture matérielle et au paysage vernaculaire, Shields considère cette approche de l’espace comme une contribution à « la géographie humaine, la psychologie environnementale et la sémiotique » (11), puisqu’il se réfère à la sociologie et à l’anthropologie pour aborder la définition sociale de l’espace. Cependant, lui aussi estime que les recherches antérieures ont contribué à faire en sorte que l’espace soit analysé en tant qu’ « assemblages d’objets privés de contexte » (26). Shields ne se dirige pas vers une ethnographie de l’espace culturel. S’inspirant de Lefebvre, il se tourne, au contraire, vers « la réception, émise culturellement, des représentations d’environnements, de lieux, de régions, qui “flottent dans la société, comme des idées dans l’air ambiant” » (14). Pourquoi se servir de ces ouvrages pour introduire ce numéro thématique ? Je me suis attardé sur cette comparaison pour plusieurs raisons. D’abord et avant tout, Pocius et Shields donnent une idée de l’étendue du champ des recherches sur l’espace qu’abordent les recherches individuelles de ce numéro. Leurs publications concurrentes, il y a une dizaine d’années, sont l’indicateur du ferment créatif à l’oeuvre dans plusieurs champs disciplinaires qui s’attaquent au concept d’espace. Ils illustrent le large courant interdisciplinaire qu’a eu, et que continue d’avoir, la recherche culturelle sur l’espace. De tels travaux savants vont de l’étude ethnographique des pratiques quotidiennes (portant surtout sur le folklore, la culture matérielle, la géographie culturelle et les …

Parties annexes