Recensions

Frédéric Parent, Un Québec invisible. Enquête ethnographique dans un village de la grande région de Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2015

  • Frédéric Boily

…plus d’informations

  • Frédéric Boily
    Université de l’Alberta

L’accès aux articles des numéros courants de cette revue est réservé aux abonnés. Pour accéder aux numéros d’archives disponibles en libre accès, consultez l’historique des numéros.

Si vous détenez un abonnement individuel à cette revue, veuillez vous identifier en vous connectant.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec nous à l’adresse client@erudit.org.

Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Couverture de Nouveaux regards sur le phénomène de l’antisémitisme dans l’histoire du Québec, Volume 18, numéro 1, 2015, p. 13-293, Globe
Dans son ouvrage Un Québec invisible, le professeur au Département de sociologie de l’UQAM Frédéric Parent propose ce qu’on peut appeler une radioscopie fine d’un milieu rural, celui de Lancaster, nom fictif désignant un village de la Rive-Sud, dans la région de Québec. Reposant sur une enquête de terrain menée en 2007 et 2008, cette étude tombe à point. Il est en effet nécessaire de mieux comprendre cette ruralité qui est en pleine transformation et qui, souvent, est dépeinte sous le signe d’une certaine arriération, ce dont témoignerait le vote des électeurs de la grande région de Québec pour des formations de droite, le Crédit social jadis, l’Action démocratique du Québec hier et la Coalition avenir Québec aujourd’hui (sans oublier les conservateurs fédéraux). Avant d’éclairer ce mystère, Frédéric Parent affirme qu’il est nécessaire d’effectuer un long détour pour examiner comment, à partir de certaines données géographiques, historiques et populationnelles, le village s’est formé et ainsi comprendre la nature des enjeux d’aujourd’hui. En d’autres termes, cette enquête ethnographique repose sur l’idée, semblable à celle de Fernand Dumont dans Genèse de la société québécoise, que les origines éclairent le présent politique. Selon Parent, « il existe des conditions sociales d’existence qui favorisent le développement d’idées politiques particulières » (p. 4). Grâce à une série d’entretiens (31) avec des personnes occupant diverses positions, l’auteur montre comment le développement particulier du village s’est réalisé autour de ce qu’il appelle des « familles souches », et dont l’importance continuerait, bien que moins fortement que dans le passé, de se faire sentir et de créer ces guerres de clochers décrites en conclusion. Parent articule son analyse autour des morphologies définies par Maurice Halbwachs (religieuse, économique et politique). C’est ainsi que chaque chapitre épouse un élément morphologique en particulier, avec pour but de mettre à jour la configuration des espaces sociaux de la « nouvelle ruralité ». L’impression générale qui reste après la lecture, c’est qu’un ensemble de tensions traversent et animent ce « Québec tranquille », qui l’est en apparence seulement, ce Québec invisible étant en fait travaillé de tensions de différentes natures. D’abord, à l’intérieur de ce qu’il appelle la « civilisation paroissiale » (chapitre 3), on retrouve deux grandes dichotomies. D’une part, un espace paroissial en tension avec un espace régional qui supplante le premier en raison de la baisse de la pratique et du manque de prêtres ; d’autre part, une divergence entre la façon dont les femmes et les hommes vivent cette transformation. Les premières ont gardé le caractère communautaire du catholicisme alors que les seconds peinent à accepter un dieu abstrait (p. 102). Des tensions existent ensuite dans l’espace économique, par exemple, en ce qui concerne l’agriculture, entre les producteurs laitiers et les producteurs de porcs davantage rompus aux techniques de gestion moderne. Ce chapitre (4) consacré à l’économie permet notamment de comprendre que l’antisyndicalisme ne découle pas d’une position idéologique hostile par principe aux syndicats. Il s’agit plutôt d’une sorte de produit dérivé du milieu où un « vaste réseau de parenté et d’alliance opaque » (p. 192) continue de perdurer et d’exercer ses effets. La proximité entre le patron et les employés annihile le sentiment syndical. Ce réseau de parentèle se retrouve enfin à l’oeuvre dans l’espace politique, où le maire se doit d’agir comme un conciliateur (chapitre 5). Une tension importante se manifeste alors entre le maire et les conseillers municipaux d’un côté et le directeur général ...