Vous êtes sur la nouvelle plateforme d’Érudit. Bonne visite! Retour à l’ancien site

Errata & corrigenda

Archives du pathos : Ernesto De Martino et la survivance

Entre Voltaire et Borges : archiver, trier ? une perspective de bien public

Couverture de synchroniser,                Numéro 19, printemps 2012, p. 9-199, Intermédialités

Corps de l’article

Deux auteurs du n° 18 d’Intermédialités « Archiver » nous ont demandé de corriger des erreurs qui se sont malencontreusement glissées dans leur article respectif :

Archives du pathos. Ernesto de Martino et la survivance

Jasmine Pisapia (Université de Montréal)

Page 62, ligne 1, lire : « Il est possible que les photographies des cycles chorégraphiques de tarentulées pallient une absence d’images en mouvement puisque, contrairement à ce que l’on pourrait penser vu l’étonnante proximité du film de Gianfranco Mingozzi, La taranta (1962), vis-à-vis du texte d’Ernesto de Martino (La terra del rimorso, 1961), aucun cinéaste ne faisait partie de l’équipe interdisciplinaire de 1959. Les séries photographiques de Franco Pinna, intégré lui – même si de manière complexe – à la recherche ethnographique, ont forcément une logique et utilité propre car, avec leur attention particulière au mouvement des corps, elles divisent analytiquement le geste. »

Entre Voltaire et Borges : archiver, trier ? Une perspective de bien public

Daniel J. Caron avec Richard Brown (Bibliothèques et Archives Canada)

Page 86, ligne 23, lire : « La mémoire, instrument permettant la connaissance se trouve ainsi représentée dans nos sociétés de l’écrit par l’archive et les archives. »

Page 88, ligne 2, lire : « Nous sommes conscients que certaines archives peuvent être et sont construites à l’image d’un lieu rempli de sédiments et d’artéfacts, de façon aléatoire. »

Page 91, ligne 13, lire : « …une mémoire plus instrumentale, laquelle est, ici, au service de la vie quotidienne… »

Page 92, ligne 2, lire : « …nous parlons des trois âges des archives, à savoir courantes, intermédiaires et définitives. »

Page 97, ligne 32, lire : « …des choses “dites” devant être consignées, un travail d’extraction requis, à partir des bruits, des opérations expressives ou des énoncés discursifs pour ne retenir que ce que la société doit et veut préserver. Du grand chef, de la grande autorité nommée arkhon dans le monde grec de laquelle nous avons créé des [page 98] lieux publics officiels nommés arkheion reflétant un monde “autoritaire”.»

Page 98, ligne 2, lire : « Irons-nous vers une action, archiver, qui soit le reflet d’une production documentaire démocratisée et éclatée ? »