Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Comptes rendusReviews

Le Peuple métis de la Boréalie. Évocation des textes fondateurs. Par Russel Bouchard. (Québec, Éditions Cornac, 2008. Pp. 109, ISBN 13 : 978-2-89529-132-9)

  • Anne Pelta

…plus d’informations

  • Anne Pelta
    Université Laval

Corps de l’article

Dans ce livre, Russel Bouchard présente les principaux textes fondateurs qui ont façonné l’histoire économique, sociale et démographique du Saguenay et qui ont ainsi marqué l’ethnogenèse des Métis de la Boréalie. Les recherches extensives auxquelles se livre l’auteure sur l’histoire des Métis du Saguenay ont déjà mené à la publication de plusieurs autres ouvrages depuis le printemps 2005 (Quand l’Ours Métis sort de sa ouache, La longue marche du peuple oublié, Le Peuple métis de la Boréalie. Un épiphénomène de civilisation, Lacommunauté métisse de Chicoutimi). Ces recherches prennent une résonance particulière puisque les Métis de la Boréalie mènent actuellement une bataille juridique pour la reconnaissance de leurs droits et de leur territoire ancestral. Cette lutte est également étroitement liée à — et accompagne d’une certaine façon — l’éveil identitaire des communautés métisses du Saguenay.

Le point de départ de cet éveil et de cette lutte, Russel Bouchard l’attribue aux négociations que le gouvernement a entreprises dès l’an 2000 avec les Innus de Mashteuiatsh, d’Essipit, de Betsiamites et peu après de Nutashkuan ; le texte issu de ces négociations est mieux connu sous le nom d’Approche Commune. Il devait mener à la signature d’un accord qui devait prendre la forme d’un traité historique. Le gouvernement n’avait pas prévu de consulter les autres occupants du territoire. Ceci témoignait de ce que le gouvernement ne reconnaissait pas les Métis comme un peuple autochtone, culturellement distinct, avec lequel il se devait de négocier. Les communautés se revendiquant à l’heure actuelle comme métisses ont perçu ce geste comme une « agression » (7), provoquant d’abord une réaction très forte dans la région, réaction relayée par la presse locale, ainsi qu’une prise de conscience collective, ayant éveillé selon l’auteure un « instinct de survie », la prise de conscience de la nécessité de défendre leurs droits et leurs terres en tant que Métis. En entamant cette lutte juridique, les Métis se sont réveillés, pour reprendre l’image de l’auteure, de leur long sommeil, un sommeil provoqué par des décennies de lois et de traités niant leur identité distincte. Bouchard revient aussi sur l’importance du jugement Powley, rendu en 2003 par la cour suprême du Canada, et qui donne aux communautés de nouvelles armes — en même temps qu’il pose de nouveaux défis — pour revendiquer leur statut de métis en établissant les critères auxquels elles doivent désormais répondre. Russel Bouchard insiste cependant sur l’exigence de ces critères et sur la difficulté de produire la « preuve historique » exigée compte tenu de la diversité et de la grande mobilité des communautés en question ainsi que de la longue période de temps dont il faut faire état.

Sur cette toile de fond, Russel Bouchard présente dix textes, pour la plupart des documents légaux, des extraits de traités et un nombre important de cartes qui marquent les étapes décisives de l’ethnogenèse des Métis de la Boréalie, depuis les premières interactions entre Euro-Canadiens et Autochtones jusqu’à aujourd’hui. Le recueil de textes s’ouvre ainsi sur le début de la Traite de Tadoussac, un tournant important dans l’histoire économique et démographique de la région. Il s’intéresse ensuite au traité de Ryswick (1697) par lequel la France consolide sa présence dans la Baie d’Hudson, avant d’examiner les incidences du traité d’Utrecht. Il est ensuite fait mention de la Capitulation de Montréal, de la Proclamation Royale, puis de documents plus récents tels que des extraits du rapport final de la Commission Royale sur les Peuples Autochtones qui, bien que n’étant pas un document légal en tant que tel, offre un certain nombre de recommandations quant aux politiques et aux façons d’aborder les questions liées à l’identité, aux droits, au devenir des Autochtones du Canada. Les Métis du Québec y sont décrits comme « une présence que l’on ne peut ignorer » (94). Le recueil se termine par le jugement Powley et ses principales implications pour les Métis à l’heure actuelle.

Cet ouvrage offre un panorama des principales étapes de l’ethnogenèse des Métis de la Boréalie de façon claire et synthétique. Chacune de ces étapes est présentée avec des citations d’époque, souvent illustrée de cartes, puis mise en perspective par l’auteure qui insiste sur les conséquences que ces documents ont eues dans l’histoire des Métis de la Boréalie. Ce livre permet au lecteur de mieux comprendre les enjeux réels de la lutte juridique menée par ces derniers. Cette lutte constitue dans le même temps le principal canal par lequel s’exprime leur éveil identitaire.