Comptes rendus

Drouin, Martin, Lucie K. Morisset et Michel Rautenberg, dir., Les confins du patrimoine (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2019), 300 p.Joannette, Myriam et Jessica Mace, dir., Les communautés patrimoniales (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2019), 218 p.

  • Patrice Groulx

…plus d’informations

  • Patrice Groulx
    Historien

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de Volume 74, numéro 4, printemps 2021, p. 5-127, Revue d’histoire de l’Amérique française

Depuis les années 1980, l’engouement généralisé pour le patrimoine a provoqué une inflation de législations et de chartes pour la protection des biens culturels. A-t-on vu trop grand ? Toute inflation entraîne une dépréciation, de sorte qu’aujourd’hui se multiplient les menaces sur ces trésors culturels. Chaque jour, on découvre des sites abandonnés ou d’autres vandalisés, parfois avec la bénédiction des pouvoirs chargés de les conserver. Les articles réunis dans Les confins du patrimoine témoignent des effets de ce big bang patrimonial. En présentant une variété d’expériences récentes, il s’agit de comprendre, écrivent les directeurs de la publication, les « déplacements des conceptions du patrimoine » (p. 5) dans un monde postcolonial où, en se redéfinissant, les nations révisent leur mémoire collective. La science historique est directement interpellée, car les changements du rapport au patrimoine se liraient à travers la publication des Lieux de mémoire de Pierre Nora, laquelle a transformé la problématique du rapport aux mythes nationaux dans l’historiographie. Abordée au départ comme l’un de ces lieux de mémoire, l’institution patrimoniale française a été happée par l’« ère de la commémoration », où elle se dissout. La première partie du livre traduit une certaine désorientation de la pensée sur le patrimoine. L’essai de Sarah Rojon sur la « dépatternisation en terrain postindustriel » raconte une réappropriation des ruines industrielles par un photographe qui partage avec d’autres ses clichés en ligne ; les « techniques relationnelles du souvenir » échappent aux lectures imposées par l’institution patrimoniale, et ainsi se fabriquerait un patrimoine « inopiné », « spontané » (p. 30), sans l’intervention d’experts. L’étude de Thierry Bonnot soulève le paradoxe d’un immeuble industriel abandonné, dont la signification est faible malgré sa grande taille, mais qui reste « patrimonial » et se trouve capté dans un filet d’intérêts contradictoires, entre l’État et la communauté locale. Son abandon est une solution : l’édifice remplirait mieux sa fonction en restant le « témoin passif d’une mémoire dont plus grand monde ne veut » (p. 63). Macarena Hernández-Ramírez et Esteban Ruiz-Ballesteros affirment pour leur part que la « resignification » rendue possible par la consommation du patrimoine lui donne une valeur ajoutée. Pour entrer dans la patrimonialisation, il suffit que « la quotidienneté semble avoir quelque chose de patrimonial » (p. 89). Vient ensuite une section consacrée à la construction d’une identité nationale dissidente à l’aide des outils fournis par les disciplines universitaires et les musées. Pierre Bertoncini établit la différence entre une pratique conservatoire privée et la patrimonialisation publique en s’appuyant sur la comparaison entre les notions de casale (patrimoine familial) et de patrimoniu (héritage) dans la reconnaissance de deux peintres corses. Dans leur étude sur les musées du Pays basque et de Catalogne, deux régions autonomes d’Espagne, Iñaki Arrieta Urtizberea et Xavier Roigé abordent la question d’une construction identitaire qui s’écarte du récit dominant. À travers des politiques et des investissements volontaires, le patrimoine s’ajoute à l’arsenal des moyens permettant de rétablir une légitimité nationale étouffée par le franquisme, et à négocier une ouverture sur le monde. Les petites nations ont bien appris les leçons données par les grandes, c’est aussi ce que l’on constate à la lecture de l’article d’Isidore Pascal Ndjock Nyobe sur le Cameroun devenu indépendant en 1960. Dans un processus de libération nationale, le patrimoine apparaît « comme un sujet politique et éminemment idéologique » (p. 169), mais la référence coloniale continue d’imposer ses valeurs. La portée internationale du patrimoine et la labellisation des circuits touristiques sont les thèmes communs de la dernière section. Le Japon, raconte Shun Nakayama, a procédé à un arrimage laborieux entre sa cuisine traditionnelle …