Introduction

  • Kate Britton,
  • Charlotta Hillerdal et
  • Rick Knecht

…plus d’informations

  • Kate Britton
    Département d’archéologie, Université d’Aberdeen, Aberdeen, Écosse, Royaume-Uni ; et Département de l’évolution humaine, Institut Max Planck d’anthropologie évolutionniste, Leipzig, Allemagne
    Department of Archaeology, University of Aberdeen, Aberdeen, Scotland, United Kingdom; and Department of Human Evolution, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany
    k.britton@abdn.ac.uk

  • Charlotta Hillerdal
    Département d’archéologie, Université d’Aberdeen, Aberdeen, Écosse, Royaume-Uni
    Department of Archaeology, University of Aberdeen, Aberdeen, Scotland, United Kingdom
    c.hillerdal@abdn.ac.uk

  • Rick Knecht
    Département d’archéologie, Université d’Aberdeen, Aberdeen, Écosse, Royaume-Uni
    Department of Archaeology, University of Aberdeen, Aberdeen, Scotland, United Kingdom
    r.knecht@abdn.ac.uk

Ce numéro spécial est dédié à la mémoire de Stephen Jones, premier directeur du Centre culturel et archéologique Nunalleq, défenseur de longue date de l’archéologie de Quinhagak et ami cher.

This special issue is dedicated to the memory of Stephen Jones, first director of the Nunalleq Culture and Archaeology Center, long-time advocate of Quinhagak’s archaeology and dear friend.

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Le passé dans le présent yup’ik : Archéologies du changement climatique dans l’ouest de l’Alaska, Volume 43, numéro 1-2, 2019, p. 3-335, Études Inuit Studies

Le changement climatique est l’un des plus grands défis auxquels l’humanité est confrontée aujourd’hui, et nulle part ailleurs, les effets du changement climatique ne sont plus facilement observés ou ressentis que dans les régions arctiques et subarctiques. Dans le delta du Yukon-Kuskokwim (YK), le changement climatique et l’érosion côtière associée perturbent les infrastructures et les écosystèmes, annonçant des changements politiques et sociaux (et même la relocalisation de villages entiers) et ayant un impact sur les activités de subsistance vitales et le bien-être des communautés, en particulier pour les communautés indigènes de cette région (Fienup-Riordan 2000, 2010 ; Bronen 2010, 2017). Parmi les nombreuses victimes des perturbations climatiques contemporaines figure le patrimoine archéologique des régions arctiques et subarctiques, la fonte du permafrost, l’augmentation des tempêtes et l’érosion côtière menaçant les précieuses archives archéologiques et paléoécologiques de la région – des archives qui peuvent fournir des perspectives à long terme sur les interactions passées entre l’homme et l’environnement (par exemple, Hollesen et al. 2018). L’archéologie est donc particulièrement bien placée pour éclairer le débat actuel et même, grâce à son patrimoine culturel, atténuer certains des impacts socioculturels du changement climatique (par exemple, en Alaska, voir Jensen 2017 ; O’Rouke et al. 2018 ; Hillerdal et al. 2019). Comme dans de nombreuses régions de l’Arctique et de la région subarctique, le patrimoine archéologique précontact est à la fois peu étudié et menacé, et les projets menés par les communautés sont rares (voir Jensen 2017). À travers le prisme de l’un des premiers grands projets de recherche archéologique communautaire dans le delta du YK – le projet Nunalleq – ce numéro thématique explore l’impact du changement climatique sur les communautés de la région (passé et présent), ainsi que le rôle que l’archéologie peut jouer dans la compréhension et la médiation de certains des effets du changement climatique. Au cours de la Petite période glaciaire, un évènement pré-moderne d’excursion de la température mondiale – le site du village précontact yup’ik de Nunalleq (vers 1350-1700) a révélé des sols de maisons, donnant des dizaines de milliers d’artefacts archéologiques in situ et des restes organiques exceptionnellement bien préservés, y compris des os d’animaux, des fourrures, des restes de plantes et d’insectes, et des cheveux humains (Britton et al. 2013 ; Forbes et al. 2015 ; Ledger et al. 2016 ; Ledger et al. 2018). Les recherches menées sur le site ont révélé divers aspects de la vie avant contact dans le delta du YK, notamment les régimes alimentaires et les stratégies de subsistance du passé (Farrell et al. 2014 ; Britton et al. 2018 ; Masson-MacLean et al. à paraître-a), les relations entre les animaux et les humains, et les visions du monde pré-européennes consacrées par la culture matérielle et les divers écofacts trouvés sur le site (McManus-Fry et al. 2018 ; Mossolova et Knecht 2019 ; Masson-MacLean et al. à paraître-b), l’environnement contemporain (Forbes et al. à paraître) et la paléo-écologie d’importantes espèces-proies (Gigleux et al. 2019). Les matériaux fouillés à Nunalleq ne révèlent pas seulement des aspects de la vie passée dans le delta de l’YK, mais contribuent à des recherches archéologiques majeures sur l’archéologie et la préhistoire de la région arctique et subarctique d’Amérique du Nord (par exemple, Raghavan et al. 2014 ; Ameen et al. 2019). Au-delà de ces connaissances archéologiques uniques et incroyablement précieuses, le projet Nunalleq ouvre (et documente) de nouvelles voies dans l’archéologie communautaire et la coproduction dans la gestion et la célébration du patrimoine archéologique menacé de l’ouest de l’Alaska (Hillerdal 2017 ; Hillerdal et al. 2019). Le centre culturel et archéologique Nunalleq de Quinhagak, qui est une initiative …

Parties annexes

Parties annexes