Thèses / Dissertations

Corps de l’article

BAGG, Shannon, 2006 Artists, art historians, and the value of contemporary Inuit art, Ph.D., Queen’s University, Kingston, 217 pages.

Economics are a defining feature of contemporary Inuit art. Nonetheless, financial considerations receive little, if any, serious attention by art historians who study the artform. On whose terms have the value and meaning of contemporary Inuit art taken shape? This dissertation explores the tension between how Inuit artists define themselves as artists and their work as art, and how contemporary Inuit art and its makers are represented in the South. The purpose of this study is not only to determine how the concept of art in the North differs from that in the South, but to identify the actual process by which contemporary Inuit art “moves” from one context to the other, gaining and losing meaning along the way. This process, although not entirely mediated by southern agents, reproduces existing power relations that obscure the actual social—and cultural—conditions of production in favour of Western notions of creativity and innovation. By juxtaposing the perspectives of prominent Cape Dorset artists with a critical examination of the treatment of contemporary Inuit art at the National Gallery of Canada and the Canadian Museum of Civilization, this dissertation demonstrates how the artistic and cultural values of Inuit are eclipsed by Western art philosophies and museological practices in the southern art field.

Artistes, historiens de l’art, et la valeur de l’art contemporain inuit, Ph.D., Queen’s University, Kingston, 217 pages.

Les aspects économiques sont une caractéristique définissant l’art inuit contemporain. Néanmoins, les considérations financières reçoivent peu, sinon aucune, attention sérieuse de la part des historiens qui étudient cette forme d’art. Selon les termes de qui la valeur et la signification de l’art inuit contemporain ont pris forme? Cette thèse explore le contraste entre la façon dont les artistes inuit se définissent comme artistes et définissent leur travail comme de l’art, et comment l’art inuit contemporain et ses créateurs sont représentés dans le Sud. L’objectif de l’étude n’est pas de déterminer comment le concept de l’art dans le Nord diffère de celui dans le Sud mais d’identifier le processus par lequel l’art inuit contemporain se transpose d’un contexte à l’autre, gagnant et perdant alors des significations. Ce processus, bien que pas entièrement négocié par des agents du Sud, reproduit les relations de pouvoir existantes qui obscurcissent les conditions socio-culturelles de la production à la faveur de notions occidentales de la créativité et de l’innovation. En juxtaposant les perspectives d’artistes proéminents de Cape Dorset à un examen critique du traitement de l’art inuit contemporain au Musée des beaux-arts du Canada et au Musée canadien des civilisations, cette thèse démontre comment les valeurs artistiques et culturelles des Inuit sont éclipsées par les pratiques philosophiques et muséologiques occidentales de l’art dans le Sud.

CLARK, Leigh, 2005 An historical and critical analysis of the development of education and teacher education in Nunavut, Ph.D., McGill University, Montreal, 392 pages.

This longitudinal qualitative case study of the Nunavut Teacher Education Program provides an account of the program’s growth and development, its strengths and its weaknesses, and possibilities for the future. Influenced by social constructivist theory, the dissertation includes interviews and personal experience as a participant observer within the program. In order to locate the program in its time and place, it is necessary to examine the nested contexts of traditional, colonial and post-colonial worlds from which and in which it has developed. Consequently, I begin by tracing the political and social development of Nunavut to its present day realities which are far from the often overly romantic view of the Canadian Arctic. I then outline the impact of colonialism upon the Inuit and their pre-contact traditional lifestyle before reviewing the growth and development of education. I commence with precontact traditional education and what it may have been like before describing the education experienced by Inuit, first from the missionaries, and then by the Federal government followed by the government of the Northwest Territories and finally by the government of Nunavut. Data for the study was collected, in part, from 50 interviews conducted predominately in Iqaluit, the location of the institutional program. The Nunavut Teacher Education Program (NTEP) is a key element in the development of education in the territory. There are therefore great expectations put on the program, expectations that may exceed its ability to fulfil them.

Une analyse historique et critique du développement de l’éducation et de l’éducation des enseignants au Nunavut, Ph.D., McGill University, Montréal, 392 pages.

Cette étude de cas longitudinale et qualitative du Programme d’éducation pour enseignants du Nunavut présente l’histoire de sa croissance et de son développement, ses forces et ses faiblesses, ainsi que ses futures possibilités. Influencée par la théorie sociale constructiviste, cette thèse intègre des entrevues et une expérience personnelle comme observateur participant dans ce programme. Afin de situer le programme dans le temps et l’espace, il est nécessaire d’examiner les contextes des mondes traditionnels, coloniaux et post-coloniaux où il s’est développé. En conséquence, je récapitule le développement politique et social du Nunavut jusqu’à ses réalités contemporaines qui sont loin de la trop souvent romantique vision de l’Arctique canadien. Puis je résume l’impact du colonialisme sur les Inuit et leur style de vie traditionnel d’avant le contact pour ensuite décrire le développement de l’éducation. Je commence par l’éducation traditionnelle et ce qu’elle a pu être puis me concentre sur celle imposée aux Inuit, d’abord par les missionnaires, ensuite par le gouvernement fédéral, puis celui des Territoires du Nord-Ouest et enfin, celui du Nunavut. Les données de cette étude furent recueillies en partie grâce à 50 entrevues menées principalement à Iqaluit, le lieu de ce programme institutionnel. Le Programme d’éducation pour enseignant du Nunavut est un élément clé dans le développement de l’éducation de ce territoire. Il y a donc beaucoup d’attentes face à ce dernier, des attentes qui pourraient excéder son habilité à les réaliser.

FUNK, Caroline L., 2005 Evolutionary and cognitive influences on hunter-gatherer settlement location in the Yukon-Kuskokwim Delta of Alaska, Ph.D., The University of Wisconsin, Madison, 339 pages.

Hunter-gatherers make decisions with influences from evolved and/or cognitive goals. The influence of goals during site placement decisions results in settlement patterns. In this dissertation historic Yup’ik seasonal settlement patterns were compared to expectations derived from evolutionary and cognitive models. To identify the operation of evolved goals, an OFT risk model was employed to predict seasonal site placements. Horn’s model and a site catchment model also were utilized to predict site locations. Site locations were compared to a locally specific model of seasonally preferred resources to identify the influence of cognitive goals. The study included 101 historic period (AD 1880s-1910s) archaeological sites in the vicinity of Cape Romanzof on the Yukon-Kuskokwim Delta of Alaska. Historic Yup’ik used these sites as camps and villages. The sites were investigated as part of the United States Bureau of Indian Affairs Alaska Native Corporation Settlement Act (ANCSA) 14(h)(1) project. Oral histories resulting from the ANCSA investigations provided social and subsistence data for each site. Resource maps were developed with data from biological and subsistence reports, and placed into a GIS. Subsistence resources were qualitatively ranked for predictability, abundance, size and desirability. These ranks, along with the archaeological settlement pattern data, physical landscape characteristics and resource distributions, were used for model expectation development and analysis. Expectations based in evolutionary models were not consistently met. Horn’s model failed to accommodate the variation in site placements. The site catchment model, which included the expectation that sites were placed in close proximity to the maximum number of resources, was not upheld. The OFT risk model was not always upheld, and deviations in site location patterns suggest that rather than acting to maximize or minimize risk throughout the seasons, historic Yup’ik placed sites in positions that always minimized resource risk. From the cognitive perspective, historic Yup’ik placed sites in proximity to preferred resources in each season. Locally preferred resources formed sets of low risk resources. Therefore, historic Yup’ik selected sites to minimize risk throughout the seasons, and preferred low risk resources. Thus, both evolved risk goals and local cognitive goals were operating during site placement decision making.

Les influences évolutionnistes et cognitives sur la localisation des établissements de chasseurs-cueilleurs dans le delta Yukon-Kuskokwim de l’Alaska, Ph.D., University of Wisconsin, Madison, 339 pages.

Les chasseurs-cueilleurs prennent des décisions influencées par des buts évolutifs et/ou cognitifs. L’influence de ces buts lors de décisions pour l’emplacement d’un site résulte dans des schèmes d’établissements. Dans cette thèse, les schèmes d’établissements saisonniers des Yup’ik historiques ont été comparés aux attentes dérivées de modèles évolutionniste et cognitif. Afin d’identifier l’opération de ces buts évolutifs, un modèle de risque OFT fut utilisé pour prédire les lieux de sites saisonniers. Le modèle de Horn et un modèle de captage furent aussi utilisés pour prédire les localisations des sites. Ces dernières furent comparées à un modèle local spécifique de ressources saisonnières préférées afin d’identifier l’influence des buts cognitifs. L’étude inclut 101 sites archéologiques de la période historique (1880-1910) aux alentours du cap Romanzof du delta Yukon-Kuskokwim de l’Alaska. Les Yup’ik historiques utilisaient ces sites comme camps et villages. Les sites furent examinés lors du projet du United States Bureau of Indian Affairs Alaska Native Corporation Settlement Act (ANCSA) 14(h)(1). Les histoires orales résultant de cette étude sont la source des données sociales et de subsistance pour chaque site. Des cartes de ressources furent développées avec les données des rapports sur la biologie et la subsistance, et intégrées dans un système d’information géographique (GIS). Les ressources de subsistance furent classées qualitativement selon leur prévisibilité, abondance, taille et désirabilité. Ces classements, ainsi que les données archéologiques des schèmes d’établissements, les caractéristiques géographiques et la distribution des ressources, furent utilisés pour le développement et l’analyse d’un modèle d’attentes. Les attentes basées sur les modèles évolutionnistes ne furent pas constamment réalisées. Le modèle de Horn ne put accommoder la variation des emplacements de sites. Le modèle de captage, qui comprenait l’attente que les sites soient localisés à proximité du nombre maximal de ressources, ne fut pas confirmé. Le modèle de risque OFT ne fut pas non plus toujours confirmé et les déviations dans les schèmes d’établissements des sites suggèrent que plutôt que maximiser ou minimiser le risque à travers les saisons, les Yup’ik historiques placèrent leurs sites dans des endroits qui minimisèrent toujours le risque lié aux ressources. D’après la perspective cognitive, les Yup’ik historiques plaçaient leurs sites à proximité de ressources préférées à chaque saison. Les ressources préférées locales formaient des ensembles à peu de risque. Donc, les Yup’ik historiques sélectionnaient des sites afin de minimiser le risque à travers les saisons et préféraient les ressources à peu de risque. Ainsi, les buts évolutifs du risque et les buts locaux cognitifs étaient en opération lors du choix d’un site.

KURTZ, Matthew Andrew, 2005 Inscribing a rural economy in Alaska, 1938-1972, Ph.D., University of Kentucky, Lexington, 560 pages.

The material production of cultural and economic knowledge about Northwest Arctic Alaska saw rapid intensifications during the middle decades in the 20th century. The dissertation examines the inscription and mobilization of the archive itself as a cultural agent of fact production, and is preparatory to a larger project: an ethnography of the institutional archive in postwar Alaska. This was a period of rapid urbanization, of state formation, and of indigenous Iñupiat re-organization throughout the territory. The study outlines the spatialities that constructed, and were constructed by, manifest regional differentiations within Alaska and the scriptural economies which localized the peculiar instruments of statecraft—particularly, institutional archives—at key points in an evolving regional relationship, thereby giving a visibly scripted geography to Alaska’s cultures of neocolonialism. The study particularly concerns the formation and cementation of Northwest Arctic Alaska as a region between 1938 and 1972. It is composed of a series of pathways that examine the production of a region—conceptually and materially—in a way that avoids reifying the latter as a given object at the start of the analysis. It is structured into eight chapters, of which the first is an introduction to the major themes. The second chapter situates the theoretical objectives of the study by examining theory as a distinct object in scholarly enterprise. The third reviews literature about the “region” in northern studies and in geography. The fourth offers a snapshot of the current Northwest arctic region, framed within a discussion of genealogy as a methodological approach. The fifth, sixth, and seventh chapters offer vignettes of processes and events in the regionalization of Alaska. They examine three conceptual instruments—corporate organization, regional economy, government—through three illustrative projects: the production of the Alaska Development Corporations bill in 1940, the Alaska Rural Development Board’s regional studies in 1957, and the formation of the Northwest Alaska Native Association in 1966, respectively. The last chapter sketches the paradox of an ongoing project that I began—to build an oral-history archive in Kotzebue about tourists and tourism—in light of the historic instrumentalities of neocolonialism in Alaska.

Instaurer une économie rurale en Alaska, 1938-1972, Ph.D., University of Kentucky, Lexington, 560 pages.

La production de matériel en savoirs culturels et économiques sur l’Arctique nord-ouest de l’Alaska s’est intensifiée au milieu du 20e siècle. Cette thèse examine l’instauration et la mobilisation de ces archives comme agent culturel dans la production de faits et la préparation d’un projet plus large: une ethnographie d’archives institutionnelles dans l’Alaska de l’après-guerre. Durant cette période, il y eut une urbanisation rapide, la formation d’un état et la réorganisation territoriale des Inupiat. La présente étude trace un portrait des espaces qui ont construit, et furent construits par, les différences régionales à l’intérieur de l’Alaska. Ce portait inclut aussi les archives institutionnelles qui ont localisé les instruments spécifiques à l’étatisation à des moments clés d’une relation régionale en devenir, donnant ainsi une visibilité géographique aux cultures du néocolonialisme de l’Alaska. L’étude concerne particulièrement la formation et la cimentation de l’Arctique nord-ouest de l’Alaska en une région entre 1938 et 1972. Elle se compose d’une série de parcours qui examinent la production d’une région — conceptuellement et matériellement — d’une façon qui évite de réifier cette dernière comme un objet donné au début de l’analyse. Elle est structurée en huit chapitres, dont le premier est une introduction aux thèmes majeurs. Le second situe les objectifs théoriques de l’étude en examinant la théorie comme un objet particulier au milieu académique. Le troisième est une revue de littérature sur le concept de «région» dans les études nordiques et en géographie. La quatrième offre un portrait de la région contemporaine de l’Arctique nord-ouest encadré par une discussion sur la généalogie comme approche méthodologique. Les chapitres cinq, six et sept esquissent les processus et évènements de la régionalisation de l’Alaska. Ils examinent trois instruments conceptuels — l’organisation corporative, l’économie régionale, le gouvernement — à travers trois projets qui l’illustrent: la production de l’Acte du Développement des Corporations de l’Alaska en 1940, les études régionales de 1957 de la Commission du Développement Rural et la formation de l’Association Autochtone du Nord-Ouest de l’Alaska en 1966. Le dernier chapitre esquisse le paradoxe d’un projet que j’ai commencé — la construction d’archives en histoire orale à Kotzebue sur les touristes et le tourisme — à la lumière des instrumentalisations historiques du néocolonialisme en Alaska.

LABRÈCHE, Yves, 2005 Appropriation et conservation des ressources alimentaires chez les Inuit de Kangiqsujuaq-Salluit, Québec arctique: perspective ethnoarchéologique, Ph.D., Université de Montréal, 515 pages.

Cette étude ethnoarchéologique explore l’appropriation des ressources alimentaires chez les Inuit de Kangiqsujuaq-Salluit au Nunavik (Québec arctique). Elle a pour but de saisir dans quelle mesure la culture matérielle témoigne des stratégies de subsistance lors de situations de crise ou d’abondance et comment ces adaptations culturelles traduisent plus que de simples ajustements aux variations du milieu biophysique. Jusqu’à quel point l’appropriation saisonnière des ressources alimentaires affecte-t-elle le mode d’établissement? Inversement, le paysage construit et la distribution géographique des campements et des caches à nourriture influencent-ils le mouvement saisonnier des chasseurs, le cycle annuel de subsistance et d’autres aspects de la culture inuit? L’auteur propose deux aperçus de la région, de ses habitants et de ses ressources. La première esquisse présente le paysage selon les méthodes de l’archéologie et une vision externe et objective. La seconde, de type ethnogéographique, tente d’épouser le point de vue des Inuit. Subséquemment, une synthèse interprétative confronte les leçons tirées des deux domaines traités d’abord séparément et selon les méthodes appropriées. Cette synthèse permet de vérifier le degré de concordance entre les données archéologiques et ethnogéographiques et de proposer un modèle applicable à de nouvelles recherches. L’analyse porte sur des données récoltées lors de reconnaissances archéologiques et d’entrevues ethnographiques réalisées par l’auteur entre 1985 et 1995. D’autres sources ont été examinées afin de définir, à l’échelle humaine, soit celle du quotidien et du saisonnier, certains aspects de l’économie alimentaire qui échappent souvent à l’archéologie. Ces sources comprennent des répertoires toponymiques inuit, des savoirs ethnoécologiques et des reconstitutions ethnographiques de l’alimentation traditionnelle. L’analyse insiste sur les formes et les dimensions des habitations et des caches à nourriture et sur les vestiges qui témoignent de l’acquisition des ressources alimentaires, de la préparation des carcasses, de l’évacuation des restes de repas et de l’entreposage des denrées. L'étude porte sur des centaines de structures réparties sur une centaine de sites découverts dans des zones écologiques contrastées: côte et îles maritimes, estuaires et intérieur des terres. La thèse met en évidence un contraste remarquable entre la côte et l'arrière-pays. Les vestiges d'habitats d'hiver se trouvent principalement concentrés dans un secteur côtier très productif. Les habitats d'été, plus dispersés, se trouvent autant sur la côte qu'à l'intérieur des terres. Dans l’arrière-pays, leur répartition se limite généralement aux rives des principaux lacs et cours d’eau. Les données ayant trait au partage, au stockage et aux provisions, illustrent principalement la tradition néoesquimaude, plus récente et apparemment plus complexe que la tradition paléoesquimaude. Cependant, au terme de cette étude, il appert que les stratégies de conservation ont toujours été indispensables à la vie dans l'Arctique et qu’elles ont probablement été élaborées et mises en oeuvre par des groupes paléoesquimaux dès les temps les plus reculés.

Appropriation and preservation of food resources among Inuit of Kangiqsujuaq-Salluit, Arctic Quebec: An ethnoarchaeological perspective, Ph.D., Université de Montréal, 515 pages.

This ethnoarchaeological study investigates the appropriation of food resources among the Inuit of Kangigsujuaq-Salluit, Nunavik (Arctic Quebec). The study aims at understanding to what degree cultural materials reflect the subsistence strategies during episodes of crisis or affluence and how these cultural adaptations reflect more than mere adjustments to variations in the natural environment. To what extent the seasonal appropriation of food resources affects settlement patterns? Conversely, how do the human landscape and the actual distribution of camps and food caches influence the seasonal movement of hunters, the annual subsistence cycle and other aspects of Inuit culture? The author offers two depictions of the region, its inhabitants and resources. The first uses archaeological methods with external and objective lenses. The second employs ethnogeographic knowledge and approaches by adopting the Inuit perspective. Following this, an interpretative summary provides an assessment of the results obtained in each field of inquiry. At this stage, the synthesis serves to verify the degree of conformity between archaeological data and ethnogeographic information and to propose a model useful for future investigations. For the analysis, the author uses data obtained during archaeological surveys and ethnographic interviews conducted between 1985 and 1995. Additional sources were examined to identify human activities at a finer temporal scale and define aspects of dietary patterns that cannot be deciphered with the sole aid of archaeological methods. These sources include Inuit place names, ethnoecological knowledge and reconstructed traditional Inuit diet. Data analysis focuses on types and dimensions of habitations and food caches, and the material remains of food procurement strategies, butchering practices, disposal of food refuse and food storage. The study deals with hundreds of habitations and storage features from a hundred sites discovered in contrasted ecological zone types: coastal shoreline and islands, estuaries and the hinterland. The results indicate major differences between coastal and interior adaptations. Winter habitats are primarily concentrated in a highly productive coastal sector. Summer habitats are more widely scattered in both coastal and interior settings. In the hinterland, they are generally associated with the shoreline of major lakes and rivers. Available information on food sharing, storage and provisions primarily refer to the Neo-Eskimo tradition (Thule and Inuit), presumably more complex than the preceding Palaeo-Eskimo tradition. However, it is concluded that these subsistence strategies were vital at all time periods and it is very likely that they were originally developed and used by Palaeo-Eskimo groups during the earliest phases of human occupation of the Arctic.

LEE, David S., 2005 The ecological and social dynamics of Inuit narwhal foraging at Pond Inlet, Nunavut, Ph.D., McGill University, Montreal, 159 pages.

Research over the past several decades on the nature of Inuit hunting of narwhals has focused upon harvesting technologies and the traditional ecological knowledge of modern hunting of the species. However, as much as such work has contributed to our understanding of Inuit and narwhal interaction, less is known about contemporary Inuit hunting behaviour of narwhal. The research presented in this dissertation redresses this gap by providing a detailed behavioural description and analysis of the Inuit narwhal hunting in two critical environments utilized by the Inuit of Pond Inlet---those of the spring floe-edge and the summer open water. This information and its analysis are presented through three manuscripts. The first manuscript forms the analytical basis of the behavioural description by presenting through the use of a decision flow chart, the parameters that affect narwhal hunting. The second and third manuscripts explore different foraging strategies involved in several major decisions the Inuit typically face when pursuing narwhal at the floe-edge (Manuscript Two) and in the open water environment (Manuscript Three). The data pertinent to the major decision factors influencing actions in both environments were obtained through participant observation, supplemented by interviews with hunters and elders. The main results of this research pertain to the different, but complementary, strategies employed by Mittimatalingmiut (Pond Inlet Inuit) hunters during the floe-edge and ice free seasons, as well as during the transition between the two. Before break-up, the most frequent method employed in floe-edge and outpost camp hunts is an ambush or a sit-and-wait strategy. During the transition between floe-edge and complete open water, Pond Inlet Inuit utilized both sit-and-wait and pursuit hunting strategies to maximize their hunting opportunities.

Les dynamiques écologiques et sociales de l’appropriation du narval par les Inuit de Pond Inlet, Nunavut, Ph.D., McGill University, Montréal, 159 pages.

La recherche des dernières décennies sur la nature de la chasse au narval par les Inuit s’est concentrée sur les technologies d’appropriation et les savoirs traditionnels écologiques de la chasse moderne de cette espèce. Bien que ce travail ait contribué à notre compréhension de l’interaction entre Inuit et narvals, on connaît peu de choses sur le comportement des Inuit lors de la chasse contemporaine du narval. La recherche présentée dans cette thèse remplit cette lacune en présentant une description et une analyse détaillées du comportement des Inuit lors de la chasse au narval dans deux environnements critiques utilisés par les Mittimatalingmiut (Inuit de Pond Inlet) — celui de la banquise au printemps et celui de l’eau libre en été. Cette information et son analyse sont présentées en trois manuscrits. Le premier forme la base analytique de la description comportementale en présentant, avec l’aide d’un tableau de décisions, les paramètres qui affectent la chasse au narval. Le second et le troisième manuscrits explorent différentes stratégies d’appropriation impliquées lors de décisions majeures que les Inuit doivent prendre lorsqu’ils poursuivent le narval sur la banquise et dans l’environnement de l’eau libre. Les données pertinentes aux facteurs décisionnels majeurs qui influencent les actions dans les deux environnements furent obtenues par observation participante et lors d’entrevues avec des chasseurs et des aînés. Les principaux résultats de cette étude démontrent que des stratégies différentes, mais complémentaires, sont utilisées par les chasseurs mittimatalingmiut durant les saisons de la banquise et de l’eau libre de glace, ainsi que durant la transition entre les deux. Avant la débâcle, la plus fréquente méthode utilisée lors de la chasse sur la banquise et dans les camps éloignés est l’embuscade ou l’attente. Durant la transition entre la banquise et l’eau libre, les Inuit de Pond Inlet utilisent à la fois les stratégies d’attente et de poursuite pour maximiser les opportunités de chasse.

PELAUDEIX, Cécile, 2005 Modèles de temporalité et lieux du sens en histoire de l’art: Dessins et estampes (1959-2002) de l’artiste inuit Kenojuak Ashevak, Ph.D., Université Laval, Québec, 494 pages.

La linéarité du temps ne permet pas d’articuler de façon convaincante art et histoire. L’étude montre comment la création de l’estampe par des acteurs occidentaux, en Arctique canadien, au milieu du 20e siècle, reproduit le motif de l’origine et de la fin de l’art. En se basant sur une approche réticulaire (Warburg et l’hétérogénéité des images et du temps, modèle encyclopédique d’Eco et notion d’interprétant de Peirce) et sur l’iconologie analytique de Arasse, l’étude démontre ensuite que l’art graphique (1959-2002) de Kenojuak entremêle des éléments de représentation collectifs et des éléments issus d’un imaginaire personnel. Est notamment mis au jour un dispositif visuel (formant) de déploiement qui figure tarniq, composante de la personne reposant sur un principe de vitalité, dispositif aussi observé dans la sculpture, la tapisserie, les masques. L’étude montre enfin que la démarche est pertinente pour aborder, plus généralement, la singularité en histoire de l’art.

Temporality and space models of sense in art history: Drawings and prints (1959-2000) from the Inuit artist Kenojuak Ashevak, Ph.D., Université Laval, Québec, 494 pages.

The linearity of time does not allow to articulate in a convincing way art and history. This study shows how print creation by Western actors, in the mid 20th century of the Canadian Arctic, reproduces the motif of the origin and the end of art. Based on a reticulary approach (Warburg and the heterogeneity of images and time; Eco’s encyclopedic model; and Peirce’s notion of interpretant) and on the analytical iconography of Arasse, the study then demonstrates that the graphic art (1959-2002) of Kenojuak mixes elements of collective representation and those from a personal imaginary. The dissertation presents a visual device of display which includes tarniq, a constituent of the personhood based on a principle of vitality, the same device also used in sculpture, tapestry, and masks. The study also shows that this approach is pertinent to tackle, more generally, pecularity in art history.

SHADIAN, Jessica, 2006 Reconceptualizing sovereignty through indigenous autonomy: A case study of Arctic governance and the Inuit Circumpolar Conference, Ph.D., University of Delaware, Newark, 464 pages.

This dissertation examines the role of the Inuit Circumpolar Conference (ICC) as a case study for the ways in which non-state actors are changing previous conceptions of sovereignty in the study of International Relations. This dissertation explores the ways in which sovereignty, as demarcated by a territorially bounded state, is becoming only one dimension of a new locus of sovereignty. Legitimate sovereignty has been transferred from the sole discretion of the state to the domain of existing non-state and emerging institutions. As an institution, the ICC has attained both Arctic domestic and international power and influence. Yet, its legitimacy is derived through an ongoing historical narrative of what it means to be “indigenous” and “Inuit” within international politics. The dissertation focuses on three different yet overlapping levels of analysis. Specifically, these levels are 1) the domestic—Inuit political identity construction in Canada, Greenland, and Alaska; 2) the Arctic regional—the ICC in relation to the Arctic Council; and 3) the international—UN, international legal discourse. The ICC has attained legitimacy in a changing global system by espousing a certain discourse based on a narrative of the collective history of the Inuit—the myth of the “Arctic Inuit.” This myth, culminating with the Inuit as an Arctic indigenous transnational polity, has attained its authority and legitimacy through direct institutional ties to emerging international human rights discourse. The point is to illustrate how, in traversing all these levels of authority, the ICC has managed to make Inuit self-determination part of the very definition of sustainable development (Inuit stewardship over the Arctic); establish sustainable development as the dominant discourse of the Arctic; and ensure that sustainable development falls squarely under the broader issue of international human rights. In essence, this case study of the ICC demonstrates that, for “the Inuit,” sovereignty is exercised not through their ability to achieve statehood or as an NGO or intergovernmental institution, but through the legitimacy of their myth—or collective history within the realm of global politics—providing one example of the constitutive relationship between non-state institutions and the making of global agendas.

Reconceptualiser la souveraineté grâce à l’autonomie autochtone: Une étude de cas de la gouvernance arctique et de l’Inuit Circumpolar Conference, Ph.D., University of Delaware, Newark, 464 pages.

Cette thèse examine le rôle de l’Inuit Circumpolar Conference (ICC) dans une étude de cas sur les façons dont des acteurs n’appartenant pas à un même pays changent d’anciennes conceptions sur la souveraineté dans l’étude des relations internationales. On y explore comment la démarcation par un territoire lié à un État est en train de devenir seulement une des dimensions de la souveraineté. La légitimité de la souveraineté a été transférée de la seule discrétion de l’État au domaine d’institutions non-étatiques émergeantes. En tant qu’institution, ICC a atteint à la fois une force et une influence domestique et internationale dans l’Arctique. Cette légitimité dérive d’un discours historique continu de ce que veut dire être «autochtone» et «Inuit» en politique internationale. Cette thèse se concentre sur trois niveaux différents d’analyse qui se chevauchent. Spécifiquement, ils sont 1) le niveau domestique — la construction identitaire politique des Inuit au Canada, au Groenland et en Alaska, 2) le niveau régional de l’Arctiquela relation de ICC avec le Conseil de l’Arctique et 3) le niveau international — le discours légal et international de l’ONU. ICC a atteint une légitimité dans un système global en transformation en épousant un discours basé sur une histoire collective des Inuit — le mythe des «Inuit de l’Arctique». Ce mythe, culminant avec les Inuit comme entité politique d’autochtones transnationaux de l’Arctique, a atteint une autorité et une légitimité grâce à des liens institutionnels émergeants du discours international sur les droits humains. Ce point illustre comment, en traversant tous les niveaux d’autorité, ICC a réussi à inclure l’auto-détermination des Inuit dans la définition du développement durable (gestion inuit de l’Arctique), à établir ce dernier dans le discours dominant de l’Arctique et à s’assurer qu’il fasse partie de la question plus vaste des droits humains internationaux. En essence, cette étude d’ICC démontre que, pour «les Inuit», la souveraineté s’exerce non pas par leur habilité à devenir un État, une ONG ou une institution intergouvernmentale mais par la légitimité de leur mythe — ou histoire collective à l’intérieur de la politique globale. Ceci fournit un exemple de la relation constitutive entre les institutions non-étatiques et la construction des agendas globaux.

STEVENSON, Margaret Elizabeth, 2005 Life in question: Inuit youth, suicide and the Canadian state, Ph.D., University of California, Berkeley (with San Francisco State University), 282 pages.

Life in Question is an ethnographic account of the way knowledge about Inuit suicide is produced, and a phenomenological reflection on suffering and the hope for a “new life” among Inuit youth in the Canadian territory of Nunavut. I argue that in order to understand the pain experienced by Inuit youth amidst a suicide epidemic it is necessary to “think life differently” and to suspend, at least temporarily, the modern assumption that life is the highest good. Ultimately, refusing closure on the question of life allows us to witness and participate in forms of community that blur boundaries between life and death. Life in Question begins by documenting the way that Inuit elder suicide arose as a category in the early 20th century before the Inuit even considered themselves a distinct ethnic group. It highlights the shift that occurred after World War II as Inuit were incorporated into the Canadian national imaginary and Inuit death, rather than being a curiosity, began to require state intervention. A “regime of life” emerged that was supported by welfare programs, medical assistance and even resettlement plans. But in one of history’s uncanny reversals, as Inuit death rates were decreasing a suicide epidemic among Inuit youth erupted. The regime of life already in place began to attach itself to this new problem. Life in Question examines this discourse on life in the suicide prevention efforts of the State and in the everyday lives of Inuit youth. It asks how it became possible in modernity to care anonymously—not about a particular person, but about preserving a life. By foregrounding the experience of young Inuit within such a suicide “apparatus” it documents the complex ways Inuit think about the body, the person, and time, and shows that “life” cannot easily be abstracted from an Inuit cosmology in which the living and dead form part of the same community and “life” always exceeds the individual. To attend to the question of Inuit suicide is to rethink our current understandings of community and what it means to be able to mourn the death of another.

La vie en question: la jeunesse inuit, le suicide et l’état canadien, Ph.D., University of California, Berkeley (with San Francisco State University), 282 pages.

La vie en question est un récit ethnographique sur la façon dont les connaissances sur le suicide chez les Inuit sont produites et une réflexion phénoménologique sur la souffrance et l’espoir d’une «nouvelle vie» parmi les jeunes Inuit du Nunavut (Canada). On y propose que pour comprendre la souffrance vécue par les jeunes Inuit dans cette épidémie de suicides, il est nécessaire de «penser la vie différemment» et de suspendre, au moins temporairement, la supposition moderne que la vie est la meilleure des choses. Ultimement, refuser de clore le débat sur la question de la vie nous permet d’assister et de participer à des formes de la communauté qui embrouillent les frontières entre la vie et la mort. La vie en question commence en documentant comment le suicide chez les aînés inuit devint une catégorie au début du 20e siècle avant que les Inuit se considèrent eux-mêmes comme un groupe ethnique distinct. On y souligne aussi le changement qui se produisit après la Deuxième Guerre Mondiale lorsque les Inuit furent incorporés dans l’imaginaire national canadien et que la mort d’Inuit, plutôt qu’une curiosité, commença à demander une intervention de l’État. Un «régime de vie» émergea alors et fut supporté par des programmes de bien-être social, l’assistance médicale et même des plans de relocalisation. Par contre, d’une façon inattendue, alors que le taux de mortalité décroissait chez les Inuit, une épidémie de suicide fit éruption parmi leurs jeunes. Le régime de vie déjà en place commença à s’attacher à ce nouveau problème. La vie en question examine le discours sur la vie dans les efforts de prévention de l’État sur le suicide et dans la vie quotidienne des jeunes Inuit. On s’y demande comment il est devenu possible dans le monde moderne de prendre soin anonymement — pas d’une personne en particulier mais pour préserver une vie. En mettant au premier plan l’expérience de jeunes Inuit à l’intérieur du «dispositif» du suicide, on documente les façons complexes dont les Inuit pensent le corps, la personne et le temps pour montrer que la «vie» ne peut être facilement détachée de la cosmologie inuit dans laquelle les vivants et les morts forment une partie de la même communauté et que la «vie» dépasse l’individu. Pour s’occuper de la question du suicide chez les Inuit, il faut repenser notre compréhension de la communauté et ce que veut dire pleurer la mort d’un autre.

SUBRAMONY, Deepak Prem, 2005 The socio-cultural ramifications of technology-rich educational environments within the context of Inupiat Eskimo learners in a remote Alaskan Arctic community: An exploratory case study, Ph.D., Indiana University, Bloomington, 202 pages.

This is an ethnographic case study—conducted at a remote, resource-rich Inupiat Eskimo community in Arctic Alaska—that (a) examines the rapid development of technology-rich K-12 school environments in this community as part of broader socio-economic changes that have followed the relatively recent influx of abundant oil revenues into the regional economy; and (b) documents the impact of the Western product and process technologies embodied by these schools upon the socio-cultural consciousness of the native Inupiat students they seek to serve. This documentation involves conducting in-depth personal interviews, participant observations, and analysis of artifacts, with a view towards exploring how the meanings of technology use are being negotiated between Western teachers and administrators on the one hand, and Inupiat students on the other. The two distinct aspects to this negotiation that the study addresses include (a) the attempts of the former to reconcile their practices with the values, standards, and expectations of Inupiat students; and (b) the efforts of the latter to culturally appropriate the non-indigenous technologies being made available to them.

Les ramifications socio-culturelles d’environnements pédagogiques riches en technologie pour étudiants inupiat d’une communauté éloignée de l’Alaska arctique: Un cas d’étude exploratoire, Ph.D., Indiana University, Bloomington, 202 pages.

Il s’agit ici d’un cas d’étude ethnographique conduit dans une communauté éloignée de l’Alaska arctique riche en ressources. D’abord on y examine le développement rapide de la technologie de la maternelle au secondaire comme faisant partie de changements socio-économiques plus vastes qui ont suivi l’arrivée récente de revenus liés à l’exploitation du pétrole. Ensuite on y documente l’impact de ces technologies occidentales sur la conscience socio-culturelle des étudiants inupiat qu’elles doivent servir. Cette documentation comprend des entrevues, de l’observation participante et une analyse d’artéfacts, tout en explorant comment la signification de cette technologie est négociée entre les enseignants et administrateurs occidentaux d’une part et les étudiants inupiat de l’autre. Les deux aspects distincts de cette négociation incluent: a) les tentatives des premiers pour réconcilier leurs pratiques avec les valeurs, standards et attentes des étudiants inupiat et b) les efforts de ces derniers pour approprier culturellement les technologies non-autochtones qui sont à leur disposition.

WEXLER, Lisa Marin, 2005 Inupiat youth suicide: A critical ethnography of problem finding and response in northwest Alaska, Ph.D., University of Minnesota, Twin Cities, 296 pages.

Suicide is the leading cause of death for Native youth in northwest Alaska. The study invited youth, parents, professionals, and other community members to engage in dialogue about suicide and investigate possibilities for prevention. Data gathering techniques included focus groups, interviews, participant observation, surveys, chart review, and quantitative tracking of attempts, deaths and correlates. The data was used in an on-going manner to facilitate community-wide dialogue and action. The resulting critical ethnography focuses on how Native youth and adults make sense of Inupiat youth suicide, respond to it in everyday life, and organize to prevent it. This is considered in relation to Western assumptions embedded in standard suicide prevention knowledge. The discontinuities in meanings between these distinct narratives are explored to open new prevention possibilities.

Le suicide chez les jeunes Inupiat: Une ethnographie critique du problème et de ses réponses dans le nord-ouest de l’Alaska, Ph.D., University of Minnesota, Twin Cities, 296 pages.

Le suicide est la première cause de mort chez les jeunes autochtones du nord-ouest de l’Alaska. Cette étude a permis à des jeunes, des parents, des professionnels et d’autres membres de la communauté de dialoguer sur le suicide et de trouver des possibilités pour sa prévention. Les données furent recueillies lors de discussions de groupe, d’entrevues, d’observation participante, de sondages et dans une revue des statistiques. Elles furent utilisées afin de faciliter le dialogue et l’action communautaire. L’ethnographie critique qui en résulte se concentre sur comment les jeunes et les adultes interprètent le suicide chez les jeunes Inupiat, y répondent dans la vie de tous les jours et s’organisent pour la prévenir. Tout celà est considéré en relation avec les suppositions occidentales associées aux standards dans la prévention du suicide. Les discontinuités de significations entre les différents récits sont explorées afin de trouver de nouvelles possibilités de prévention.

WILMERDING, Mary Elizabeth Gesek, 2005 The culture sequence at the Nunik site, Chernabura Island, Alaska, Ph.D., Washington State University, Pullman, 448 pages.

The Nunik site (XSI-040) is located on the north end of Chernabura Island, the southernmost of the Shumagin Island group, located south of the Alaska Peninsula in the north Pacific Ocean. The site consists of more than 80 depressions. Over two field seasons we excavated a portion of a rectangular house and one of its side chambers. Eleven radiocarbon dates on charcoal indicate that four components of occupation were present in 1.8 meters of deposit. In this dissertation I provide a detailed description and analysis of faunal and lithic debris from all four components. The remains from Component 1 (110-40 BP) indicate that sea lions, harbour seals, sea otters, birds and fish were procured and butchered for consumption elsewhere. The stone tools and debitage support this interpretation as a special use campsite. The rectangular house in Component 2 (390-200 BP) was similar to houses elsewhere in the eastern Aleutians in the early contact period. A unique special use floor at the north end of the house provided a tantalizing glimpse of ceremonial customs. The faunal debris, stone tools and debitage contain a depauperate assemblage influenced by regular maintenance behaviour on the part of the inhabitants and a planned abandonment process. Component 3 (1500-400 BP) is not well understood, containing overlapping fire-related features and a small lithic assemblage. Component 4 (3660-3250 BP), known only through a 2 m x 1 m testpit, indicated occupation of Chernabura on the earliest exposure of north shore bedrock. Analysis of pollen samples from within the house depression provided an understanding of plant use by the Aleuts in Component 2 and their ancestors in Component 4. This research shows a strong sense of cultural continuity over the last 400 years with hints of potential continuity as far back as 3600 years. Lithic raw materials used at the Nunik site over the last 3600 years remained strikingly similar with the exception of obsidian and slate which did not appear until after A.D. 500 in Component 3. Plants used at the site also remained consistent over all four components.

La séquence culturelle du site Nunik, île Chernabura, Alaska, Ph.D., Washington State University, Pullman, 448 pages.

Le site Nunik (XSI-040) est situé à l’extrémité nord de l’île Chernabura, au sud du groupe des îles Shumagin, lui-même au sud de la péninsule de l’Alaska dans le nord de l’Océan Pacifique. Le site consiste en plus de 80 dépressions. En deux saisons de fouilles, nous avons excavé une portion d’une maison rectangulaire et une de ses chambres adjacentes. Onze datations au radiocarbone sur charbon indiquent que quatre occupations sont présentes dans 1,8 m de dépôt. Dans cette thèse, je présente une description détaillée et une analyse des vestiges fauniques et des débris lithiques des quatre occupations. Les vestiges de l’Occupation 1 (110-40 BP) indiquent que des otaries, des phoques communs, des loutres de mer, des oiseaux et des poissons furent obtenus et dépecés ailleurs pour la consommation. Les outils lithiques et le débitage supportent l’interprétation d’un camp pour utilisation spécifique. La maison rectangulaire de l’Occupation 2 (390-200 BP) était similaire aux maisons des îles Aléoutiennes orientales lors du début de la période de contact. Une utilisation spéciale et unique du plancher au nord de la maison nous fait entrevoir de possibles coutumes cérémonielles. Les vestiges fauniques, les débris, les outils lithiques et le débitage forment un assemblage limité influencé par un entretien régulier de la part des habitants du site et un processus d’abandon planifié. L’Occupation 3 (1500-400 BP) n’est pas bien comprise car elle contient des aménagements associés à des foyers et un petit assemblage lithique. L’Occupation 4 (3660-3250 BP), connue seulement par un sondage de 2 x 1 m, indique une occupation de Chernabura sur la roche-mère. L’analyse des échantillons de pollen provenant de l’intérieur de la maison nous font comprendre l’utilisation des plantes par les Aléoutes (Occupation 2) et leurs ancêtres (Occupation 4). Cette recherche montre une continuité culturelle pour les 400 dernières années et allant possiblement jusqu’à 3600 ans. Les matières premières lithiques utilisées au site Nunik durant 3600 ans sont similaires à l’exception de l’obsidienne et l’ardoise qui n’apparaissent qu’après 500 ap. J.-C. dans l’Occupation 3. Les plantes utilisées au site furent les mêmes lors des quatre occupations.