Génération, histoires nouvelles en Chine et en Asie de l’Est

Préface

  • David Ownby

…plus d’informations

  • David Ownby
    Université de Montréal, Canada

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Seuls les 600 premiers mots du texte seront affichés.

Options d’accès :

  • via un accès institutionnel. Si vous êtes membre de l’une des 1200 bibliothèques abonnées ou partenaires d’Érudit (bibliothèques universitaires et collégiales, bibliothèques publiques, centres de recherche, etc.), vous pouvez vous connecter au portail de ressources numériques de votre bibliothèque. Si votre institution n’est pas abonnée, vous pouvez lui faire part de votre intérêt pour Érudit et cette revue en cliquant sur le bouton “Options d’accès”.

  • via un accès individuel. Certaines revues proposent un abonnement individuel numérique. Connectez-vous si vous possédez déjà un abonnement, ou cliquez sur le bouton “Options d’accès” pour obtenir plus d’informations sur l’abonnement individuel.

Dans le cadre de l’engagement d’Érudit en faveur du libre accès, seuls les derniers numéros de cette revue sont sous restriction. L’ensemble des numéros antérieurs est consultable librement sur la plateforme.

Options d’accès
Couverture de <em>Génération</em>, histoires nouvelles en Chine et en Asie de l’Est, Volume 37, numéro 2, hiver 2020, p. 5-190, Cahiers d'histoire

John King Fairbank, fondateur de la sinologie américaine, est né en 1907 à Huron, dans le Dakota du Sud. Dès les premières pages de son autobiographie, China Bound: A Fifty-Year Memoir, Fairbank note qu’il a su, tout jeune, que le destin l’emporterait loin de sa région d’origine. Je ne me rappelle plus le chemin exact, assurément sinueux, qui l’a conduit jusqu’à la Chine, mais les grandes universités—Harvard et Oxford—y sont sans doute pour quelque chose. La guerre aussi. On oublie souvent que les plus banales de nos décisions sont parfois conditionnées par la grande Histoire. Les études chinoises aux États-Unis sont le produit de la Guerre froide. Lorsque j’ai pris la décision, alors que j’étais étudiant de premier cycle à la fin des années 1970, de me spécialiser dans ce domaine, des cours élémentaires de langue, d’histoire et de politique chinoises étaient proposés, même dans les universités de second rang comme celle que je fréquentais alors. Comme Fairbank, je venais moi aussi d’un village un peu perdu des États-Unis—en l’occurrence, situé dans le Tennessee rural. À sa différence par contre, je n’ai pas eu besoin d’un coup de pouce du destin pour poursuivre mon rêve, et ce précisément parce que Fairbank et ses disciples avaient déjà préparé le terrain. Grâce à ces précurseurs, étudier la Chine ou l’Asie n’avait désormais plus rien d’une idée farfelue. Quarante ans plus tard, le défi est encore plus facile à relever. Certes, les langues asiatiques restent difficiles à maîtriser, mais des cours de chinois sont offerts jusque dans certains CEGEPs québécois. Et, par-delà les cours, les avancées technologiques ont complètement changé la donne. Duolingo fournit gratuitement des enseignements de base en chinois, en japonais, en coréen et en vietnamien. Italki, tout comme d’autres plates-formes en ligne, permettent d’échanger avec des locuteurs natifs via Skype pour une somme modique. Quant aux dictionnaires bilingues, ils ont actuellement perdu la bataille. Je ne me rappelle même plus combien j’en ai acheté par le passé, mais je me souviens à quel point chacun vantait son approche révolutionnaire pour chercher le caractère oublié ou inconnu. Aujourd’hui, Pleco, une simple application téléchargée sur mon téléphone cellulaire, fait le travail de tous ces ouvrages pour une fraction du coût et avec une efficacité désarmante. Il va sans dire qu’il faut tout de même des années de travail acharné pour en arriver à maîtriser une langue asiatique, mais tout concourt dorénavant à favoriser cette réussite. C’est d’ailleurs sans parler des programmes d’échange, de la présence des étudiants chinois, japonais et coréens dans nos écoles, ou encore des films chinois qui se multiplient dans nos cinémas. Ce qui demeure difficile de nos jours, c’est que nous ne savons plus quelles histoires raconter, tant sur nous-mêmes que sur l’Asie. Pendant une brève période, après la fin de la Guerre froide, le sens de l’histoire semblait clair : l’Occident l’avait emporté. Ce constat, qui paraissait si inébranlable, n’est actuellement plus si évident. La montée de la Chine, parallèlement au déclin—relatif, mais réel—des États-Unis ont redistribué les cartes du grand jeu de l’ordre mondial. Fiers du retour de la Chine parmi les grandes puissances, les intellectuels chinois écrivent une nouvelle histoire du monde contemporain se fondant sur l’idée que le modèle soviétique, tout autant que le modèle américain, ont été des échecs. Seul le « rêve chinois » saurait alors garantir l’harmonie sociale et le développement économique du monde, par l’entremise d’une « démocratie responsable ». Il s’agit certes de propagande, mais à l’ère des fake news, comment prouver que le rêve américain ne l’est pas tout autant ? Surtout quand …

Parties annexes