Inventions et innovations dans le monde des affaires et des sciences[Notice]

  • Reuven Brenner

Inventions et innovations dans le monde des affaires et des sciences

REUVEN BRENNER

Quand vous cédez aux pressions de vos pairs,

vous vous rabaissez à leur niveau.

Quand vous affirmez vos propres convictions,

vous hissez vos pairs à votre niveau.

Si vous êtes solidaire de la foule, vous n'irez pas

plus loin que la foule.

Et quand bien même 40 millions d'individus

croiraient à une idée stupide, c'est toujours une

idée stupide...

Par conséquent, si vous êtes convaincu qu'une

chose est bonne, honnête et intelligente,

défendez-la.

Peut-être vos pairs deviendront-ils intelligents

et suivront-ils la voie que vous leur indiquerez.

Réclame publicitaire de la United Technologies Inc., The Wall Street Journalx.

1. Cet article est la version abrégée du chapitre V de l'ouvrage de Reuven Brenner, Rivalry; in Business, Science, among Nations, Cambridge, Cambridge University Press, 1987. Nous remercions l'éditeur d'autoriser la reproduction de la traduction de ce chapitre dont Cambridge University Press se réserve les droits. La reproduction partielle de l'article de même que sa diffusion sous forme électronique, mécanique, de photocopies ou autrement sont interdites sans l'accord préalable de l'éditeur.

Études françaises, 26, 3, 1990

52 Études françaises, 26, 3

Nous nous proposons d'examiner ici les conditions qui amènent certaines personnes à parier sur des idées nouvelles (dans tous les domaines) et la probabilité que d'autres personnes adoptent ou rejettent ces idées. Les questions que nous voulons soulever sont simples : par définition, parier sur de nouvelles idées suppose l'abandon des comportements habituels. Qu'est-ce qui pousse alors certaines personnes à agir ainsi et qu'est-ce qui détermine la réaction du reste de la société à l'égard de ces personnes?

On sait déjà que la pression de la compétition et la présence constante de rivaux conduisent certaines personnes à mettre de côté leurs manières de voir habituelles et sont à l'origine d'inventions et d'innovations. On aurait tort cependant de conclure aussitôt que c'est de la seule compétition, sans aucun autre élément incitatif, que jaillit l'étincelle. Il existe un bon nombre d'autres facteurs susceptibles de bousculer la routine des individus et de conduire à une attitude innovatrice. Afin de maintenir notre propos dans des limites raisonnables, nous examinerons la nature de quelques-uns seulement de ces «chocs». Bien qu'il emprunte des exemples à la littérature, cet article insiste donc sur l'émergence de certaines idées nouvelles dans le monde des affaires et des sciences, de même que sur les réactions qu'elles ont provoquées.

Dans le monde moderne, la stupidité ne signifie pas l'ignorance, mais l'acceptation irréfléchie des idées reçues.

Milan Kundera

1. LA THÉORIE ECONOMIQUE ET LA CRÉATIVITÉ : DES MOTS À LA RÉALITÉ

Les mots

Bien qu'on n'ait décelé aucun lien entre la structure du marché et les innovations technologiques, un bon nombre d'études sur les innovations — études aussi bien théoriques qu'empiriques — ont exploré la possibilité de telles relations. Pourtant, même si les mots «innovation» ou «invention» apparaissent dans les titres de ces études, aucun des modèles théoriques traditionnels qui se proposent de traiter des innovations et des inventions ne le fait vraiment. Tous, en effet, avouent leur impuissance à cerner aussi bien la créativité humaine que le désir qu'ont certaines personnes d'oser adopter un comportement hors du commun. Du reste, que sont !'«invention», !'«innovation» ou le «changement technologique», sinon d'abord les idées nouvelles de quelques individus et leur capacité de les mettre à exécution?

On élude cette question essentielle pour une raison fort simple qui repose sur le postulat inébranlable ...