La restriction d’accès aux articles les plus récents des revues sous abonnement a été rétablie le 12 janvier 2021. Pour consulter ces articles, vous pouvez notamment passer par le portail de ressources numériques de l’une des 1 200 institutions partenaires ou abonnées d’Érudit. Plus d'informations

Comptes rendus

Genêt, Stéphane, Les espions des Lumières : actions secrètes et espionnage militaire au temps de Louis XV (Québec, Septentrion, 2017 [2013]), 532 p.[Notice]

  • Tristan Landry

…plus d’informations

  • Tristan Landry
    Université de Sherbrooke

Dans cet ouvrage, adapté de sa thèse de doctorat et d’abord paru en 2013 aux éditions Nouveau Monde, Stéphane Genêt livre une analyse du renseignement sous Louis XV (1710-1774). Comme l’auteur le précise en introduction, le renseignement militaire est généralement négligé dans l’historiographie française, a fortiori pour la période qui nous intéresse ici, et ce, pour plusieurs raisons que Genêt expose. L’ouvrage a donc pour but de meubler cette niche historiographique. Dans la première partie, l’auteur entreprend de nous exposer les divers acteurs responsables du renseignement, à commencer par la figure de l’espion, souvent honnie mais tout de même indispensable (chapitre 1). Genêt analyse parallèlement les méthodes employées par les espions pour recueillir des informations sur les positions, les déplacements et les forces de l’ennemi, que ce soit par la corruption ou la torture (chapitre 2). Ces méthodes sont parfois originales, comme celle qui consiste à surveiller l’activité des vivandiers chargés de nourrir les armées : « Connaître les réserves, les fours, les zones de fourrage indique non seulement la marche prévue de l’ennemi, mais permet également de couper son ravitaillement ou de perturber ses communications » (p. 35). Genêt expose bien la critique à laquelle l’espion doit soumettre les informations recueillies, qui peuvent être fausses (volontairement ou involontairement) ; une démarche somme toute assez semblable à celle de l’historien, qui doit lui aussi déterminer la compétence, la sincérité et l’exactitude des sources qu’ils consultent, afin de pouvoir ensuite obtenir des « conjectures probables » (p. 124) (chapitre 3). L’espion bien sûr ne travaille pas seul – l’analyse restitue les réseaux d’espions qui, ensemble, permettent un « maillage relatif du territoire » (p. 147) (chapitre 4). Le chapitre sur la Nouvelle-France (chapitre 5) est sans doute le plus intéressant, et ce, parce que le « terrain colonial de l’Amérique du Nord présente une spécificité notable face aux champs de bataille européens » (p. 181). Le renseignement y est caractérisé par une forte activité cartographique, étant donné que l’armée est en territoires inconnus, mais aussi par le rôle des populations autochtones dans la collecte d’informations. Qui plus est, au contraire des champs de bataille européens, en Amérique on a plutôt affaire à des « microguerres », pour ne pas dire des guérillas, dont la conduite nécessite un renseignement de qualité. La seconde partie porte sur l’« agent à l’oeuvre ». Genêt nous y présente premièrement l’espion idéal, polyglotte, « instruit des moeurs et usages du pays » et capable de se travestir au besoin pour masquer sa vraie identité (chapitre 6). L’auteur aborde ensuite l’importance d’avoir des hommes de l’autre côté des lignes ennemies, notamment quand vient le temps de s’emparer d’une ville (chapitre 7). La troisième partie est consacrée aux rivalités entre les services de renseignement de pays ennemis. On y découvre d’abord les ruses des espions pour déjouer le contre-espionnage (cryptographie, encre sympathique), de même que la réalité des espions transfuges, comme Thomas Pichon, le traître de Louisbourg qui a livré aux Anglais les plans des forts d’Acadie, ou encore Barthélemy Martin, qui a dévoilé à l’ennemi les manoeuvres du chevalier de Lévis pour reprendre Québec (chapitre 8). Toutes ces activités d’espionnage ont pour conséquence d’entretenir un climat de suspicion, d’où d’ailleurs la généralisation du passeport au XVIIIe siècle, qui permet de contrôler partiellement les identités et les déplacements (chapitre 9). Enfin, Genêt expose les tactiques utilisées par les espions pour contrer le renseignement ennemi (chapitre 10), ce qui amène de nombreux recoupements avec ce qui a déjà été dit dans le chapitre 8. Cela semble être une façon pour l’auteur d’introduire encore davantage d’anecdotes tirées de ses …