Recensions

Tuborg, Hanne et Birger Sandell 1999 Paleo-Eskimo Settlement in Scoresby Sund, Northeast Greenland, Copenhague, Danish Polar Center, 149 p., ill., bibl.[Notice]

  • Patrick Plumet

…plus d’informations

  • Patrick Plumet
    Département des sciences de la terre et de l’atmosphère
    Université du Québec à Montréal
    Montréal, Canada

Cette publication rend compte de plusieurs saisons de reconnaissances archéologiques dans une région relativement limitée du milieu de la côte orientale du Groenland, mais qui s’étend sur quelques centaines de kilomètres. Cette région était restée jusque-là en grande partie ignorée des archéologues, mais non des ethnologues. Les recherches dont rend compte cette publication sont d’ailleurs le fruit de la persévérance d’un couple d’ethnologues danois qui s’est intéressé à l’archéologie après s’être intégré, à partir de 1971, à la vie quotidienne d’une communauté de chasseurs dans la région de Scoresbysund pour en étudier l’organisation sociale et les conditons de chasse. Dès 1980, les deux ethnologues se font déposer en hélicoptère avec deux mois de vivres aux endroits d’où ils entreprennent pendant l’été, parfois à leurs frais, des reconnaissances archéologiques systématiques en canot, pagayant autour de la Terre de Jameson, dans les fjords et le long des côtes de part et d’autre de Scoresby Sund. La Terre de Jameson est délimitée au sud et à l’ouest par Scoresby Sund et son prolongement vers le nord, et à l’est par la mer qui la pénètre par de nombreux fjords. C’est une région peu habitée aujourd’hui, particulièrement sauvage, accidentée et austère, mais qui ne manque pas d’attraits pour ceux qui aiment ce genre d’environnement. Les conditons atmosphériques y sont instables en raison du foehn qui peut subitement élever la température en hiver et causer des dommages à la faune. Par contre les polynies, surtout la plus grande qui se maintient tout l’hiver à l’embouchure de Scoresby Sund, rendent cette région attirante pour les chasseurs. Les reconnaissances, entreprises au départ dans le prolongement d’un inventaire archéologique préalable à l’exploration pétrolière de Scoresby Sund, révélèrent surtout d’abondants vestiges de l’occupation néoesquimaude, les plus visibles. Ceux qui témoignent du Paléoesquimau, période encore mal attestée jusqu’alors dans la moitié sud de la côte orientale, n’apparurent ou ne furent reconnus qu’après plusieurs années de reconnaissances. Comme ils contribuent à combler une lacune des connaissances sur la préhistoire du Groenland, et par extension de l’Arctique oriental, c’est à eux qu’est consacré le rapport de Hanne Tuborg et Birger Sandell. Le rapport s’ouvre par une courte, mais suffisante, introduction géographique qui présente au lecteur le paysage, le climat, les ressources en faune, en bois flotté et en minéraux de la région étudiée. Elle est suivie d’un bref historique des recherches archéologiques, qui est l’occasion de résumer le cadre des connaissances à l’échelle du Groenland et de situer les problèmes. Ensuite, dans la partie principale (III), viennent les descriptions des reconnaissances et des sites identifiés ainsi que de leur contenu. Le lecteur est d’abord emmené le long de la côte, au sud de l’embouchure de Scoresby Sund, ensuite dans trois fjords qui s’ouvrent à plus de 100 km au nord de cette embouchure, puis au fond de Scoresby Sund, à l’embouchure des fjords secondaires qui débouchent dans celui-ci, et le long de la partie intérieure, ouest et sud, de la Terre de Jameson, enfin autour de l’extrémité nord de l’embouchure de Scoresby Sund. Ce système de fjords couvre une superficie de 38 000 km2, ce qui donne une idée de l’ampleur de ces reconnaissances, qui n’en sont pas moins intensives, même si elles laissent des régions inexplorées, surtout à l’intérieur des fjords. Chaque région et souvent les sous-régions font l’objet de cartes schématiques qui accompagnent la présentation du milieu et permettent de localiser les sites. Les sites importants font également l’objet de schémas qui en indiquent la topographie et la localisation des vestiges. Pour chaque site nous est livrée, sans détail inutile, une description de son environnement, de sa géomorphologie, …