Comptes rendus

LÉVESQUE, Andrée, Résistance et transgression. Études en histoire des femmes au Québec (Montréal, Éditions du remue-ménage, 1995), 157 p.[Notice]

  • Colette Parent

…plus d’informations

  • Colette Parent
    Département de criminologie, Université d'Ottawa

Résistance et transgression nous offre cinq textes en histoire des femmes à l'époque de la montée du capitalisme industriel au Québec. L'auteure s'est donné comme objectif "d'élargir le champ des connaissances et tenter de déceler les moteurs de même que les actrices et acteurs d'une histoire en plein essor" (p. 13). Elle nous invite d'abord à prendre contact avec la lutte des femmes pour la réforme du Code civil au Québec et met l'accent sur les discours de trois féministes, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie, Idola St-Jean et Éva Circé-Côté. Les arguments invoqués par chacune d'elles ont pris appui tantôt sur les conceptions de l'époque au sujet de la nature féminine, tantôt sur le principe de l'égalité de tous les individus. Le contexte social et économique, voire l'appartenance de classe de ces femmes, ont influé sur le poids accordé à l'un ou l'autre de ces arguments. Elle consacre ensuite le second chapitre à Éva Circé-Côté qui, en tant que journaliste, publia des chroniques dans la presse syndicale pendant plus de vingt ans. Son oeuvre refléta et contribua à former l'image de la femme, en particulier dans le mouvement ouvrier. Mais les médecins ont également exercé une influence importante sur la construe-

COMPTES RENDUS

465

tion de la féminité et dans les débats sur les droits des femmes; c'est vers ces définisseurs de la situation que se tourne Andrée Lévesque dans son troisième chapitre. Elle expose comment ceux-ci ont pris en charge les femmes non seulement comme patientes, mais aussi comme mères. Alertés par la menace des maladies vénériennes, ils se sont également prononcés sur les comportements sexuels et ont condamné les prostituées. Les deux derniers chapitres sont consacrés à cette Autre, la femme prostituée. Le mouvement de réforme morale à la fin du XIXe siècle a accentué la marginalisation sociale de ces femmes sans entraîner l'élimination des pratiques de prostitution protégées par nombre d'intérêts. À cette époque, par ailleurs, le bordel constituait le lieu de travail principal des prostituées, mais elles n'en contrôlaient pas pour autant leurs conditions de travail et leurs revenus; confinées au bas de la pyramide organisationnelle, leur vie était soumise à l'autorité ou à l'influence des tenancières et des gérantes de bordel, des hommes de loi, des médecins, des policiers, voire des réformateurs moraux.

Ces cinq textes, produits à partir de huit articles déjà publiés par l'auteure, n'en sont pas moins reliés par une trame commune. La vie de toutes les femmes du début du siècle a été marquée par les définitions dominantes de la féminité, mais ces femmes ont aussi exprimé leur résistance, voire dans certains cas leur transgression, à travers leurs discours et leurs actions. Marie Lacoste-Gérin-Lajoie d'abord, à une époque où les femmes étaient exclues du droit, a publié un ouvrage de vulgarisation du Code civil, puis elle a lutté durant deux décennies pour le réformer. Toutefois sa résistance ne la mena pas à mettre en cause les rôles sexuels; elle limita ses demandes au "contrôle du salaire de la femme mariée, à l'admissibilité des femmes à la tutelle et aux conseils de famille et au partage de l'administration de la propriété matrimoniale" (p. 31). Idola St-Jean a repris la lutte et réclamé les mêmes droits pour les femmes du Québec que ceux des femmes des autres provinces. Elle a mis l'accent sur la reconnaissance du statut maternel et elle est demeurée persuadée que le droit de vote était la voie qui permettrait aux femmes d'améliorer leur statut. Finalement ...