Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Notes bibliographiques

VERMEIRRE, André, L’immigration des Belges au Québec (Sillery, Septentrion, 2001), 205 p.

  • Martin Pâquet

…plus d’informations

  • Martin Pâquet
    Département d’histoire
    Université Laval

Corps de l’article

Avec cette monographie, le médiéviste André Vermeirre offre au lecteur un portrait de la communauté immigrante d’origine belge au Québec, portrait somme toute assez conforme aux thèmes privilégiés par l’historiographie conventionnelle sur les groupes migrants. Si son aperçu des conditions présentes dans l’aire de départ (p. 11-39) reprend sinon ajoute certains éléments à l’étude du regretté Jean Stengers (Émigration et immigration en Belgique au xixe et au xxe siècles, 1978), l’ouvrage consacre l’essentiel de ses pages (p. 43-162) à l’apport de ces immigrants invisibles dans l’aire d’accueil. Usant d’érudition, il décrit ainsi avec force détails les projets de colonies au Québec, les conditions de transport des migrants, leur vie en milieux urbain et rural, leurs relations avec l’Église catholique, leur présence au sein des mondes des affaires et des arts. Sur le plan de l’information, L’immigration des Belges au Québec complète bien les travaux de Cornelius Jaenen ainsi que ceux des collaborateurs au recueil dirigé par Serge Jaumain (Les immigrants préférés : les Belges, 1999).

Bien que l’auteur s’en défende en toute fin de conclusion (p. 172), le lecteur exigeant reprochera à cet ouvrage une propension au filiopiétisme — au sens donné naguère par Robert Harney — puisque l’expérience migrante des Belges se réduit principalement à la contribution positive de quelques pionniers à la société qui les reçoit. Il déplorera aussi un travail d’édition bâclé, notamment dans la table des matières et dans la présentation des chapitres. Plus fâcheuse néanmoins est cette prétention à la « microhistoire » annoncée en introduction (p. 7). Cette approche méthodologique n’est pas fonction de la taille minuscule de l’objet d’étude. Elle relève plutôt des finalités de l’enquête : celles de révéler, en agrandissant la focale de l’objectif, les significations souterraines du changement social. Devant autant de cris se réclamant de l’étiquette de la « microhistoire », il faudra bien un jour qu’un historien ramène les pendules à l’heure sur cette question.