Recensions

Germain Lacasse, Johanne Massé et Bethsabée Poirier, Le diable en ville. Alexandre Silvio et l’émergence de la modernité populaire au Québec, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2012

  • Louis Pelletier

…plus d’informations

  • Louis Pelletier
    Media History Research Center, Université Concordia

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Couverture de Nouveaux regards sur le phénomène de l’antisémitisme dans l’histoire du Québec, Volume 18, numéro 1, 2015, p. 13-293, Globe
L’historien du cinéma québécois Germain Lacasse a joué un rôle de premier plan dans le renouveau des études cinématographiques au cours des dernières décennies. En compagnie de chercheurs tels que Miriam Hansen, Gregory Waller ou Jacqueline Stewart, Lacasse a établi les bases d’une histoire du cinéma remettant de l’avant les questions liées à la diffusion des images en mouvement et à la dimension intermédiale du spectacle cinématographique. Les travaux de Lacasse et de ses pairs ont de cette façon jeté un éclairage nouveau sur la rapide transformation d’une curiosité scientifique, le cinématographe, en média de masse au tournant du vingtième siècle, de même que sur l’intégration du cinéma à la vie de différents groupes marginalisés par la culture dominante : femmes, immigrants, ouvriers, communautés rurales ou afro-américaines, etc. On le devine, cette nouvelle histoire du cinéma ne se consacrant plus exclusivement à l’étude de textes filmiques s’avéra particulièrement fructueuse dans le contexte des nombreuses nations qui, comme le Québec, tardèrent à développer leur propre production cinématographique. Lacasse procéda ainsi à la redécouverte d’une riche vie cinématographique animée par une figure oubliée, le bonimenteur de vues animées, dans le Québec des premières décennies du vingtième siècle. À la fois maître de cérémonie, conférencier, comédien et traducteur, le bonimenteur facilitait la diffusion de productions culturelles étrangères. Il n’en contribuait pas moins, comme l’a amplement démontré Lacasse, à l’émergence d’une modernité vernaculaire adaptant ces textes importés (les films étant couramment bonimentés, doublés ou remontés) tout en les intégrant à des spectacles proposant par ailleurs des attractions scéniques enracinées dans la vie de la communauté. Lacasse insiste plus particulièrement dans ses travaux sur l’usage par de nombreux bonimenteurs canadiens-français d’une langue vernaculaire façonnée par la réalité quotidienne de leur public. Ces recherches explorant les dimensions locale et intermédiale du spectacle cinématographique apportent un important correctif à certaines idées reçues sur le cinéma au Québec. Encore récemment, l’historien Scott MacKenzie avançait par exemple que, dans le Québec du début du vingtième siècle, le potentiel contre-hégémonique attribué au cinéma par certains n’était suggéré que par la forte opposition offerte au média par le clergé et l’administration provinciale. Cette analyse semble tomber sous le sens si l’on s’en tient à la poignée de longs métrages de fiction tournés à l’époque au Québec, qui ne démontrent en effet que très peu de velléités contestataires. Elle devient toutefois plus difficilement défendable si l’on choisit de plutôt s’intéresser au phénomène cinématographique dans son ensemble, c’est-à-dire en prenant en compte les différents adjuvants et compléments aux films présentés dans les cinémas. Les recherches de Lacasse sur la pratique du boniment au Québec complètent à cet égard celles de Chantal Hébert et de André-G. Bourassa et Jean-Marc Larrue sur le burlesque et les autres divertissements populaires railleurs et irrévérencieux offerts par les salles de spectacle de la province. Lacasse, Massé et Poirier apportent avec Le diable en ville. Alexandre Silvio et l’émergence de la modernité populaire au Québec une nouvelle contribution du plus grand intérêt à l’étude des croisements entre scène et écran dans la culture populaire. Leur ouvrage affine de surcroît notre compréhension du processus par lequel la société québécoise a assimilé et reconfiguré une modernité d’abord perçue comme exogène. Ce qui se présente comme une monographie portant sur le bonimenteur de vues animées québécois le plus célèbre de son époque, Alexandre Silvio, se révèle en effet une étude approfondie et très bien documentée de la naissance d’une autre forme de divertissement propre au Québec ...

Parties annexes