Le transport de l’obélisque du Vatican[Notice]

  • Richard Hemphill

Le transport de l'obélisque du Vatican

RICHARD HEMPHILL

Les obélisques sont si majestueux qu'on ne peut songer à rien déplus imposant, ou de plus ancien, ou qui suscite autant de transports d'admiration chez les hommes. Qu'admire-t-on le plus en eux? L'inventeur ou l'invention elle-même? L'artisan qui les a taillés et qui les a dressés, ou l'artiste qui en a conçu la forme, ou encore le roi qui en a commandé l'exécution?1

Le transfert de l'obélisque du Vatican par Domenico Fontana de son emplacement originel à côté de la vieille sacristie de Saint-Pierre à son emplacement actuel, à 260 mètres à l'est, sur la place devant la cathédrale, constitue sans doute un des exploits de génie civil les plus ambitieux de l'Italie de la fin de la Renaissance et un de ceux sur lesquels on possède le plus de documentation.

On croit que l'obélisque du Vatican provient de Syene (aujourd'hui Assouan, à seize kilomètres environ au nord du lac Nasser sur la rive droite du Nil), et qu'il a été taillé au XVIIIe avant Jésus-Christ. Il est en granit rouge et mesure 25,36 mètres de haut. En 37 avant Jésus-Christ, selon Pline, il fut transporté d'Egypte à Rome; plus tard, sous le règne de Caligula, il devait être érigé sur la spina, au centre du cirque

1. Extrait de Pétri Belonii Cenomani, De admirabili operum antiquorum et rerum suspiciendarum proestantia liber primus, Paris, 1553, ff. 6vo, 7ro.

Études françaises, 26, 3, 1990

112 Études françaises, 26, 3

de Néron sur le Campus Vaticanus. Alors que d'autres ornements de ce type furent détruits au Moyen Âge, à cause de leur double relation avec la Rome et l'Egypte païennes, on conserva celui-ci en vertu de la signification particulière qu'il avait prise dans la tradition chrétienne. On appelait cet obélisque l'aiguille de Saint Pierre, du nom de l'apôtre qui fut martyrisé à Rome sous le règne de Néron vers 64 après Jésus-Christ. La tradition veut que saint Pierre ait été crucifié la tête en bas, «inter dues metas» (entre deux pyramides), c'est-à-dire dans le cirque de Néron sur le Campus Vaticanus, près de l'emplacement originel, à Rome, de l'obélisque du Vatican. Les sites du martyre et de la sépulture de saint Pierre déterminèrent l'emplacement de la cathédrale, d'où la signification particulière de cet obélisque. Sous le pontificat de Nicolas V (1447-1455), dans le plan de rénovation et de reconstruction du Vatican, qui était redevenu le siège permanent de la papauté en 1449, il fut proposé de déménager l'obélisque à un endroit plus important, devant la cathédrale, où il déterminerait un des centres visuels de la cité. Il devait être soutenu par des statues des Evangélistes et surmonté par une statue dorée du Christ. Ce projet de Nicolas V fut abandonné mais fréquemment repris par divers architectes au cours du siècle suivant. En 1583, après avoir étudié le problème pendant près de trente ans, Camillo Agrippa, l'un des principaux promoteurs du transport de l'obélisque, présenta au pape Grégoire XIII un opuscule intitulé Trattato di Camillo Agrippa di trasportar la guglia in su la piazza di San Pietro. Grégoire XIII jugea irréalisable ce projet d'Agrippa; mais il avait frappé l'imagination du cardinal Felice Peretti de Montalto qui devait bientôt devenir pape, le 24 avril 1585, sous le nom de Sixte-Quint.

Le 24 août, quatre mois seulement après son accession à la papauté, Sixte-Quint forma un comité chargé d'étudier le problème du transport ...